Classical Music Home

The World's Leading Classical Music Group

Email Password  
Not a subscriber yet?
Keyword Search
in
 
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...


Sébastien Gauthier
ConcertoNet.com, August 2013

BEETHOVEN, L. van: Piano Concerto No. 3 / STRAUSS, R.: Ein Heldenleben (Uchida, Bavarian Radio Symphony, Jansons) (NTSC) 101683
BEETHOVEN, L. van: Piano Concerto No. 3 / STRAUSS, R.: Ein Heldenleben (Uchida, Bavarian Radio Symphony, Jansons) (Blu-ray, Full-HD) 108079
MAHLER, G.: Symphony No. 2 (Bavarian Radio Chorus and Symphony, Jansons) (NTSC) 101685
MAHLER, G.: Symphony No. 2 (Bavarian Radio Chorus and Symphony, Jansons) (Blu-ray, HD) 108081

Loin d’être le plus médiatique des chefs d’orchestre qui soient, Mariss Jansons n’en est pas moins un des plus grands actuellement en activité. Ayant déjà dirigé le Neujahrskonzert à deux reprises, invité par les plus grandes phalanges de par le monde, le voici dans ses œuvres, au travers de deux DVD, à la tête de l’Orchestre symphonique de la Radio bavaroise, dont il est Chefdirigent depuis la saison 2003–2004.

Le premier nous permet d’entendre et de voir un concert à la Philharmonie im Gasteig (le grand centre culturel de la capitale bavaroise) de Munich, réunissant Beethoven et Strauss, représentation vraisemblablement donnée quelques jours en avance d’une tournée que l’orchestre allait effectuer à travers l’Europe au cours du mois d’avril 2011 et qui comportait le même programme (voir ici). Le Troisième Concerto (1802) de Ludwig van Beethoven (1770–1827) bénéficie là du jeu d’une de ses meilleures interprètes actuelles, Mitsuko Uchida, comme elle a d’ailleurs eu l’occasion de le montrer en février dernier salle Pleyel lors d’un concert du Philharmonique de Berlin. Le jeu ne se veut pas révolutionnaire et ne souffre pas davantage d’une quelconque affectation: tout est naturel et évident, la pianiste s’impliquant dans la moindre note non seulement du piano mais, les caméras nous le montrent, dans le jeu de l’orchestre, vivant chaque instant, chaque silence avec une conviction pleine et entière. Vêtue comme à son habitude d’un pantalon bouffant et d’un chemisier la faisant ressembler à un immense papillon (bleu en l’occurrence…), Mitsuko Uchida livre une très belle interprétation de cette partition on ne peut plus classique, échangeant des regards complices avec les musiciens (notamment avec les bois à 9’50). Avec raison, Brian Large, rompu à ce type de réalisations, prend plaisir à s’attarder sur les mains de la pianiste dans la cadence du premier mouvement, nous faisant ensuite vivre une superbe entrée dans le Largo, auquel succède sans pause le dernier mouvement. L’Orchestre symphonique de la Radio bavaroise est splendide; ce n’est certes pas une nouveauté mais le spectateur ne pourra que succomber à ces cordes voluptueuses et à ces bois d’une remarquable finesse. Mariss Jansons adopte sa battue habituelle, la baguette passant fréquemment d’une main à l’autre, sa gestique s’arrêtant lorsque cela est nécessaire et relançant au contraire magnifiquement l’ensemble (à compter de 25’36) pour obtenir des sonorités flatteuses. Alors que les bis sont fréquemment omis dans les films de concerts, les caméras de Brian Large nous permettent ici d’entendre Mitsuko Uchida jouer la très belle «Sarabande» de la Cinquième Suite française de Johann Sebastian Bach (1685–1750). Signalons à cette occasion que chef, orchestre et soliste se retrouvent dès le mois d’août 2013 au Festival de Salzburg, puis à Lucerne, pour le Quatrième Concerto du même Beethoven: on ne change pas une équipe qui gagne!

Après l’intime, la puissance (non dénuée, il est vrai, de finesse et là aussi d’intimité, à travers le personnage de la «Femme du Héros») avec ce magnifique poème symphonique de Richard Strauss qu’est Une vie de héros (1898). Dès l’entrée en matière, les cordes de l’Orchestre symphonique de la Radio bavaroise vrombissent, les caméras nous offrant à cette occasion de magnifiques plans sur le pupitre des huit contrebasses. Au sein de l’orchestre, mention spéciale, bien évidemment, au Konzertmeister, Anton Barachovsky, qui se tire de toutes les chausse-trappes avec une incroyable facilité et une justesse tout aussi impressionnante. La variété des interventions sert idéalement les prises de vue qui passent des huit cors aux bois, des percussions au cor anglais, nous permettant même de distinguer certaines interventions que l’on entend habituellement assez difficilement, comme ce contrechant du cor derrière la clarinette à 64’52. La direction de Jansons n’est guère spectaculaire mais diablement efficace, le chef étant attentif aux moindres entrées, et jetant en plus d’une occasion un œil sur la partition ouverte sur son pupitre.

Place ensuite à Gustav Mahler (1860–1911) pour le second DVD qui, toujours à la Philharmonie im Gasteig, nous permet d’entendre principalement la célèbre Deuxième symphonie, dite Résurrection. Principalement, car ce concert débutait par une œuvre brève du même compositeur, arrangée (en 1983) et dirigée en l’occurrence par Clytus Gottwald, «Ich bin der Welt abhanden gekommen» («Je me suis retiré du monde»), dernier des cinq Rückert-Lieder (1901). Cette pièce de sept minutes à peine est ici donnée par seulement seize chanteurs, a capella: très belle entrée en matière qui annonce les futurs pianissimi du chœur dans la dernière partie de la Résurrection.

Grande interprétation que cette Deuxième Symphonie de Mahler, dirigée avec maestria (qui lui vaudra d’ailleurs une éclatante et personnelle ovation à la fin du concert tant de la part du public que des musiciens) par Mariss Jansons qui, à chaque fois qu’il dirige cette œuvre, se surpasse (voir ici). Guidant l’orchestre aussi bien par le geste que par le regard (voyez le passage à 16’50), le chef letton bénéficie d’une phalange exceptionnelle où les individualités—qu’il s’agisse notamment du hautboïste Stefan Schilli, du violon solo Radoslaw Szulc ou du trompettiste Hannes Läubin—se fondent avec bonheur dans une masse impressionnante où l’on compte pas moins de dix contrebasses, près de quatre-vingts cordes, cinq clarinettes, six trompettes…Dansant presque sur son estrade quand l’orchestre distille une enivrante légèreté dans le deuxième mouvement (Andante moderato. Sehr gemächlich. Nie eilen), Mariss Jansons arbore un visage extrêmement expressif (merci aux caméras de Brian Large, toujours à la régie…), sa main droite enveloppant le son avec douceur, sa baguette rejoignant en plus d’une occasion la main gauche, comme durant le concert que l’on peut voir dans le premier DVD. L’intervention de Bernarda Fink, toute de rose vêtue, est magnifique dans le fameux «Urlicht» et son duo avec Anja Harteros, tout en gris perlé, sera tout aussi convaincant dans la partie conclusive de la symphonie. Succès également mérité pour les chœurs qui parviennent à atteindre des pianissimi de toute beauté.

Deux très beaux concerts donc, avec une mention spéciale pour Mahler, pourtant déjà bien servi au DVD dans cette œuvre par Abbado (avec Lucerne) et Haitink (avec Berlin) notamment. © 2013 ConcertoNet.com



Christophe Huss
Québec Audio & Vidéo, August 2013

Parmi les divers concerts offerts en DVD, celui-ci présente quelques avantages. Le premier d’entre eux est de pouvoir entendre dans un concerto de Beethoven important la grande Mitsuko Uchida, enregistrée en 2011. L’approche est tout aussi équilibrée que dans l’enregistrement audio d’il y a quine ans, avec Kurt Sanderling, mais un peu plus fluide. Le tact du toucher est subjuguant, évidemment. Par ailleurs, le concert nous montre l’un des chefs les plus en vue de l’heure à la tête d’un orchestre de très grande classe. Tous se mobilisent en seconde partie pour un show symphonique spectaculaire : Une Vie de héros de Richard Strauss. Entre les deux, Uchida nous offre une sublime Sarabande de Bach. Beau produit. © 2013 Québec Audio & Vidéo






Famous Composers Quick Link:
Bach | Beethoven | Chopin | Dowland | Handel | Haydn | Mozart | Glazunov | Schumann | R Strauss | Vivaldi
1:56:20 AM, 27 July 2014
All Naxos Historical, Naxos Classical Archives, Naxos Jazz, Folk and Rock Legends and Naxos Nostalgia titles are not available in the United States and some titles may not be available in Australia and Singapore because these countries have copyright laws that provide or may provide for terms of protection for sound recordings that differ from the rest of the world.
Copyright © 2014 Naxos Digital Services Ltd. All rights reserved.     Terms of Use     Privacy Policy
-208-
Classical Music Home
NOTICE: This site was unavailable for several hours on Saturday, June 25th 2011 due to some unexpected but essential maintenance work. We apologize for any inconvenience.