About this Recording
8.555015 - LERNER and LOEWE: Orchestral Selections
English  French 

Alan Jay Lerner (1918-1986) and Frederick Loewe (1901-1988)

Extraits de My Fair Lady • Camelot • Gigi • Brigadoon • Paint Your Wagon

En collaboration avec Frederick Loewe, le parolier et librettiste Alan Jay Lerner devait produire quelques-unes des comédies musicales les plus vives et les plus réussies du vingtième siècle. Né à New York le 31 août 1918 au sein d’une famille prospère de la classe moyenne qui était à la tête d’une chaîne de magasin de bonneterie, Alan Lerner commença une formation de pianiste avant de se tourner vers l’écriture (Licence es sciences à Harvard à la fin des années 1930 ; il a par ailleurs étudié à Bedales en Angleterre et à la Juilliard School of Music). D’abord employé comme journaliste, il travailla ensuite à la radio où il écrivit des scénarios et des sketches, notamment pour Victor Borge, Alfred Drake et Hildegarde et Celeste Hohn. Il devint également célèbre au début des années 1940 comme chanteur s’accompagnant au piano. Il mourut à New York le 14 juin 1986.

Bien que naturalisé Américain, le compositeur de chansons Frederick Loewe naquit à Vienne le 10 juin 1901 (certaines sources indiquent 1904), d’une mère actrice et d’un père ténor de renommée internationale, Edmund Loewe, qui fit ses débuts new-yorkais en 1905 dans une opérette au Irving Place Theatre. Le jeune Frederick effectua sa formation de pianiste en Europe auprès de Ferruccio Busoni et Eugen d’Albert et de compositeur auprès d’Emile Reznicek. Il fit ses débuts de soliste à l’âge de treize ans avec le Philharmonique de Berlin. Après s’être forgé une réputation en Europe comme compositeur dans une veine s’apparentant à l’opérette viennoise traditionnelle (sa chanson Katrina en 1919 remporta un certain succès), il rejoignit son père à New York en 1924 où, après avoir tenté à plusieurs reprises de se lancer dans une carrière d’interprète et de compositeur, il dut, à partir du milieu des années 1930, accepter par nécessité des postes plus confortables et rémunérateurs comme pianiste dans un club et organiste dans un théâtre. Avant de s’associer avec Lerner, il contribua occasionnellement à quelques spectacles ainsi qu’à deux comédies musicales pleines de bonnes intentions qui furent des échecs avec Earle Crooker, Salute to Spring (St Louis, 1937) et Great Lady (Broadway, 1938). Jusqu’au début des années 1960, il était établi principalement à New York et à Hollywood. Loewe mourut alors qu’il était en retraite à Palm Springs en Californie, le 14 février 1988.

Le remarquable partenariat qui lia Lerner et Loewe pendant dix-huit ans vit le jour en 1942 au Lamb’s Club de New York. Leur première collaboration — le remaniement de Patricia, un échec à Broadway en 1941 qui ne connut pas davantage de succès sous la forme de The Life of the Party — eut un dénouement positif puisqu’il posa les fondations de leur collaboration qui se poursuivit en 1943 avec What’s Up ?, une ´ revue à sketches ª avec Jimmy Savo et Glora Warren qui ne fit l’objet que de 63 représentations à Broadway. Leur projet suivant, The Day Before Spring (1945, avec Irene Manning, Bill Johnson, John Archer et Pat Marshall), qui comportait quelques chansons assez réussies, demeura à l’affiche pendant 165 représentations et marqua un tournant dans le parcours de Lerner et Loewe puisqu’il mena à leur premier succès, Brigadoon, en 1947.

Dans le sillage d’Oklahoma!, Brigadoon adopta le style propre au renouveau de l’opérette. Le livret et les paroles de Lerner décrivent une action qui se situe dans un lieu imaginaire. La distribution comprenait Marion Bell, David Brooks, George Keane et Lee Sullivan. L’œuvre fut donnée 581 fois au Ziegfeld et 685 fois au His Majesty’s de Londres. Elle fut remontée à New York en 1950 puis en 1957 et, par la suite, à Broadway en 1980, et donna également lieu à un film en 1954 (produit par la MGM avec Gene Kelly, Cyd Charisse et Van Johnson) qui reçut un Oscar pour sa direction artistique. Parmi les morceaux les plus incontournables de la partition, on trouve le tendre et mythique The heather on the hill et Come to me, bend to me ainsi que le vibrant Almost like being in love.

Pour sa production suivante, Love Life (1948, avec en vedettes Nanette Fabray et Ray Middleton), Lerner fit équipe avec Kurt Weill sur une partition qui, malgré 252 représentations contenant dix-huit bonnes chansons, n’a apparemment pas survécu. Puis, en 1951, après avoir travaillé à Hollywood avec Burton Lane sur des chansons pour la comédie musicale de la MGM Royal Wedding (leur chanson, Too Late Now, fut nominée pour les Oscars), il s’associa de nouveau avec Loewe pour Paint Your Wagon, une description vive et colorée du folklore américain. Se déroulant dans la Californie de la ruée vers l’or, en 1853, la distribution originale de Broadway au Shubert Theatre réunit James Barton, Burl Ives et Eddie Dowling pour 289 représentations. La reprise londonienne (1953) avec Bobby et Sally Ann Howes, le père et la fille, fut donnée 477 fois. Filmée en 1969 (par la Paramount, avec Lee Marvin et Clint Eastwood, et nominée pour les Academy Awards pour la direction musicale de Nelson Riddle), sa partition comprenait I talk to the trees, They call the wind Maria et Wand’rin’ Star.

Le plus grand succès du tandem Lerner-Loewe fut My Fair Lady (1956) qui reçut le Prix Pulitzer et battit tous les records au box-office qu’il s’agisse de comédies musicales ou de films. L’album 33 tours sur lequel figurait la distribution originale fut classé n°1 aux Etats-Unis, se vendit à plus de cinq millions d’exemplaires et demeura 311 semaines consécutives dans le Top 40. Il s’agit d’une impressionnante re-création de la comédie de 1913 de Bernard Shaw Pygmalion. La comédie musicale composée par Loewe sur un livret de Lerner fut donnée 2717 fois à Broadway (au Mark Hellinger Theatre, avec Rex Harrison, Julie Andrews et Stanley Holloway, mis en scène par Moss Hart) et 2281 fois à Londres. Depuis, elle a fait l’objet de nombreuses reprises à travers le monde. Le film (CBS/Warner, 1964, avec Rex Harrison et Audrey Hepburn doublée par Marni Nixon) obtint quatre nominations aux Academy Awards et sept aux Oscars, dont une pour la direction musicale d’André Previn. La partition remarquablement bien intégrée au film comprend Ascot Gavotte, With a little bit of luck, The rain in Spain, You did it, Get me to the church on time, Wouldn’t it be loverly et I’ve grown accustomed to her face, et culmine avec On the street where you live et I could have danced all night.

Au cours de l’année 1957, dans son désir de profiter de la nouvelle vogue de la comédie musicale, la MGM commença à réfléchir à une version musicale de Gigi, d’après la célèbre nouvelle de Colette. Ce long-métrage de 1958, qui est désormais un classique, fut la première comédie musicale hollywoodienne à avoir été entièrement tournée à Paris. Réalisé par Vincente Minnelli d’après un scénario de Lerner et une partition de Loewe, le film accueillit le toujours fringant Maurice Chevalier, même s’il était un peu vieillissant, qui régala ses nombreux fans avec sa restitution française de la chanson-titre et thème principal du film Gigi ainsi que de Thank Heaven for little girls et son duo nostalgique avec Hermione Gingold dans I remember it well. Il partagea l’affiche avec Leslie Caron, Louis Jourdan et Isabel Jeans. Gigi remporta dix Oscars, dont deux furent attribués à Lerner et Loewe pour la chanson-titre et la musique ainsi qu’une récompense d’honneur pour Maurice Chevalier. Rompant avec la tradition en la matière, le film fut ensuite transformé (avec moins de succès) en comédie musicale (représentée à l’Uris Theatre de Broadway en 1973 avec Alfred Drake, Agnes Moorehead et Daniel Massey). Afin de compléter le matériau musical, Loewe sortit de la retraite qu’il s’était imposé (pour des raisons de santé, semble-t-il) après sa dernière collaboration avec Lerner sur Camelot en 1960.

Reprenant des thèmes de la Légende du Roi Arthur adapté par Lerner à partir de la série de romans The Once and Future King (1939 à 1958) de T.H. White, Camelot fut créé au Majestic sur Broadway en décembre 1960 avec Julie Andrews, Richard Burton, Robert Goulet et Roddy McDowell dans les rôles principaux. L’œuvre fit l’objet de critiques moins favorables que les œuvres précédentes de Lerner et Loewe. Néanmoins, la qualité des décors historiques et des numéros au charme sentimental comme How to handle a woman et If ever I would leave you devinrent des succès incontestés auprès du public. Le spectacle, pour lequel les demandes de réservation ne cessèrent d’affluer, fut interprété 873 fois. La production londonienne (au Drury Lane) fut jouée 518 fois, tandis que la version filmée (Warner Brothers, 1967, avec en vedettes Richard Harris dans le rôle d’Arthur et Vanessa Redgrave en tant que Guenièvre) fut nominée pour les Oscars (pour la mise en scène) et remporta trois Oscars dont un conjoint pour la direction musicale de Ken Darby et Alfred Newman.

Peter Dempsey

Version française : Pierre-Martin Juban


Close the window