About this Recording
8.223181 - HONEGGER: Miserables (Les)
English  French 

Arthur Honegger, l'un des plus grands compositeurs du vingtième siecle, a, dans l'espace d'une trentaine d'années, apporté une contribution sans précédent à la musique de film. De ses premières compositions, à savoir les films d'Abel Gance La roue en 1922 et Napoléon en 1926 dans lesquels il voit du travail de débutant, à sa derniere oeuvre en 1951, on compte une production totale d'une quarantaine de compositions musicales pour films. La moitié de son oeuvre est écrite et orchestrée par le compositeur lui-même, le reste l'étant en collaboration avec son ami Arthur Hoerée, qui meurt en 1986 avant d'avoir entendu l'enregistrement actuel avec André Jolivet, Maurice Jaubert, Darius Milhaud, Roland-Manuel et Maurice Thiret, le tout realisé sous la pression du temps. Ouoi qu'il en soit, la musique cinématographique d'Honegger représente une oeuvre considérable pour un compositeur d'une telle importance. Il arrangera l'orchestration de quelques un de ses films comme Mermoz et Regain.

Honegger, lui-même grand amateur de cinéma, assiste souvent au tournage, et se fait remarquer par ses idées étonnamment modernes sur la fonction musicale dans le cinéma. Kurt London en 1936, déjà, reconnaît en lui sa préeminence dans ce domaine et le décrit comme le vrai leader de la musique cinématographique moderne en France.

Honegger considère que la composition musicale idéale pour film doit faire de la musique un composant distinct dans un ensemble uni; il méprise les essais maladroits du dessin animé dans l'utilisation du procédé de synchronisation au mouvement sur l'écran, et attend impatiemment les films qui ne sont pas seulement des produits fournis avec la musique mais qui savent aussi s'en inspirer.

Selon Honegger, le montage cinématographique diffère de la composition musicale en ce que cette dernière dépend d'un mouvement continu et logique, et que le film repose sur des contrastes. Musique et son doivent donc s'adapter l'un à l'autre dans le but de renforcer et compléter l'élément visuel; le tout doit alors présenter une unité artistique qui permette à l'imagination visuelle commune du public de s'enrichir d'une meilleure compréhension du langage musical.


Close the window