Classical Music Home

The World's Leading Classical Music Group

Email Password  
Not a subscriber yet?
Keyword Search
in
 
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

Christian Brassy
Portail des Musiques Medievales, November 2012

L’ensemble Dulce Melos avait déjà sorti chez Naxos un enregistrement consacré au Lochamer Liederbuch, légèrement antérieur. Emmené par Marc Lewon, il était composé de jeunes musiciens (alors !) issus de la Schola de Bâle et avait fait appel au baryton Martin Hummel… Cet enregistrement avait été apprécié par les amateurs du répertoire fin XVe pour sa variété et sa cohérence.

Pour ce nouvel enregistrement, l’ensemble s’est adjoint les services de Sabine Lutzenberger, décidément très sollicitée ces dernières années.

Il ne s’agit nullement ici de mettre en concurrence ces deux enregistrements dignes d’intérêt, et encore moins de lancer une “querelle des anciens et des modernes” !!! Mener une comparaison “pièce par pièce” serait tentant, mais mieux vaut définir le climat d’ensemble amené par chacun, d’autant que parmi le grand nombre de titres interprétés (29 chez Clemencic, 43 chez Dulce Melos), seuls quatre sont communs.

Les deux enregistrements ont leurs qualités. Tous les deux prennent un parti-pris “Renaissance” dans le choix de l’instrumentarium…. Le choix de violes de gambe bien “Renaissance” marque leur couleur respective. : nous connaissons le problème posé par l’emploi des cordophones à archet, tels qu’ils apparaissent au XVe siècle (avec une longueur de cordes réduite), dans les registres graves… Des réponses sont encore à expérimenter, mais après tout nous sommes habitués à relativiser cet usage quelque peu anachronique des violes. L’appel à un cornet, instrument largement utilisé dans l’Allemagne de la fin XVe, garantit ses effets chez Clemencic. Les couleurs du clavier (un “échiquier” nous dit-on !) et du “dulcimer” de Dolce Melos sont tout autant intéressantes, mais se renouvellent davantage. Mêlées à la flûte et au luth, elles apportent un climat plus intimiste, sans doute plus approprié à l’esprit de ce recueil. Mais la différence se fait surtout dans l’appel aux voix ! La couleur, bien sûr : l’appel à un contre-tenor chez Clemencic parait quelque peu artificiel et bien peu adapté : d’autant que le trio vocal (contre-ténor, ténor, basse) ne peut se dégager d’une certaine rigidité amenée par une fréquentation prioritaire des répertoires sacrés du XVII-XVIIIe (Bach… ). Le problème de l’enregistrement de Clemencic est d’ailleurs sans doute là : une trop grande rigidité due à une approche trop “classique”, particulièrement dans les phrasés, rythmes….. Ceci étant accentué par une prise de son rapprochée.

Martin Hummel comme Sabine Lutzenberg semblent plus à l’aise, avec des voix plus naturellement posées. Ils parviennent à rendre les mélodies familières, parfois presque populaires, et font davantage ressortir les résonances germaniques du texte. L’audition en devient plus aisée, et correspond bien mieux à ce que, pour ma part, j’attends d’une interprétation encore médiévale.

Comment conclure alors ? D’abord dire que c’est très bien de retrouver des esthétiques différentes dans un même répertoire. A chacun de faire alors son choix… Je suis pour ma part sensible à Dolce Melos, qui tient bien plus compte des études musicologiques récentes et des sensibilités actuelles. © Portail des Musiques Medievales




Isabelle Ragnard
Diapason

[...] Le programme reflète cette diversité musicale et poétique, et confère une unité à ce chapelet de pièces très courtes en rassemblant souvent plusieurs versions (neuf pour O Rosa bella) d’une même polyphonie. L’improvisation a peu de place : l’équipe de Dulce Melos souligne l’inventivité de ces maîtres, pour la plupart anonymes, tout en restant très fidèle aux partitions. Aux foisonnantes familles des luths et autres vièles médiévales, rehaussées de la flûte à bec, s’ajoutent deux cithares à cordes frappées, ancêtres du cymbalum – le puissant Hackbrett et le délicat dulcimer (ou « dulce melos » qui donne son nom à l’ensemble fondé autour de l’exellente Margit Übellacker).

Les effectifs varient, deux voix se joignant parfois aux instruments en fonction de la configuration propre à chaque rèpertoire – pour les chansons d’origine internationale, la voix supérieure est soutenue par deux instruments tandis que pour les pièces locales de type tenorlied, la voix centrale est insérée entre deux parties ornementales. La soprano et le baryton interprètent sobrement mais avec conviction les mélodies souvent syllabiques où le texte est primordial (le livret en fait l’économie, mais indique où les télécharger avec leur traduction). Les sonorités rares de cet album apportent une saveur nouvelle à la discographie du Moyen Age tardif. © Diapason






Famous Composers Quick Link:
Bach | Beethoven | Chopin | Dowland | Handel | Haydn | Mozart | Glazunov | Schumann | R Strauss | Vivaldi
1:55:17 PM, 27 May 2015
All Naxos Historical, Naxos Classical Archives, Naxos Jazz, Folk and Rock Legends and Naxos Nostalgia titles are not available in the United States and some titles may not be available in Australia and Singapore because these countries have copyright laws that provide or may provide for terms of protection for sound recordings that differ from the rest of the world.
Copyright © 2015 Naxos Digital Services Ltd. All rights reserved.     Terms of Use     Privacy Policy
-212-
Classical Music Home
NOTICE: This site was unavailable for several hours on Saturday, June 25th 2011 due to some unexpected but essential maintenance work. We apologize for any inconvenience.