About this Recording
8.555868 - WALTON, W.: Quest / The Wise Virgins (English Northern Philharmonia, Lloyd-Jones)
English  French 

William Walton (1902-1983)

The Quest • Siesta • The Wise Virgins

La partition de The Quest, l’unique ballet de Walton, est sans doute la plus énigmatique de toute son œuvre. Pleine de caractère et hautement dramatique, cette pièce d’environ quarante minutes figure parmi la demi-douzaine d’œuvres les plus longues du compositeur. Toutefois, cette partition n’a été interprétée que deux fois depuis sa création en 1943 : à l’occasion d’un premier enregistrement en 1990 puis pour celui-ci. Ceci s’explique en partie par le fait que, dans la confusion de la guerre, Walton et la troupe de ballet en perdirent la trace et il fallut attendre 1958 pour que celle-ci soit redécouverte dans un entrepôt du nord de Londres.

En 1943, le moral de la troupe du Sadler’s Wells Ballet était au plus bas car son chorégraphe en chef, Frederick Ashton, servait depuis deux ans comme officier de renseignement dans la RAF. Grâce aux efforts de Kenneth Clark — qui allait devenir plus tard l’éminent auteur de la célèbre série télévisée et de l’ouvrage du même nom, Civilization — il put disposer de six semaines de permission pour créer un nouveau ballet pour la troupe. Ashton considéra que le choix de Walton s’imposait pour composer une nouvelle partition, mais également pour l’inspirer et l’assister. Il prépara un synopsis détaillé, avec indications de durées, que Walton suivit avec une précision remarquable.

Le sujet qu’Ashton choisit pour ce nouveau ballet était quant à lui moins évident. Il s’agissait d’un scénario écrit par son amie Doris Langley Moore d’après le poème allégorique The Faerie Queene d’Edmund Spenser, un contemporain de Shakespeare. On aurait pu penser qu’il s’agissait d’un thème rebelle à toute adaptation pour le ballet mais puisqu’y figurait le personnage de St George et que le conflit entre le bien et le mal y était évoqué de façon imagée, l’intrigue permettait de présenter, au plus fort de la guerre, un spectacle patriotique qui remonterait le moral du public.

Hormis le calendrier serré imposé par la courte permission accordée à Ashton, les conditions de création du ballet furent loin d’être idéales : la troupe était en tournée tandis que Walton habitait dans la région rurale du Northamptonshire. L’envoi à Ashton et à la troupe de la réduction pour piano de chacune des parties composées en hâte ne fut pas chose facile et le compositeur dut fréquemment soudoyer les gardes des trains pour qu’ils fassent office de coursiers.

Finalement, la chorégraphie, l’orchestration et les décors furent réunis et le ballet fut créé le 6 avril 1943 au New Theatre de Londres. La troupe du Sadler’s Wells, dirigée par Ninette de Valois, interpréta la chorégraphie, John Piper conçut décors et costumes, et Constant Lambert dirigea l’orchestre. La distribution comprenait Margot Fonteyn, Beryl Grey, Moira Shearer et Robert Helpmann. Malheureusement, la production ne fit pas forte impression et ne demeura pas longtemps au répertoire, bien qu’Ashton et Walton eurent ensuite l’occasion d’en renforcer la structure.

L’intrigue complexe peut se résumer comme suit :

Scène I. 1 Perdu dans la tempête, St George, qui personnifie la sainteté [1:32] et Una (la vérité) sont l’objet d’un sort jeté par le magicien Archimago (l’hypocrisie). Una danse une Siciliana lassive [2:07] puis s’endort avec St George. Archimago transforme sa servante en un sosie maléfique d’Una [4:29], mais après avoir effectué sa danse de séduction auprès de St George [5:29], celui-ci la rejette. Archimago furieux force son serviteur à se coucher auprès de la fausse Una et exige de St George qu’il les observe ; il part dégoûté [7:05]. Una entre [7:32] cherchant en vain St George, puis repart. Enragé de la savoir partie, Archimago revêt une armure identique à celle de St George [8:34].

Scène II. 2 Les trois chevaliers Sansloy (sans loi), Sansjoy (sans joie) et Sansfoy (sans foi) dansent pour se disputer la main de Duessa (le mensonge). St George entre [3:19], lutte et tue Sansfoy. Il part avec Duessa. Una entre, toujours à la recherche de St George, puis s’endort. Archimago, déguisé en St George [5:40] réveille Una et s’en va avec elle.

Scène III. 3 On découvre Pride (orgueil) sur son trône, entourée des autres pêchés capitaux. 4 Ensuite, chaque pêché danse. 5 St George entre avec Duessa ; ils dansent. Sansloy entre et se bat avec St George qui le tue. St George est dégoûté et désenchanté par ce qu’il a vu.

Scène IV. 6 Sansjoy pleure la mort de ses deux frères. Archimago entre, se faisant toujours passer pour St George [1:25]. Sansjoy le tue et interprète ensuite une danse de séduction avec Una [1:47]. St George entre [2:23], tue Sansjoy et retrouve Una.

Scène V. 7 Faith (foi), Hope (espoir) et Charity (charité) dansent avec d’autres vertus. St George et Una entrent et dansent ensemble [1:20]. St George se voit rappelé ses devoirs ; après avoir remis son armure et prêté serment à l’Angleterre, il fait ses adieux à Una [3:53] et, dans une impressionnante apothéose, part pour sa quête.

Siesta, pour petit orchestre, fut composé en 1926 peu de temps après la première œuvre orchestrale de Walton, l’ouverture Portsmouth Point. On ne sait que très peu de choses sur son origine, mais elle s’inspire clairement de la passion du jeune Walton pour l’Italie du Sud. Il se peut que cette œuvre comporte un programme caché car les soudaines interjections et certaines évocations sont loin de refléter la sieste telle que l’on se l’imagine. Walton révisa sa composition en 1962 et conserva un faible pour celle-ci jusqu’à la fin de sa vie. Par deux fois, Ashton utilisa cette partition pour accompagner un pas de deux, en 1936 puis en 1972, à l’occasion du soixante-dixième anniversaire de Walton.

L’orchestration par Walton de compositions de

J.-S. Bach pour The Wise Virgins fut commandée par le Vic-Wells Ballet en 1940. Pendant la guerre, Frederick Ashton s’était fixé comme tâche de lire la Bible dans son intégralité et eut l’idée de chorégraphier la parabole des Vierges sages et des Vierges folles extraite de Matthieu XXV. Constant Lambert sélectionna huit extraits de Cantates et Préludes Chorals de Bach, qui existaient pour la plupart en transcription pour piano, et il fut demandé à Walton de les orchestrer. Le ballet fut créé sous la direction de Lambert au Sadler’s Wells Theatre le 24 avril 1940 dans des décors impressionnants de Rex Whistler, avec Margot Fonteyn dans le rôle de la mariée et Michael Somes dans celui de l’époux. Il remporta un grand succès. Bien que Walton ait conçu ces arrangements pour un orchestre symphonique complet, ceux-ci n’en sont pas moins remarquables par leur invention et leur absence de vulgarité. Il composa et enregistra la même année une suite en six mouvements extraite du ballet. Il est intéressant de noter que le célèbre "Sheep may safely graze where a good shepherd watches", qui communique un tel sentiment de piété, provient en réalité d’une cantate profane en l’honneur d’un duc local que le compositeur comparait au berger.

Hugh Priory

Note du chef d’orchestre

Pour le premier enregistrement de The Quest en 1990, le regretté Christopher Palmer prépara une édition qui enrichit considérablement l’orchestration que Walton avait conçue pour tenir compte des moyens réduits imposés par la guerre. Ces changements concernaient surtout les parties jouées par les cuivres, les percussions et le piano. Il ajouta également des effets dynamiques supplémentaires. Le présent enregistrement propose l’orchestration originale de Walton comprenant les quelques compléments qu’il ajouta lorsque sa courte Suite extraite du ballet fut publiée en 1962. L’autre différence notable est l’insertion des coupes, notamment dans les Scènes I et IV, représentant environ soixante mesures, que Walton souhaita intégrer à sa composition écrite dans la précipitation. Par ailleurs, des mesures qui ne figurent pas dans l’édition Palmer ont également été réintégrées. La liste de ces coupes inédites est conservée au Musée Walton d’Ischia.

David Lloyd-Jones

Version française : Pierre-Martin Juban


Close the window