Classical Music Home

The World's Leading Classical Music Group

Email Password  
Not a subscriber yet?
Keyword Search
in
 
  Classical Music Home > Opera Libretti

Opera Libretti




Beethoven | Bellini | Berg | Berlioz | Bizet | Cavalieri | Cavalli | Clerambault | Debussy | Donizetti | Falla | Gluck | Gounod | Granados | Hallstrom | Handel | Hartke | Haydn | Kalman | Leoncavallo | Mascagni | Massenet | Mercadante | Meyerbeer | Monteverdi | Mozart | Pacius | Petitgirard | Portugal | Puccini | Purcell | Rachmaninov | Rossini | Sacchini | Strauss Johann II | Verdi | Wagner Richard | Wagner Siegfried | Walton | Weber
 
Petitgirard
Elephant Man
English
Introduction
Act 1
Act 2
Act 3
Act 4
French
Introduction
Act 1
Act 2
Act 3
Act 4

ACTE II
Le London Hospital - Intérieur
Deux ans plus tard.

[CD 1 / Track 6]
PRÉLUDE ORCHESTRAL
(enchaîné avec la Scène 1)

[CD 1 / Track 7]

Scène 1

Le Docteur Treves
Elephant Man
Eva Lückes
Eva Lückes seule en scène.
Elle regarde l’arrivée du Docteur Treves
et d’Elephant Man, encore en coulisses.

EVA LÜCKES
(seule, pour elle-même)
Mon Dieu !
Monsieur Merrick !
Mon Dieu !
Entrée du Docteur Treves et d’Elephant Man,
avec sa cape, sa cagoule, son chapeau,
son pantalon de foire, d’exhibition, de lord obèse.
Elephant Man marche très lentement, en claudiquant.
Il est épuisé, à bout de forces.

EVA LÜCKES
Monsieur Merrick !

TREVES
Oui, Mademoiselle Lückes,
Monsieur Merrick...
Elephant Man se balance d’une jambe sur l’autre.
Il ne peut tenir debout, immobile, sans ce balancement de
sa jambe droite sur sa jambe gauche légèrement pliée.
Treves est marqué par la scène qu’il vient de vivre en
retrouvant Elephant Man à Liverpool Street Station.
Il est conscient de la responsabilité qu’il vient de prendre,
la responsabilité de cet homme, de ce monstre,
de ce cas médical

TREVES
Nous reste-t-il une chambre privée ?
C’est pour Monsieur Merrick.

EVA LÜCKES
Il n’y a plus un lit de libre dans l’hôpital.
Treves regarde Eva Lückes.
Il y a des patients dans les couloirs.
Je ne vois que la chambre d’isolement...

TREVES
Ce sera très bien, Mademoiselle Lückes.
Treves regarde Elephant Man qui se balance.

TREVES
(articulé, phrasé syllabique)
MONSIEUR MERRICK
VOUS ALLEZ VOUS REPOSER,
MONSIEUR MERRICK
NOUS NOUS VERRONS DEMAIN
LES INFIRMIÈRES VONT S’OCCUPER DE VOUS.

Elephant Man continue à se balancer
Sa main droite, difforme, tremble nerveusement,
et frappe sa cuisse.
Elle tremble comme une main de parkinsonien.

TREVES
MONSIEUR MERRICK…
Treves ne semble plus vraiment attendre de réponse.

MONSIEUR MERRICK…
Treves regarde Elephant Man.
Eva Lückes s’approche de Treves
et d’Elephant Man.
Violente réaction d’Elephant Man.
Merrick est comme un animal terrorisé.

TREVES
MONSIEUR MERRICK,
VOUS N’AVEZ PLUS RIEN À CRAINDRE ICI
NOUS ALLONS NOUS OCCUPER DE VOUS !
(à Eva Lückes)

Il a besoin d’être en paix
Pas de miroir dans sa chambre, s’il vous plaît.
L’INFIRMIERE CHEF
Bien, Monsieur.

TREVES
Je ne veux que des infirmières volontaires
Pour s’occuper de Monsieur Merrick.

EVA LÜCKES
Oui, Monsieur.
Un temps - Treves songeur.

EVA LÜCKES
Que dois-je écrire dans le registre
des admissions ?

TREVES
Rien.
Absolument rien.
(Treves regarde Elephant Man
et le découvre endormi.
Elephant Man dort épuisé, comme il a dormi
dans la voiture qui l’emmenait à l’hôpital.)

TREVES
Vous voyez, Mademoiselle Lückes,
Cela ne dure vraiment pas longtemps,
Une attraction, une curiosité
Pour tous ces artistes, tous ces showmen.
Un an.
Il n’aura fallu qu’un an à peine
Pour que cet homme finisse seul, abandonné
Dans une salle d’attente de troisième classe,
Liverpool Street Station Terminus.
Aujourd’hui on m’a donné un homme,
Un homme contre une carte de visite !
Voilà ce qu’est notre société !
Société de progrès, de profit...
Vous verrez,
Un jour, Mademoiselle Lückes,
Les malheureux ne seront plus rien.
Plus rien.
Ils ne seront même plus des humains.
Ils ne seront plus que le prix qu’ils nous coûtent.
Treves regarde Elephant Man
Un temps.

TREVES
(avec douceur)
Monsieur Merrick...
Monsieur Merrick...
Debout.
Debout.
(Elephant Man se lève
Eva Lückes s’approche de lui.
Treves sort.)

[CD 1 / Track 8]

Scène 2

Elephant Man
Eva Lückes
Mary
Eva Lückes enlève le chapeau,
la cagoule d’Elephant Man.
On découvre son visage.
Eva Lückes lave, essuie Elephant Man avec un linge,
comme on essuie un malade pris par la fièvre.
Elle lui essuie le visage, les mains.
Puis elle le lave sous ses vêtements, avec attention,
avec pudeur, une pudeur victorienne.
Elephant Man, épuisé, se laisse faire.
Eva Lückes sort avec la cape, la cagoule
et le chapeau d’Elephant Man.
Elephant Man est seul, assis au bord du lit.

ELEPHANT MAN
(seul, face au public; il parle avec difficulté)
Je ne suis pas un mendiant.
Je ne suis pas un mendiant.
Entrée de Mary, la jeune infirmière.
Elle traverse la scène.
Elle arrive avec un plateau et découvre Elephant Man.
Réaction violente.
Elle crie et laisse tomber son plateau.

MARY
Non !
Elephant Man la regarde, assis sur le bord de son lit.
Dans le silence, en coulisses

EVA LÜCKES
Mary ?
Mary ?

MARY
Rien...
Ce n’est rien.
Elephant Man la regarde.

MARY
Je m’appelle Mary.
Je suis votre infirmière.
Je travaille dans le service
Du Docteur Treves.
Elephant Man, immobile,
regarde la jeune infirmière.

MARY
Je suis désolée, Monsieur Merrick,
J’ai honte de moi.
Voulez-vous que j’appelle
une autre infirmière ?
Voulez-vous que je parte ?
(lentement et articulé)
Répondez-moi, Monsieur Merrick...
Je suis sûre que vous pouvez parler...
Je suis sûre que vous savez parler...
Je sais que vous savez parler !

ELEPHANT MAN
(épuisé, avec difficulté)
Laissez-moi, laissez-moi seul,
S’il vous plaît, laissez-moi seul,
Ne me regardez pas,
Je ne veux pas que vous me regardiez,
Ne me regardez pas.
Vous avez le droit de m’examiner
Mais pas de me regarder.
Ne me regardez pas...
Pas vous.

MARY
Mais pourquoi ?

ELEPHANT MAN
Vous êtes,
Vous êtes tout ce que j’ai rêvé d’être
Tout ce que je ne serai pas
Tout ce que je ne serai jamais :
Vous êtes normale.
Laissez-moi, laissez-moi seul,
Laissez-moi dans mon silence.
Ne me regardez pas !
Je ne suis pas un spectacle
pour une jeune fille.
Ne me regardez pas !
Je sais ce que je suis
dans le regard des autres.
Je ne veux plus vivre
dans le regard des autres !
Début du choeur en coulisses : « Elephant Man »
(Ce choeur va scander «Elephant Man» en crescendo
jusqu’à l’indication «arrêt du choeur»,
les malades saluant l’arrivée d’une «vedette»)

MARY
Laissez-les,
Ne les écoutez pas.

ELEPHANT MAN
Rien.
Ce n’est rien
Elephant Man.
Ils se trompent.
Je ressemble plus à un tapir
Vous ne trouvez pas ?

MARY
Par pitié,
Ne les écoutez pas.

ELEPHANT MAN
Vous avez déjà vu un tapir ?
Evidemment, c’est moins commercial,
C’est moins flatteur qu’un éléphant…

MARY
S’il vous plaît,
Ne les écoutez pas.

ELEPHANT MAN
Je n’entends rien.
Je suis caché comme les tapirs.
Je ne suis plus un éléphant.

MARY
Calmez-vous,
Vous vous faites du mal pour rien.

ELEPHANT MAN
Ce n’est pas moi,
Ce sont les émotions
Qui me font du mal.

MARY
J’aimerais pouvoir vous aider,
Monsieur Merrick.

ELEPHANT MAN
Personne ne peut m’aider
Sans vraiment me ressembler.

MARY
(violente)
Vous n’êtes plus Elephant Man !
Vous êtes Monsieur Merrick !
Vous êtes un homme !
Vous êtes un homme !
(Fin du choeur)

ELEPHANT MAN
(doucement)
J’aimerais être un homme...
(violemment)
Mais je suis un monstre !

MARY
Non !

ELEPHANT MAN
(pour lui-même)
Aveugle,
J’aurais préféré que vous soyez aveugle.
Elephant Man, épuisé, ne peut plus continuer.
J’aurais aimé...

MARY
Il faut vous reposer.
(Mary, à côté d’Elephant Man, veut l’aider à se coucher)

ELEPHANT MAN
Je dors.
Je dors assis.
Mary lui met deux oreillers sur ses genoux.

ELEPHANT MAN
Pardonnez-moi,
J’ai honte.
Elephant Man, la tête sur ses coussins,
les bras autour de ses genoux…

ELEPHANT MAN
J’ai honte que vous vous occupiez de moi...

MARY
Ce n’est rien.

ELEPHANT MAN
Vous êtes trop jeune,
Pardonnez-moi.
C’est la première fois que je parle
À une femme du même âge que moi.
Je suis fatigué...

MARY
Ne dites plus rien.

ELEPHANT MAN
Laissez-moi dormir.

MARY
Vous êtes épuisé.
Elephant Man se calme, mais il aura quelques
soubresauts sur les accents de la musique

MARY
(comme une berceuse)
Vous êtes un homme, Monsieur Merrick,
Vous êtes un homme et rien qu’un homme.
Nous allons vous soigner ;
Nous sommes là pour vous soulager.
Vous êtes un homme, Monsieur Merrick,
Vous êtes un homme et rien qu’un homme.
Nous allons vous aider,
Nous sommes là pour vous protéger.

EVA LÜCKES
(en coulisses)
Mary…
Mary…
MARY
(doucement, pour elle même)
Rien,
Ce n’est rien.
Mary sort de scène.
Elephant Man endormi, sa tête sur ses genoux.
Nuit.

[CD 1 / Track 9]

Scène 3

Elephant Man
Le Choeur
Elephant Man est seul en scène, endormi.
Une cloche sonne six coups.
On entend le choeur qui chante la prière des malades.
Elephant Man écoute.

« LA PRIÈRE DES MALADES »

CHOEUR
Regardez, Seigneur,
Votre humble serviteur
Sur son lit de souffrance,
De souffrance.
Rendez vigueur à l’âme
Que vous avez créée
Et faites que fortifiée
Par l’épreuve
Elle se trouve
Guérie par votre grâce.
Que tous les démons de ce lieu
Fuient avec leur malice
Et que les anges
De paix montent la garde.
Mon Dieu, rendez-lui la santé
Car il a mis en vous
Son espérance
Sur son lit de souffrance.
Ô, Seigneur, daignez
Venir auprès de lui ;
Rendez-lui la santé,
La santé,
Et qu’il puisse venir
Dans votre Sainte Église
Pour vous remercier
Ô Seigneur,
Que votre main
Lui redonne la force...
Que tous les démons de ce lieu
Fuient avec leur malice
Et que les anges
De paix montent la garde.
Mon Dieu, rendez-lui la santé
Car il a mis en vous
Son espérance
Sur son lit de souffrance.

ELEPHANT MAN

Pitié pour moi, Seigneur
Mes os sont bouleversés
Mon âme est bouleversée
Pitié pour moi,
Seigneur, je suis sans force...
Elephant Man se rendort.

[CD 1 / Track 10]

Scène 4

Elephant Man, Treves
Mary, Eva Lückes
6 infirmières (3 sopranos, 3 mezzos)
Carr-Gomm, Le Directeur de l’hôpital

TREVES
(à Elephant Man)
BONJOUR !
BONJOUR !
BONJOUR !
(aux infirmières)

Pour l’instant, le patient est en état de choc.
Il a perdu l’usage de la parole.
Nous devons lui réapprendre le langage.
Par quarte !
Je vous demanderai de vous exprimer
« par quarte ».
(à Elephant Man)
Bonjour, Monsieur Merrick !

LES 6 INFIRMIÈRES
Bonjour, Monsieur Merrick !
Treves et les infirmières s’approchent
d’Elephant Man pour la visite du matin.

TREVES
Bonjour, Monsieur Merrick !

LES 6 INFIRMIÈRES
Bonjour, Monsieur Merrick !

TREVES
Bonjour, Monsieur Merrick !
Treves est à quelques centimètres du visage
d’Elephant Man pour l'aider à articuler.

TREVES
Bonjour !

ELEPHANT MAN
(difficilement)
Bonjour.

TREVES
C’est bien.
(violent)
Bonjour !

ELEPHANT MAN, TREVES
Bonjour !

TREVES
C’est très bien.
(plus fort)
Bonjour,
Je m’appelle Joseph Merrick...

ELEPHANT MAN
Bonjour,
(plus lentement)
Je m’appelle Joseph Merrick.

TREVES
Bonjour !

ELEPHANT MAN, TREVES
Je m’appelle Joseph Merrick.

TREVES
C’est bien,
C’est très bien !
Treves ausculte Elephant Man.

TREVES
Vous allez très bien,
Monsieur Merrick.
Je suis content de vous,
Monsieur Merrick.
Treves sort.
Les infirmières s’occupent d’Elephant Man.

LES 6 INFIRMIÈRES
Ne vous inquiétez pas,
Vous serez très bien ici,
Nous sommes là pour nous occuper de vous,
Le jour,
Et même la nuit.

ELEPHANT MAN
Vous êtes gentilles.

LES 6 INFIRMIÈRES
Vous avez de la chance,
Vous avez un bon docteur,
Monsieur Treves est un très bon docteur.
Les infirmières sortent laissant Elephant Man seul.
En fond de scène, arrivée de Monsieur Carr-Gomm,
le directeur de l’hôpital.
Il a un certain âge.
Il vient lentement regarder Elephant Man,
sans vraiment s’approcher de lui.

ELEPHANT MAN
(comme un réflexe)

BONJOUR,

JE M’APPELLE JOSEPH MERRICK.
Carr-Gomm reste silencieux
Il s’est arrêté juste un instant.
Il vient à l’avant-scène.
Il attend le docteur Treves.

[CD 2 / Track 1]

Scène 5
Treves, Carr-Gomm
Elephant Man et les infirmières à l’écart.
Treves arrive en chemise, les manches relevées.
Il vient d'opérer.

TREVES
Pardonnez-moi, Monsieur Carr-Gomm.

CARR-GOMM

Le Comité vient de se réunir.
Une seule question aura été posée.

TREVES
À propos de Merrick ?

CARR-GOMM
Les statuts de l’hôpital ne nous permettent pas
de le garder.
Nous ne pouvons garder que les patients
qui prennent un traitement actif.

TREVES
Je n’ai pas de traitement.

CARR-GOMM
L’hôpital est saturé, Monsieur Treves.
Nous n’avons déjà plus de place pour nos malades.

TREVES
Je refuse de mettre un malade à la rue.
Je ne prendrai pas cette responsabilité.
Monsieur Merrick ne peut plus vivre dans le
monde.

CARR-GOMM
Mais les statuts nous interdisent les cas chroniques.

TREVES
Monsieur Carr-Gomm, ce n’est pas
un cas chronique
Il s’agit d’un cas médical, scientifique.
Devons-nous exclure un patient
Quand sa maladie dépasse notre savoir ?
Ne devons-nous traiter que les maladies connues,
Gérer nos compétences ?
Devons-nous revenir à ces temps anciens ?
Oublier que la médecine est une science ?
Monsieur Merrick est malade.
Nous n’avons pas le droit de l’abandonner.

CARR-GOMM
Je souhaite garder votre patient, sachez-le,
Mais cela ne dépend pas seulement
De vous-même et de moi,
Docteur Treves, il y a le Comité,
Ainsi que vos confrères.

TREVES
Oui, je sais, j’indispose...

CARR-GOMM
Je n’ai pas voulu dire cela, Monsieur Treves,
Vous êtes un chirurgien reconnu, respecté.
Mais il est vrai que vos positions nous surprennent.
Docteur vous ne manquez de fougue
ni d’ambition.
Comment envisagez-vous l’avenir de Monsieur
Merrick ?

TREVES
Pour l’instant, l’évolution semble lente.

CARR-GOMM
Cela nous rendra la tâche plus délicate
Pour convaincre le Comité.

TREVES
Monsieur Carr-Gomm, il ne s’agit pas du Comité,
Il s’agit de morale, d’éthique.
Nous devons garder Monsieur Merrick.
Nous n’avons pas le droit de laisser
Un malade sans protection.
Un homme démuni,
Imbécile de naissance...
Je m’y refuse, Monsieur Carr-Gomm,
Je ne suis pas devenu médecin
Pour jeter un malade à la rue ;
Je n’ai pas prêté serment
Pour respecter des statuts.

CARR-GOMM
Il n’y a pas que les statuts, Monsieur Treves.

TREVES
Si ce n’est qu’une question d’argent,
Je trouverai le financement ;
Mais il faudra que vous me souteniez.

CARR-GOMM
Je peux différer la prochaine réunion du Comité...

TREVES
Merci beaucoup, Monsieur Carr-Gomm.

CARR-GOMM
(sur le point de partir)
Docteur Treves,
Vous avez informé Monsieur Merrick
de son état ?

TREVES
Non, Monsieur.

CARR-GOMM
Je croyais que vous militiez
Pour la vérité dite au malade...

TREVES
Je ne connais pas la vérité
En ce qui concerne Monsieur Merrick.

CARR-GOMM
(en partant)
L’échéance, Treves,
L’échéance,
C’est le plus important pour nous.
Tous sortent, sauf Elephant Man,
qui reste seul en scène.

[CD 2 / Track 2]

Scène 6

Elephant Man, Mary
Lumière soir.
Elephant Man claudique, seul en scène,
comme un Richard III de Shakespeare.
Il erre sur le plateau, peut-être comme s’il allait partir.
Elephant Man regarde son ombre au sol,
grotesque, sûrement.

ELEPHANT MAN
(imitant le Docteur Treves)
Il s’agit d’un cas médical, scientifique,
Un imbécile de naissance
Entrée de Mary, en fond de scène.

MARY
Monsieur Merrick ?
Elephant Man est immobile.
Mary reste à distance.

MARY
Il faut venir vous reposer.

ELEPHANT MAN
Je ne veux pas me reposer.
Je ne suis pas fatigué.
Je ne suis pas un malade.
Je suis déformé,
Mais je ne suis pas malade.
Je veux vivre.
Je veux sortir.
Je veux être un homme libre.
Que mes heures m’appartiennent !
Je veux sentir le vent et la pluie,
Voir des jours qui soient différents,
Des nuits qui ne soient pas les mêmes...
Un temps.

MARY
Monsieur Merrick,
Vous ne pouvez plus vivre seul dans le monde.

ELEPHANT MAN
(doucement, comme assommé par cette réalité)
Je travaillerai.
(comme pour se persuader)
Toute ma vie j’ai travaillé
Dans une usine de cigares.
Camelot, Monstre de foire,
Je ne suis pas un mendiant ;
J’ai toujours voulu travailler
Jusqu’à ce que vous m’enfermiez.

MARY
Ce n’est pas moi qui vous ait enfermé...
Dites cela au Docteur Treves :
Il n’y a que lui qui puisse vous laisser sortir.
Voulez-vous que je l’appelle ?

ELEPHANT MAN
Merci, c’est inutile.

MARY
Vous devriez lui parler,
Il vous écoutera.

ELEPHANT MAN
Il m’écoutera,
Mais il restera le même :
Les gens qui savent
Ne changent pas.

MARY
Pas lui !
Faites-le au moins pour moi
Au moins pour moi...
Arrêtez de leur laisser croire
Que vous êtes débile,
Imbécile de naissance.

ELEPHANT MAN
C’est beaucoup plus facile à vivre.

MARY
(violente)
Mais ce n’est pas vrai !

ELEPHANT MAN
Laissez-moi,
Je ne suis rien, rien qu’une curiosité.

MARY
(violente)
Vous n’êtes pas rien !
(doucement)
Vous êtes moi aussi...
Ils se regardent.
Nous devons encore vous soigner,
Je suis là pour vous aider,
Vous ne pouvez pas partir.

ELEPHANT MAN
Je n’ai aucun traitement.
Je n’ai rien d’autre que quelques bains
Pour dissiper un peu l’odeur...

MARY
Voulez vous que j’appelle le Docteur Treves ?

ELEPHANT MAN
Non.
Laissez-moi un instant.
C’est l’heure où, dans l’ombre
J’attendais mon public...

MARY
Cela n’existe plus,
Ils vous ont tous abandonné ;
Vous n’êtes plus Elephant Man,
Il n’y a plus de Norman.

ELEPHANT MAN
Peut-être,
Mais ce sont les seuls
Qui m’ont accepté tel que j’étais.

MARY
Monsieur Merrick...

ELEPHANT MAN
Ne craignez rien,
Je vais vous suivre.
Elephant Man regarde Mary s'éloigner
avant de la suivre.

ELEPHANT MAN
(seul)
Mon Dieu !
Pourquoi m’avez-vous laissé le désir ?

— ENTRACTE —

 


Famous Composers Quick Link:
Bach | Beethoven | Chopin | Dowland | Handel | Haydn | Mozart | Glazunov | Schumann | R Strauss | Vivaldi
12:29:09 AM, 1 November 2014
All Naxos Historical, Naxos Classical Archives, Naxos Jazz, Folk and Rock Legends and Naxos Nostalgia titles are not available in the United States and some titles may not be available in Australia and Singapore because these countries have copyright laws that provide or may provide for terms of protection for sound recordings that differ from the rest of the world.
Copyright © 2014 Naxos Digital Services Ltd. All rights reserved.     Terms of Use     Privacy Policy
-212-
Classical Music Home
NOTICE: This site was unavailable for several hours on Saturday, June 25th 2011 due to some unexpected but essential maintenance work. We apologize for any inconvenience.