About this Recording
8.554260 - OCKEGHEM: Requiem / Missa Prolationum
English  French 

Johannes Ockeghem (c. 1410-1497)
Requiem
Missa Prolationum
Intemerata Dei Mater

Johannes Ockeghem – le mystique lucide

Le décès du très grand compositeur franco-flamand du XIV siècle, Johannes Ockeghem, le 6 février 1497, déclencha un flot de poèmes et de chants funèbres écrit en son honneur. Les plus grands esprits du temps, le poète Guillaume Crétin, l'auteur-compositeur Jean Molinet et Erasme de Rotterdam lui-même décrirent Ockeghem sur les tons les plus élevés et les plus chalereux. Erasme avait auparavant fait des déclarations bien moins flatteuses sur la polyphonie qui fleurisait dans les églises, mais en ce qui concerne le vieux maître flamand, qui avait presque atteint l'âge de 90 ans, il dut pourtant s'écrier: "Ergone conticuit / Vox illa nobilis / Aurea vox Okegi?" ("S'est-elle tue à jamais / cette noble voix / la voix d'or d'Ockeghem?"). Peut-on s'imaginer qu'il faisait ainsi allusion aux honoraires exorbitants que procurait à Ockeghem sa charge de trésorier de l'abbaye Saint-Martin de Tours? Non, on en peut guère le croire car tous les autres éloges soulignent précisément la probité et la piété du compositeur! Ses élèves, qui comptent apparemment tous les plus grands compositeurs de l'époque (Josquin des Prés, de la Rue, Brumel et Compère), sont priés de composer des chants funèbres. Ce qu'ils font: Josquin des Prés compose même l'un de ses plus grands chefs-d'oeuvre, où le maître aimé est décrit non seulement comme un sage versé en "mathématiques, arithmétique et géométrie, astrologie et même en musique...". La qualification d'Ockeghem dans ces domaines découle de son intérêt extrêment vif pour les énigmes et les puzzles musicaux complexes, dont notamment toute une messe où les quatre voix chantent constamment en suivant chacune sa propre mesure tout en formant deux par deux un canon. Tel est le cas de sa Missa Prolationum, pour en pas mentionner la Missa Cuiusvis Toni, qui peut être chantée dans tous les 4 modes classiques, le registre vocal restant en principe le même alors que l'impression générale devient très différente.

Mais on a peut-être trop parlé de cette subtile virtuosité. Car comment est cette musique? En fait, dans toute sa complexité exubérante elle est passionnément intéressante à écouter. Ockeghem en semble absolument pas avoir de difficultés d'imagination. Ses idées pétillent dans un flot presque infini et réellement amorphe d'inventions fertiles. Et dans un sens sa musique en ressemble à nulle autre. Au plan rythmique elle est extrêment variable et d'un degré de difficulté dont on en retrouvera la pareille qu'à notre siècle.

Malgré ses principes de composition absolument lucides, elle rayonne d'un mysticisme très médiéval, d'une quête de la finalité religieuse par le biais du mystère de la musique: la jungle de tons bien maîtrisés qui assaille nos oreilles en nous contant le pouvoir inconcevable de Dieu et l'infinité du Ciel et de la grâce céleste.

Et dire qu'il existe même un tableau représentant Johannes Ockeghem! Pourtant il est extrêmement rare de trouver des portraits de compositeurs du Moyen Age, et celui-ci a en réalité été peint quelque 20 ans après sa mort. Mais tout de même. On l'y voit parmi ses chanteurs, portant des lunettes, ce maître grand, mince et inconditionellement logique, qui nous rappelle qu'à son époque, il etait presque aussi connu pour sa glorieuse voix de basse que pour sa forme unique de composition musicale.

Bo Holten.(Translation: Karen Weinreich)

Ba Halten

Bo Holten (né en 1948), compositeur et chef d'orchestre. Bo Holten a composé dans tous les genres: opéra, symphonie, concert pour soliste, musique de chambre, comédie musicale, musique de film et musique chorale, et la liste de ses oevres comprend plus de 100 compositions. En 1979 Bo Holten fonda le groupe vocal Ars Nova, dont il a été le directeur et le chef d'orchestre jusqu'en 1996. Avec cet ensemble il a dirigé plus de 500 concerts et enregistré 20 CD – dont un grand nombre ont obtenu un prix au Danemark et à l'etranger. En 1991 Bo Holten fut nommé chef d'orchestre invité permanent des BBC Singers à Londres où il travaille depuis lors pendant 2 mois par an et a dirigé quelque 50 concerts et enrigistrements radiophoniques, y compris des "Proms" (séries annuelles de concerts) au Albert Hall.

MUSICA FICTA

Au printemps 1996 Bo Holten créa son nouvel ensemble vocal professionnel MUSICA FICTA. Au cors de sa première saison, cet ensemble s'est rapidement établi sur la scène internationale par le biais d'intéressantes représentations.

MUSICA FICTA a notamment donné des concerts au festival Clerkenwell à Londres avec le concours du Royal Danish Brass et du The New London Orchestra devant un public enthousiaste et une presse anglaise qui l'a remercié par d'excellentes critiques dans les meilleurs journaux nationaux. (Par ailleurs, ces réactions lui ont rapidement valu une nouvelle invitation au festival de l'année suivante). Le premier CD édité par MUSICA FICTA, Danske julesalmer og – sange (NAXOS) (Psaumes et chants de Noël danois), qui est sorti à fin de novembre 1996, a été vendu à plus de 25.000 exemplaires en un mois et a donc recu, le soir de Noël, le disque d'or.


Close the window