About this Recording
8.554629 - GRANADOS, E.: Piano Music, Vol. 4 (Riva) - Romantic Waltzes / Poetic Waltzes / Aragonese Rhapsody
English  French  German 

Enrique Granados (1867-1916)

Œuvre pour piano, Volume 4

Enrique Granados naquit le 27 juillet 1867 à Lérida, non loin de Barcelone. Fils d'un capitaine de l'armée, Granados commença d'étudier le piano en 1879 et continua l'année suivante avec Joan Baptista Pujol (1835-1898) à l'Academia Pujol. Trois ans plus tard, il interprétait la Sonate, op. 22 de Schumann lors d'un concours dont l'un des jurés était l'éminent compositeur Felipe Pedrell (1841-1922). Alors âgé de seize ans, Granados remporta ce concours et impressionna visiblement Pedrell, qui commença à lui donner des cours d'harmonie et de composition en 1884.

En 1887, Granados se rendit à Paris, où il étudia avec Charles de Bériot (1833-1914). Granados fut très influencé par Bériot, qui soulignait notamment l'importance de l'improvisation, renforçant ainsi les talents naturels de Granados en la matière. Après être rentré à Barcelone en 1889, Granados publia ses Danzas españolas, qui lui valurent une reconnaissance internationale.

Au cours de sa vie, Granados se produisit en concert en Espagne, en France et à New York, collaborant avec des chefs d'orchestre comme Isaac Albéniz et Pablo Casals, des violonistes comme Eugène Ysäye et Jacques Thibaud, et des pianistes comme Mieczyslaw Horszowski et Camille Saint-­Saëns. Outre ses nombreuses œuvres pour piano, il composa de la musique de chambre, de la musique vocale, des opéras et des poèmes symphoniques. Granados fut également un professeur réputé et en 1901, il fonda l'Academia Granados, d'où sortirent des musiciens de l'envergure de Paquita Madriguera, Conchita Badia et Frank Marshall.

En 1912, Granados rencontra le pianiste américain Ernest Schelling, qui fut le premier pianiste à interpréter ses œuvres hors d'Espagne. C'est grâce à Schelling que les œuvres de Granados furent publiées à New York et il encouragea le compositeur à tirer un opéra de sa suite pour piano Goyescas. Cet opéra fut créé au Met le 28 janvier 1916 et Granados fit le voyage, malgré la terreur que lui inspirait l'océan. Pendant ce séjour américain, il donna de nombreux concerts – dont un récital à la Maison-Blanche – et réalisa des enregistrements pour piano mécanique. Accompagné de sa femme, Granados rentra en Europe par Liverpool, mais alors qu'ils traversaient la Manche, un sous-marin allemand torpilla leur navire, le Sussex, et tous deux périrent dans le naufrage.

Vers 1912, Granados écrivit: "Ma devise a toujours été de renoncer aux succès faciles afin d'en obtenir un qui soit authentique et durable." Granados est universellement reconnu aujourd'hui comme l'un des compositeurs espagnols les plus importants. Sa musique a de nombreuses facettes mais est essentiellement romantique, avec des traits nationaux. Il a été décrit comme « le Chopin espagnol », « le dernier romantique » et par ses compatriotes comme « notre Schubert ». Difficile à décrire en un mot, la personnalité musicale de Granados est unique et instantanément identifiable.

Granados était surtout influencé par le romantisme européen du milieu du XIXéme, siècle, et notamment Schumann et Chopin. La luxuriance introvertie de ses lumineuses harmonies, sa riche palette de coloris pianistiques, ses structures formelles déliées et sa vive imagination, toujours teintée de nostalgie, en font indéniablement un romantique. On a souvent fait remarquer que les formes développées comme les sonates et les concertos n'attiraient pas Granados. Sa personnalité artistique se trouvait plus en phase avec des formes brèves et rhapsodiques, notamment celles s'appuyant sur des variations.

Dans une note jointe au manuscrit de Apariciones–Valses románticos, Granados disait considérer Apariciones comme une étude préliminaire à ses Valses poéticos : « Le premier recueil des Valses poéticos se présentait sous cette forme. Réviser et Publier. » Parmi les révisions que Granados fit subir aux Apariciones, il sélectionna sept des dix-huit valses originales, les révisa et les publia ensuite comme partie intégrante des Valses poéticos. Le reste des Apariciones–Valses románticos, Introducción: Presto et les valses, qui ne furent pas subséquemment incorporées aux Valses poéticos, ne fut pas publié. Les Valses poéticos datent d'environ 1893-94, aussi Granados dut-il travailler sur Apariciones auparavant, probablement en 1891-1893. Ceci est le premier enregistrement de Apariciones–Valses románticos.

Il est impossible de connaître la date exacte à laquelle fut composée A la cuhana, le manuscrit n'étant pas daté. Cette œuvre fut publiée en 1914 mais remonte sans doute à une date antérieure à 1898, année où l'Espagne perdit sa mainmise sur Cuba.

Granados fut grandement influencé par la musique de Robert Schumann. Granados et Schumann partageaient une même approche qui les poussa à rechercher l'universel dans le particulier. Les deux compositeurs appuyèrent une grande partie de leur musique sur une altération émotionnelle constante, évoquée par des harmonies richement colorées. Le recueil de Granados Escenas infantiles<Miniaturas, largement inspiré de Schumann et enregistré ici pour la première fois, resta inédit du vivant du compositeur. Ni ce recueil ni le précédent, également inspiré de Schumann et intitulé Cuentos de la juventud, n'étaient sans doute écrits à l'intention d'enfants mais constituent plutôt des recueils de souvenirs d'enfance.

La Jota de Miel de la Alcarria est une version pour piano solo, arrangée par le compositeur, d'une section de la musique de scène que Granados composa pour le mélodrame rural de 1894 Miel de la Alcarria de José Feliu y Codina. Cette composition date probablement de 1894.

Valses poéticos est l'un des tout premiers chefs-d'œuvre de Granados. Les sous-titres des différentes valses furent inclus dans le programme de la création par Granados des Valses poéticos en 1895, toutefois, ces sous-titres ne furent pas inclus dans les éditions de cette œuvre publiées du vivant de Granados. Celui-ci tenait manifestement ses Valses poéticos en haute estime, les enregistrant pour le Piano mécanique Welte-Mignon et les interprétant souvent en concert, notamment lors de l'un de ses derniers récitals, le 23 janvier 1916 à New York.

Sur la copie la plus ancienne que l'on ait conservée de Rapsodia aragonesa, une épreuve d'imprimeur datant de 1901 et corrigée par le compositeur, le titre a été rayé par Granados, qui a noté: « non, non, non, non, non et non – ce titre a été donné par l'éditeur ». Toutefois, le compositeur n'ayant pas suggéré un titre alternatif, celui de l'éditeur a prévalu. L'ouvrage est dédié au confrère de Granados, le pianiste britannique Harold Bauer.

Aparición fut composé pour le piano à pédale « Cateura », instrument inventé dans la région de Barcelone au début du XXéme siècle et dont il n'est resté aucun exemplaire connu. Selon les indications des partitions que Granados écrivit pour lui, les pédales devaient apporter des effets de coloris spéciaux. Aparición est dédié à « Miss Jennine Rutherford Grawshaw ». On ignore quel rapport Granados eut avec elle.

Douglas Riva
Version française: David Ylla-Somers


Close the window