About this Recording
8.559022 - THOMSON, V.: Symphonies Nos. 2 and 3 / Symphony on a Hymn Tune
English  French  German 

Virgil Thomson (1896-1989)
Symphonie sur un air d'hymne (1928)
Symphonie No. 2 en ut majeur (1931-41)
Symphonie No. 3 (1972)
Pilgrims and Pioneers (Pèlerins et Pionniers, 1964)

 

Dans les années quarante, Virgil Thomson écrivit cette petite esquisse autobiographique: "Je suis né à Kansas City, dans le Missouri (le 25 novembre 1896); j'y ai grandi et c'est de là que je suis parti à la guerre. Puis j'ai fait d'autres études à Boston et à Paris En composition, j' ai été l'élève de Nadia Boulanger. J'ai enseigné la musique à Harvard et été organiste à la King's Chapel de Boston. Puis je suis reparti à Paris et j'y ai vécu pendant de nombreuses années, jusqu'à l'arrivée des Allemands, en fait. Je vis maintenant à New York, où je suis critique musical pour le New York Herald-Tribune Mes œuvres les plus connues sont l'opéra Four Saints in Three Acts (livret de Gertrude Stein), The Plow that Broke the Plains et The River (films de Pare Lorentz), mais j'ai aussi composé des symphonies et des quatuors à cordes, ainsi que de nombreuses autres pièces varies. J'ai également réalisé plus de cent portraits musicaux, tous à partir de sujets vivants, le modèle ayant posé pour moi comme pour un peintre."

Lorsque Virgil Thomson s'éteignit à New York le 30 septembre 1989, le monde pleura la mort d'un musicien par excellence. Leonard Bernstein déclara au New York Times: "La mort de Virgil T. est comme la disparition d'une ville américaine: intolerable. Mais peut-être était-il presque aussi difficile de vivre avec lui que sans lui. Virgil était tendre et rude, génêreux et mordaut, simple mais cynique. Nous aimions tous sa musique et l'interprétions rarement. La plupart d'entre nous préféraient sa prose, imprévisible et provocaute. Mais il demeura toujours bien vivant dans l'histoire de la musique, ne serait-ce que pour l'extraordinaire influence que ses œuvres spirituelles et simplistes eurent sur ses confrères, notamment sur Aaron Copland, et à travers eux sur la majeure partie de la musique américaine de notre siècle."

Thomson laissa derrière lui plus de 150 compositions qui mêleut habituellement des influences américaines et cosmopolites. Il écrivit élégamment et intelligemment sur la musique, fut chef d'orchestre et pianiste, mais aussi l'un des premiers compositeur, américains à composer de manière extensive pour le cinéma. Il fut honoré de nombreuses fois, notamment par le Prix Pulitzer (1948) et la Légion d'honneur (1947).


Symphonie sur un air d'hymne

Les trois premiers mouvements de la Symphonie snr un air d'hymne furent écrits à Paris en 1926. Deux ans plus tard, Thomson l'acheva et l'orchestra, la reprenant pour de légères révisions en 1945. Elle fut créée à New York, sous la direction du compositeur, le 22 février 1945. S'inspirant d'une ancienne mélodie écossaise, cette symphonie comporte quatre mouvements, chacun d'eux étant une variation ou un développement de la mélodie pentatonique utilisée comme thème principal. On l'a décrite comme "simple, directe et de style folklorique, évoquant l'Amérique rurale du XIXème siècle par sa dignité, sa douceur et sa naïve gaîté religieuse." Voici des extraits de l'analyse que fit Thomson de sa symphonie:

"Introduction et Allegro, L'Introduction est un passage conversationnel pour instruments solistes et couples d'instruments, suivi d'une énonciation de la mélodie de l'hymne. L'Allegro fait se succéder et se superposer des phrases dansante, dérivées du thème principal. Seule l'introduction est réitérée. Le mouvement se termine par une cadence pour trombone, piccolo, violoncelle solo et violon solo. L'Andante cantabile est chantant et contemplatif, série de variations sur une mélodie dérivée de l'air de l'hymne, s'achevant par l'évocation d'un train au lointain. L'Allegretto est une passacaille dont le caractère rythmique marqué par l'air de l'hymne à la basse. Le finale (Alla breve),une canzona s'appuyant sur une partie du thème principal, réintroduit tout le matériau important de la symphonie, avec l'hymne au complet, et se termine par une coda rappelant l'introduction." Ce mouvement fut utilisé par M. Thomson dans une version légèrement modifiée pour la fin du film de Pare Lorentz, Tbe River, dont il composa la bande originale.


Symphonie No. 2

Cette symphonie, composée en novembre 1930, entièrement réorchestrée en 1941, fut créée le 14 novembre 1941 à Seattle. Elle fut immédiatement reprise à Philadelphie et au Carnegie Hall de New York, à chaque fois sous la direction de Sir Thomas Beecham Le compositeur la dirigea avec les orchestres de St Louis et de Cincinnati, et elle fut également exécutée à Mexico et à Paris.

Voici quelques-unes des informations données par Virgil Thomson à propos de sa symphonie:
"Ma Seconde Symphonie est cyclique de par son contenu thématique et asymétrique de par sa forme. Ses mesures d'ouverture sont le motif, le germe à partir duquel se développe l'ensemble. Le premier et le troisième mouvements sont en ut majeur, le second en la bémol majeur Les mélodies sont toutes simplement diatoniques, l'harmonie aussi. Les tonalités sont juxtaposées plutôt que superposes. Le caractère expressif de cette symphonie est majoritairement lyrique, sans être dépourvu d'allégresse et d'évocations plus militaries.


Symphonie No. 3

La Symphonie No. 3 de Virgil Thomson remonte à 1932; elle vit le jour à Paris sous la forme de son Quatuor à cordes No. 2. Quatre membres du Philharmonique de New York le créèrent quelques années plus tard Puis, avec le temps, le compositeur décida que son reuvre méritait d'être orchestrée. La nouvelle version demeura cependant inutilisée jusqu'en 1972. Thomson avait voulu l'intégrer à son opéra Lord Byron, mais il finit par l'en retirer et convaincre Boosey & Hawkes de la publier comme sa Troisième Symphonie. "Son architecture est classique, du même type que ce qu'écrivaient Mendelssohn ou Schubert." Elle fut créée par l'American Symphony Orchestra à New York, sous la direction de Kazuyoshi Akiyama, le 26 décembre 1976.


Pilgrims and Pioneers (Pèlerins et Pionniers)

Le compositeur écrit: "En 1964, j'ai travaillé avec John Houseman sur un court-métrage intitulé Journey to America qui racontait de manière grandiose et émouvante l'histoire de l'immi­gration. L'orchestration fait appel à des hymnes anciens, avec de nombreuses dissonances nostal­giques. J'ai fait de mon mieux pour que la musique coïncide exactement avec le déroulement du film." Pour les exécutions au concert, Thomson arrangea la partition et en fit Pilgrims and Pioneers, créé par le Mozart Festival Orchestra à New York, sous la direction de Baird Hastings, le 27 février 1971. C'est la première fois que cette reuvre est enregistrée.


Notes de Marina et Victor Ledin, avec les notes de programme écrites par Virgil Thomson ponr les créations de ses œuvres.
Version française: David Ylla-Somers


Close the window