About this Recording
8.223312 - GODOWSKY, L.: Walzermasken (Prunyi)
English  French 

Leopold Godowsky (1870- 1938) Walzermasken

Leopold Godowsky (1870-1938)

Walzermasken (Masques de valses)

 

Le "superman du piano", "un pianiste pour pianistes", le "plus grands techniciens de tous les temps", le "phénomène le plus extraordinaire, telles sont quelques unes des expressions utilisées quand on évoque Leopold Godowsky. Malheureusement, son souci de la perfection et sa timidité innée desservirent la qualité de ses concerts publics et celle de ces enrégistrements. La beauté transcendentale de son jeu ne se révéla donc pleinement qu'à ceux qui eurent la chance de l'ecouter dans l'intimité de son propre studio. Godowsky fut un géant de l'Age d'Or du piano aux côtés de Rachmaninov, Lhevinne, Rosenthal, Friedman et Moïsewitch. Ce n'est d'ailleurs personne d'autre que le grand Hofmann qui qualifia de tragique le falt que le public n'entendit jamais Godowsky jouer comme il en était réellement capable. II fut en falt l'un des plus remarquables pianistes qui ait jamais existé.

 

Aussi surprenant que cela puisse paraître, Godowsky fut en grande partie autodidacte. Né à Socly, près de Vilnius - aujourd'hul en Lithuanie - le 13 février 1870, II commença à étudier le violon dès l'âge de trois ans, mais, peu de temps après, se manlfesta sa véritable aptitude pour le piano. Selon une anecdote, à l'âge de quatre ans, sans avoir jamais pris aucune leçon de piano il joue correctement des airs de Martha qu'il n'avalt entendus qu'une seule fois - un an auparavant, d'un orchestre de régiment.

 

A Vilnius, l'apprentissage musical qu'll sulvit étalt faible et occasionnel. Néanmoins, dès l'âge de sept ans, il se mit à composer ses propres morceaux et, falt à souligner, II réutilisa nombre de ses premières idées musicales dans ses compositions de maturité. A neuf ans, il se produisit pour la première fols en public au cours d'un récital qui déclencha une tournée de concerts en Pologne et an Allemagne. A Königsberg, Godowsky attira l'attention d'un banquier aisé, nommé Feinburg, dont la générosité lui permit d¡¦entrer à la Hochschule für Musik de Berlin, à l'âge de treize ans, pour un cursus de deux années d'étude. Parmi ses professeurs se trouvaient le compositeur Woldemar Bargiel (1828-1897), demi-frère de Clara Schumann, et le pianiste-compositeur Ernst Rudolff (1840-1916) qui était un ami de Brahms.

 

Godowsky quitta Berlin pour faire ses débuts américains à Boston, le 7 décembre 1884, et entreprendre en 1886 une tournée au Canada en compagnie du violoniste beige Ovide Musin. Les trois années qui suivirent, il les passa en majeure partie à Paris, où il gagna le renom de protégé de Saint-Saëns et se produisit dans les salons de le bonne société, et à Londres, où il joua un concert commandé par la famille royale. Au cours de la décennie suivante, on le retrouva aux Etats-Unis, associé à d¡¦importantes écoles de musique - de New York, Philadelphie et Chicago. II prit la nationalité américaine et épousa Frieda Saxe en 1891. (A noter, en passant, que leur fils fut le co-inventeur du procédé de photographie en couleur Kodachrome).

 

Le récital du 6 décembre 1900 à Berlin constitua un moment mémorable dans la vie de Godowsky: du jour an lendemaln, II devint l'un des plus grands pianistes du monde. II resta à Berlin pour y professer jusqu'en 1909. Cette année, il accepta une chaire d'enseignant en cycle superieur a l'Akademie der Tonkunst de Vienne. Lorsque la première guerre mondiale éclata, il s'établit de façon permanente aux Etats-Unis. Au cours d¡¦une séance d'enrégistrement des Nocturnes de Chopin à Londres en 1930, Godowsky fui victume à une congestion cérébrale qui lui coûta l'usage de son bras droit et mlt brutalement un terme à sa carrière de concertiste. II continua de composer jusqu'à sa mort qui survint à New York le 21 novembre 1938.

 

Les Walzermasken furent composés en 1911 et comprennent vingt- quatre fantaisles à trois temps destinées à être entendues au cours d'un seul cycle. Joué sans interruptions, le cycle dure environ une heure. Bien que Godowsky ne s'opposât pas à l'idee qu'une selection de mouvements fut jouée lorsque l'occasion ie justifiait, il recommandalt-vivement au pianiste de falre son choix en prenant bien en compte la diversité.


Close the window