Classical Music Home

The World's Leading Classical Music Group

Email Password  
Not a subscriber yet?
Keyword Search
in
 
  Classical Music Home > Opera Libretti

Opera Libretti




Beethoven | Bellini | Berg | Berlioz | Bizet | Cavalieri | Cavalli | Clerambault | Debussy | Donizetti | Falla | Gluck | Gounod | Granados | Hallstrom | Handel | Hartke | Haydn | Kalman | Leoncavallo | Mascagni | Massenet | Mercadante | Meyerbeer | Monteverdi | Mozart | Pacius | Petitgirard | Portugal | Puccini | Purcell | Rachmaninov | Rossini | Sacchini | Strauss Johann II | Verdi | Wagner Richard | Wagner Siegfried | Walton | Weber
 
Clerambault
Le Triomphe d'Iris
English
Title Page
Libretto
French
Title Page
Libretto

 
            Ouverture                              

Première entrée

           
            Le théâtre représente un bocage délicieux qui laisse voir dans le fond le temple de l’Amour etc…
           
            Scène 1
           
            Prélude          
           
            Silvandre, seul
            Nous devons à l’amour offrir icy nos vœux ;
            Bergers, que l’on s’apreste,
            Pour mériter ses tendres feux,
            Vous ne pouvez trop tost commencer cette feste,
            Rassemblez-vous dans ces beaux lieux,
            Venez former d’aymables jeux.
           
            Le Dieu du jour, à nos boccages,
            Redonne leurs attraits,
            De leurs plus doux ramages,
            Les oyseaux font déjà retentir les forêts,
            Bergers, que l’on s’apreste,
            Hastez-vous de commencer la feste,
            Rassemblez-vous dans ces beaux lieux,
            Venez former d’aymables jeux.
           
            Marche          
           
            Chœur des bergers et des bergères
            Rassemblons-nous dans ces beaux lieux,
            Formons d’aymables jeux!
           
            Sarabande     
           
            Menuet          
           
            Air: Silvandre            
            Icy du tendre amour, on ne sentira plus l’absence,
            Il va, par sa présence, embellir ce séjour.
            Les ris, les jeux, les plaisirs vont paroistre,
            Pour nous suivre toujours.
            Que de beaux jours,
            Chantez le dieu charmant qui doit les faire naistre!
           
            Trio puis chœur         
            Chantons le plus charmant des dieux,
            Chantons le maître du monde!
            Il triomphe en tous lieux,
            Il règne dans les cieux,
            Sur la terre et sur l’onde.
            Chantons le plus charmant des dieux,
            Chantons le maître du monde!
           
            Bourrée         
 
            Canaries        
           
           
            Scène 2
           
            Air italien       
            Vuol parlar il mio cuore,
            Ma non ardisce,
            Vuol scoprir il suo ardore,
            Ma non lice.
           
            Amor che da bambinetto,
            Puoi parlar senza rispetto
            Di alla mia beltà
            Che il suo labro vezzosetto
            M’incatena la libertà.
 
           
            Scène 3: Daphnis et Silvie    
            Tous les bergers et bergères s’en vont. Silvie s’en veut aller mais Daphnis l’arette.
           
            Daphnis
            Bergère, où courez-vous?
            Pourquoy quitter des lieux si doux?
           
            Silvie
            Icy l’amour fait sentir sa présence,
            Quel séjour pour des cœurs qui craignent sa puissance?
           
            Daphnis
            L’amour, pour combler nos désirs,
            Vient dans ces bois nous enflammer sans cesse.
            C’est à cette heureuse tendresse
            Que nous devons tous nos plaisirs.
           
            Silvie
            Si l’amour a des charmes
            Ils coûtent trop d’alarmes.
            Non, je ne connois point d’autre bonheur
            Que celuy de garder son cœur.
           
            Daphnis
            En est-il qui résiste au pouvoir de ses charmes?
           
            Silvie
            L’amour ne fait sentir le pouvoir de ses traits
            Qu’aux cœurs qui cherchent à le rendre.
            L’on triomphe de ses attraits
            Quand on veut s’en deffendre.
           
            Daphnis
            En vain l’on se deffend d’aimer
            Tost ou tard, il faut s’enflammer.
            Dieux, Dieux que mon sort seroit digne d’envie
            Si j’estois, aimable Silvie,
            L’heureux berger qui doit un jour
            Vous rendre sensible à l’amour.
 
            Silvie
            Quittez une vaine espérance,
            Je ne veux point m’engager,
            Je crains de trouver un berger
            Qui manque de constance.
           
            Daphnis
            Que les Dieux en couroux m’accablent de leurs coups,
            Si jamais une ardeur nouvelle…
            Mais quoi, vous me fuyez cruelle?
           
            Silvie, en allant
            Je fuis ce séjour dangereux.
           
            Daphnis
            Arrestez, elle fuit.
            Ciel! De si tendres feux
            Devoient-ils m’attirer sa haine?
            Dieux! Quel sort!
            Ah! Courrons aux pieds de l’inhumaine
            Terminer des jours malheureux!
           
 

Deuxième entrée

           
            Scène 1
           
            Prélude                      
           
            Tircis
            Ah! Quel martire d’aimer si tendrement
            Et de n’oser déclarer son tourment!
            Pressé de mon ardeur,
            Chaque jour, je veux dire
            A l’objet pour qui je soupire
            Les maux que je sens sous ses lois!
            Mais un cruel respect qu’un tendre amour inspire
            M’oste toujours l’usage de la voix.
           
            Ah! Quel martire d’aimer si tendrement
            Et de n’oser déclarer son tourment!
            C’est trop souffrir, partons!
            Dieux! Je vois ma bergère,
            Ah! Craignons sa colère!
           
 
            Scène 2          
           
            Philis
            Tandis que ces bergers célèbrent dans leurs chants
            L’aymable Dieu qui les engage,
            Avec des yeux indifférents,
            Tircis, le seul Tircis voit-il ce tendre hommage?
           
            Tircis
            Je trouve des attraits
            Aux bords de ces ruisseaux,
            Le doux murmure des eaux
            Qui coulent dans la plaine
            Offrent des charmes à ma peine.
           
            Philis
            De quelle peine parlez-vous?
            Du tendre amour ressentez-vous les coups?
           
            Tircis
            Une bergère m’enchante,
            Jamais l’on n’a senti d’ardeur plus violente,
            Que celle que je sens pour ses divins appas.
           
            Philis
            Quelle bergère a pu vous plaire?
           
            Tircis
            Hélas, Philis, ne le savez-vous pas?
           
            Philis
            Vos yeux se font assez entendre,
            Il est facile de comprendre
            Qu’ils demandent un cœur ;
            Mais comment le donner
            Si vous l’avez su prendre?
           
            Tircis
            Qu’entends-je?
            Grands Dieux, quel bonheur!
 
            Philis
            Voilà le prix de ta persévérance,
            Tu dois toute mon ardeur à ta constance.
           
            Bergers, si vous estes constans,
            Ne craignez point les peines,
            Les Bergères les plus inhumaines
            Finiront vos tourments,
            Bergers, si vous estes constans,
            Ne craignez point les peines.
           
            Tircis
            Noirs chagrins, retirez-vous,
            Philis est sensible à ma flame ;
            Que les transports les plus doux
            S’emparent de mon âme!
            Noirs chagrins, retirez-vous,
            Philis est sensible à ma flame ;
            Quel plaisir d’avoir enflamé la beauté que j’adore!
           
            Philis
            Quelle gloire d’avoir charmé le berger que j’adore!
           
            Tircis
            Quel plaisir d’avoir enflamé la beauté que j’adore!
           
            Philis & Tircis
            Depuis que l’aurore annonce le jour/
            Depuis que Flore embellit ce séjour,
            L’amour n’a point formé de nœuds plus doux,
            Tircis/Philis, aymons-nous
            D’une amour éternelle/d’une ardeur mutuelle ;
            Tant que l’aymable Philomelle de l’amour sentira les coups/
            Tant que la tendre tourterelle de l’amour sentira les coups,
            D’une ardeur mutuelle/d’une amour éternelle,
            Tircis/Philis, aymons-nous.
           
 
            Scène 3          
            Philis invite les bergers et les bergères à venir célébrer la gloire de l’Amour.
           
            Philis
            Dans cet agréable séjour,
            Tout invite à l’amour,
            Bergères, accourez dans ces bocages,
            Venez, venez lui rendre hommage,
            Goutez ses charmantes douceurs,
            Qu’il triomphe à jamais de nos cœurs!
           
            Chœur
            Goutons ses charmantes douceurs,
            Qu’il triomphe à jamais de nos cœurs!
           
            Premier rigaudon                  
           
            Deuxième rigaudon
           
            Menuet                      
           
            Menuet chantant
 
            Licaste
            Suivez l’amoureux empire,
            N’en craignez point les tourments,
            C’est à l’ardeur qu’il nous inspire
            Que nous devons nos plus heureux moments!
           
            Une bergère  
            Pour goûter dans nos bois
            Un sort doux et charmant,
            Il suffit d’aimer constament.
           
            Chœur
            Pour goûter dans nos bois
            Un sort doux et charmant,
            Il suffit d’aimer constament.
 
           
            Une bergère
            L’amour pour les cœurs infidelles
            réserve ses tourments,
            Il n’offre qu’aux bergers constans
            Des douceurs éternelles.
           
            Chœur
            Pour goûter dans nos bois
            Un sort doux et charmant
            Il suffit d’aimer constament.
           
            Une bergère
            La grandeur ny la richesse
            Ne flatent jamais nos vœux,
            Nos cœurs pour former des nœuds
            N’écoutent que la tendresse.
           
            Chœur
            Pour goûter dans nos bois
            Un sort doux et charmant
            Il suffit d’aimer constament.
           
            Loure 
           
            Premier passepied    
           
            Deuxième passepied
           
            Chaconne chantante. Rondeau        
           
            Silvandre
            Beautez, Pour allumer des ardeurs éternelles,
            Pour toujours paroître belles,
            Le secret est d’aymer.
           
            Chœur
            Beautez, Pour allumer des ardeurs éternelles,
            Pour toujours paroître belles,
            Le secret est d’aymer.
           
            Silvandre
            L’amour donne aux bergères
            Qui cèdent à ses traits
            Mille charmans attraits
            Qu’il refuse aux sévères.
           
            Chœur
            Beautez, Pour allumer des ardeurs éternelles,
            Pour toujours paroître belles,
            Le secret est d’aymer.
           
            Silvandre
            L’amant le plus fidelle
            Quand vous ne l’aimez pas,
            Malgré tous vos appas
            Cherche une amour nouvelle.
 
            Beautez, Pour allumer des ardeurs éternelles,
            Pour toujours paroître belles,
            Le secret est d’aymer.
           
            Chœur
            Beautez, Pour allumer les ardeurs éternelles,
            Pour toujours paroître belles,
            Le secret est d’aymer.
 
            Chaconne pour les instruments
 
 
 

Troisième entrée

           
            Scène 1
           
            Prélude          
           
            Silvie
            Heureuse paix,
            Doux charme de nos cœurs,
            Oppose à l’ardeur qui m’enflame
            Tes tranquilles douceurs!
            Ah! Fais régner le calme dans mon âme!
           
            Je croyois dans ces bois fuir un objet charmant,
            Mais hélas, quel tourment,
            Je porte partout ma foiblesse.
            Ce lieu mesme où tantost je méprisois ses feux
            représente à mes yeux Daphnis et toute sa tendresse.
           
            Heureuse paix,
            Doux charmes de nos cœurs,
            Oppose à l’ardeur qui m’enflame
            Tes tranquilles douceurs!
            Ah! Fais régner le calme dans mon âme!
           
            Mais l’amour redouble ses coups,
            Je vois ce berger qui s’avance,
            Ah! Si j’ai peine en son absence,
            A résister à des charmes si doux,
            Comment le voir à mes genoux
            Et garder tant d’indifférence.
           
 
            Scène 2: Silvie et Daphnis    
           
            Silvie
            Quoy! Suivez-vous partout mes pas?
           
            Daphnis
            Puis-je vivre éloigné de vos divins appas?
           
            Silvie
            Cessez un discours qui me blesse.
           
            Daphnis
            Faites enfin un tendre choix!
           
            Silvie
            Faut-il vous le dire sans cesse,
            Je fuis l’amour, je méprise ses loix.
           
            Daphnis
            Non, ce n’est point l’amour, cruelle,
            C’est l’amant que vous méprisez,
            Tandis que je succombe à ma douleur mortelle,
            Peut-être, hélas!
            Le cœur que vous me refusez,
            Se donne au moins fidelle.
           
            Silvie
            Si c’est un malheur pour vous,
            Vous ne devez pas le craindre.
           
            Daphnis
            Cessez de feindre,
            Tant d’ardeur auroit pu fléchir votre couroux,
            Ah! Vous m’auriez aimé, si, de quelque autre flame,
            L’amour n’avoit touché votre ame,
            Je le voy trop, le trouble de vos yeux...
           
            Silvie
            Ouy, Daphnis, c’est trop s’en deffendre,
            Pour un berger charmant,
            Je sens de tendres feux.
           
            Daphnis
            Malheureux, que viens-je d’entendre?
           
            Silvie
            Par l’aveu que je fais, juge de ma foiblesse.
           
            Daphnis
            Quoy! Malgré toute ma tendresse,
            Je vous perds pour jamais.
           
            Silvie
            Connoissez mon ardeur extreme!
           
            Daphnis
            Que me sert-il de connoitre une ardeur
            Qui met le comble à mon malheur.
           
            Silvie
            Non, vous l’approuverez vous-mesme.
           
            Daphnis
            Moy! L’approuver?
            O Ciel!
           
            Silvie
            Malgré votre courroux,
            Loin de vous en deffendre,
            Je veux vous voir à mes genoux,
            Servir une flame si tendre.
           
            Daphnis
            Quel mépris!
            Ah! Je cède à mes transports jaloux,
            La rage, la fureur s’emparent de mon ame.
            Tremblez, cet amant odieux
            Va sentir à vos yeux
            Le courroux qui m’enflame.
           
            Silvie
            Je crains peu ce courroux.
            Un cœur si généreux
            Ne voudroit pas rompre une chaisne
            Qui seule peut combler mes vœux.
           
            Daphnis
            Je ne puis, inhumaine, m’opposer à votre bonheur,
            Non, je ne puis que mourir de douleur.
 
            Silvie  
            Quittez ce désespoir extreme,
            Connoissez mieux mon cœur!
            Dire à vous-mesme
            Que je sens une tendre ardeur,
            N’est-ce pas dire, helas, que je vous ayme?
           
            Daphnis
            Que cet aveu m’est doux!
           
            Silvie
            Je ne veux vivre que pour vous.
           
            Silvie et Daphnis
            Que cet aveu m’est doux!
            Je ne veux vivre que pour vous,
            L’amour anime dans mon/vôtre ame
            La mesme ardeur qui vous/m’enflame,
            Que cet aveu m’est doux,
            Je ne veux vivre que pour vous.
           
 
            Scène 3
            Daphnis, Silvie, Philis, Tircis, Silvandre, Licaste, Ménandre, troupe de bergers et de bergères.
           
            Simphonie agréable  
            Une symphonie agréable se fait entendre. Elle attire les bergers surpris de la nouveauté de ces concerts. Daphnis, aussy surpris qu’eux, chantera ensuite.
           
            Daphnis
            Quels nouveaux sons frapent les airs?
            Que de tendres concerts!
            C’est l’Amour qui s’avance,
            Tout ressent sa présence,
            L’onde en ces lieux
            Paroist plus belle,
            Une clarté nouvelle
            Brille dans les cieux.
            Les plus aymables fleurs commencent à paraitre,
            Et toute la nature, attentive en ce jour,
            Vient icy de son maitre honorer le retour.
           
 
            Scène 4
            L’amour descend du Ciel avec les graces, les ris, les jeux et les plaisirs. Ils viennent ordonner aux bergers de célébrer la beauté d’Iris et chanter ses louanges etc…
           
            Prélude pendant que l’Amour achève de descendre.
           
            L’amour
            Bergers, redoublez votre zele
            Dans vos tendres jeux,
            D’une aymable mortelle,
            Célébrez, célébrez le sort glorieux!
            Du destin, un ordre supreme
            M’engage à luy laisser mon arc et mon carquois,
            Depuis cet heureux temps,
            Par un pouvoir supreme,
            Elle soumet plus de cœurs à mes loix
            Que je n’en soumettois moy-mesme.
           
            Iris sur tous les cœurs
            Emporte la victoire,
            Elle a part à ma gloire,
            Qu’elle ait part aux honneurs
            Que l’on rend à mes traits vainqueurs.
           
            Chœur de la suite de l’Amour, des bergers et bergères.
            Iris sur tous les cœurs
            Emporte la victoire,
            Amour, elle a part à ta gloire,
            Qu’elle ait part aux honneurs
            Que l’on rend à tes traits vainqueurs.
 
            Sarabande pour les suivans de l’Amour      
 
            Premier passepied pour les bergers et les bergères           
 
            Deuxième passepied 
           
            Dialogue de trois bergers à la louange d’Iris, Daphnis, Sylvandre et Tircis
            Quels attraits!
            Quels charmes!
            Quel port glorieux!
           
            L’amour doit ses plus fortes armes
            A l’éclat de ses yeux.
 
            Qu’ils inspirent de tendresse!
            Qu’il est doux de les voir sans cesse!
            Qu’il est doux de céder à leurs coups!
 
            Trio
            Quel sort pour un berger fidelle!
            Ah! Quel bonheur d’allumer dans son cœur une flame éternelle!
           
            Premier air pour les pastres
 
            Deuxième air pour les mesmes – Rondeau
 
            Le deuxième passepied est repris
           
            Chœur
            Iris sur tous les cœurs
            Emporte la victoire,
            Amour, elle a part à ta gloire,
            Qu’elle ait part aux honneurs
            Que l’on rend à tes traits vainqueurs.
 
 
           

 


Famous Composers Quick Link:
Bach | Beethoven | Chopin | Dowland | Handel | Haydn | Mozart | Glazunov | Schumann | R Strauss | Vivaldi
11:39:31 AM, 17 April 2014
All Naxos Historical, Naxos Classical Archives, Naxos Jazz, Folk and Rock Legends and Naxos Nostalgia titles are not available in the United States and some titles may not be available in Australia and Singapore because these countries have copyright laws that provide or may provide for terms of protection for sound recordings that differ from the rest of the world.
Copyright © 2014 Naxos Digital Services Ltd. All rights reserved.     Terms of Use     Privacy Policy
-212-
Classical Music Home
NOTICE: This site was unavailable for several hours on Saturday, June 25th 2011 due to some unexpected but essential maintenance work. We apologize for any inconvenience.