Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...


Pierre-Jean Tribot
Pizzicato, September 2012

Pour ce nouveau volume de son intégrale des Symphonies de Shostakovich, Vasily Petrenko additionne les Symphonies des extrêmes. La rage des expérimentations de la Symphonie n°2 est contrecarrée par l’introspection orchestrale de la Symphonie n°15. La tragédie et la douleur traversent ce parcours débuté par la force herculéenne de la Symphonie ‘Octobre’ et close par le requiem orchestral de la Symphonie n°15.

Encore une fois, le jeune Petrenko se sort de tous les pièges de cette musique. Il arrive à faire vrombir la Symphonie n°2 dans un geste orchestral joyeux et bigarré. Tout l’orchestre piaffe lors de cette parade des soviets endiablés et virevoltants. Le brio de l’orchestre permet au chef de mettre en avant la radicalité d’un jeune compositeur qui pensait que l’avenir serait porté par la création d’un homme soviétique dont l’énergie serait capable de déplacer les montagnes.

La discographie de la Symphonie n°15 est marquée par de très grandes versions qui poussent très loin l’introspection orchestrale: K. Sanderling (Berlin Classics et Warner), Haitink (RCO Live), Kitajenko (Capriccio). Fuyant le côté orchestre en parade d’un Solti (Decca) ou d’un Neeme Järvi (DG), Petrenko renoue avec le côté abrasif et volontariste d’un Mravinski (Melodiya). Les blocs orchestraux s’affrontent dans un vain combat contre l’extinction des âmes. Tout avance comme longue marche à la fois triste et ironique, sorte de marche au supplice d’un héros négatif qui regarde son passé avec angoisse et ironie. © 2012 Pizzicato




Pierre-Jean Tribot
ResMusica.com, June 2012

Pour ce nouveau volume de son intégrale des Symphonies de Dimitri Chostakovitch, Vasily Petrenko additionne les Symphonies des extrêmes. La rage des expérimentations de la Symphonie n°2 est contrecarrée par l’introspection orchestrale de la Symphonie n°15. La tragédie et la douleur traversent ce parcours débuté par la force herculéenne de la Symphonie « Octobre » et close par le requiem orchestral de la Symphonie n°15.

Encore une fois, le jeune Petrenko se sort de tous les pièges de cette musique.  Fuyant le brio orchestral et creux d’un Wigglesworth, il arrive à faire vrombir la Symphonie n°2 dans un geste orchestral joyeux et bigarré. Tout l’orchestre piaffe lors de cette parade des soviets endiablés et virevoltants. Le brio de l’orchestre permet au chef de mettre en avant la radicalité d’un jeune compositeur qui pensait que l’avenir serait porté par la création d’un homme soviétique dont l’énergie serait capable de déplacer les montagnes.

La discographie de la Symphonie n°15 est marquée par de très grandes versions qui poussent très loin l’introspection orchestrale : Kurt Sanderling (Berlin Classics et Warner), Bernard Haitink (RCO Live), Dimitri Kitaenko (Capriccio). Fuyant le côté orchestre en parade d’un Solti (Decca) ou d’un Neeme Järvi (DGG), Petrenko renoue avec le côté abrasif et volontariste d’un Evgueni Mravinski (Melodya). Les blocs orchestraux s’affrontent dans un vain combat contre l’extinction des âmes. Tout avance comme longue marche à la fois triste et ironique, sorte de marche au supplice d’un héros négatif qui regarde son passé avec angoisse et ironie.

On peut (comme tous les autres volumes de cette intégrale) comptabiliser cette réussite comme  l’un des sommets récents de la discographie du compositeur. Vivement la suite… ! © 2012 ResMusica.com




Patrick Szersnovicz
Diapason
View PDF  




Naxos Records, a member of the Naxos Music Group