Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

ConcertoNet.com, March 2014

DEBUSSY, C.: Pelléas et Mélisande (Aalto Theatre, 2012) (NTSC) 101686
DEBUSSY, C.: Pelléas et Mélisande (Aalto Theatre, 2012) (Blu-ray, HD) 108086

Les «ténèbres bleues» de la grotte souterraine envahissent l’ensemble de la dramaturgie du Pelléas et Mélisande de Nikolaus Lehnhoff présenté en 2012 à l’Aalto-Theater d’Essen, les lignes strictes tout en diagonales anguleuses du décor unique de Raimund Bauer se prêtant à tous les tableaux grâce aux hautes ouvertures mobiles, seules sources de lumière directe et souvent closes ou réduites à un fil. Le bleu intense s’offre seul au regard des spectateurs pendant les interludes éloquents mais à l’écran s’y superpose un résumé en anglais de l’action à venir, détournant l’attention d’un orchestre déjà capté en retrait par rapport aux voix. Stefan Soltesz dirige les Essener Philharmoniker avec une conviction tellurique, peut-être plus postwagnérienne que debussyste mais on regrette l’équilibre manqué de la prise de son. Vincent Le Texier domine la distribution par la justesse de sa voix et la finesse de son jeu. Golaud en acquiert une autorité extraordinaire, dans la brutalité comme dans le tourment et la souffrance, la dimension psychologique subtilement établie. La présence très physique et la voix de mezzo de Michaela Selinger imposent une Mélisande moins diaphane, moins poétiquement enfantine qu’attendu mais sa prestation reste tout à fait crédible. Malgré son accent, sa diction fluide contraste avec la diction imprécise de Jacques Imbrailo qui, peu aidé par un costume lourd et mal seyant, livre de sa voix légère un Pelléas flou, plus faible que Mélisande et bizarrement naïf. Le récitatif mélodique de Debussy octroie au texte une valeur conductrice et, si par leur plastique les autres protagonistes passent, leur accent les freine, Wolfgang Schöne plus encore que Doris Soffel (Geneviève), sa voix plus de baryton que de basse sapant, de surcroît, l’autorité d’Arkel confronté à la force de Golaud. Lehnhoff conduit bien le déroulement du drame et l’évolution des personnages, malgré la difficulté non surmontée de la scène de la chevelure. Toutefois, la seule prestation de Vincent Le Texier donne une importance accrue à la parution en DVD de cette version (Arthaus Musik 101 686 ou Blu-ray 108086). © 2014 ConcertoNet.com





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group