About this Recording
8.559005 - GOULD, M.: American Ballads / Foster Gallery / American Salute (Ukraine National Symphony, Kuchar)
English  French  German 

Morton Gould (1913-1996)

American Banads (1976); Foster Ganery (1939); American Salute (1947)

Morton Gould avait tous les talents: il était à la fois compositeur, pianliste, chef d’orchcstre, arrangeur et orchestrateur, et de l'enfant prodige qui grandit en composant à la table de la cuisine dans l'appartement familial de New York, il devint l'un des compositeurs américains les plus influents et les plus féconds. Il écrivit ballets, comédies musicales, bandes originales de films, musique orchestrale, et laissa un patrimoine encore peu reconnu mais d'une valeur musicale inouïe.

Morton Gould naquit à Richmond Hill, Long Island, dans l'Etat de New York, le 10 décembre 1913 de James H. et Frances R. (Arkin) Gould. Ses dons musicaux hors du commun devinrent rapidement évidents: dès quatre ans il composait et jouait du piano, et dés six ans il finit sa première œuvre, une valse intitulée Just Six qui fut publiée et créée à l' Academy of Music de Brooklyn. A huit ans, il jouait pour la station de radio new-yorkaise WOR, et reçut cette même année une bourse d' étude de Frank Damrosch, alors directeur de l'Institute of Musical Arts qui devint la Juilliard School. Par la suite, il étudia le piano avec Abby Whiteside, el la composition el la théorie avec Vincent Jones de l'Université de New York. Tout en poursuivant ses études Gould gagnait sa vie dans les théâtres el les stations de radio commc pianiste. A l'âge de dix-huit ans, il travaina comme musicien pour Radio City Music Han, et plus tard cette même année fut engagé par la National Broadcasting Company. Sept jours par semaine, il jouait du piano, du clavier ou du célesta pour une infinie variété de circonstances. En 1934, à l'âge de vingt et un an, sa nomination comme chef d'orchestre pour le réseau radiophonique WOR Mutual marqua le début d'une alliance longue et productive Gould se fit aussi remarquer avec son adaptation pour piano du Boléro de Ravel dans laquelle il employait des clusters. Il l'enregistra d’abord pour Ampico Corporation sur rouleau de papier perforé, puis ensuite, vers la fin des années 1930 pour RCA Victor, sur phonographe avec une des ses compositions originales pour piano, Satirical Dance. Le 2 janvier 1936, Léopold

Stokowski, à la direction de l'Orchcstre de Philadelphie, créa l’œuvre de Gould, Chorale and Fugue in Jazz. Cenc pièce ainsi que quelques autres du compositeur, combine des éléments de jazz et de musique populaire dans un style classique, et constitue une synthèse de méthodes classiques et d'idiomes populaires américains.

Dans les années 1940, Gould fut direeteur musical de deux émissions de radio extrêmement populaires de CBS, Cresta Blanca Carnival et The Chrysler Hour. L’une des œuvres les plus populaires de cette période fut Foster Gallery. Composée en 1939, elle fut dédicacée à Fritz Reiner, qui en avait suggéré l'idée. Reiner en dirigea la première avec l'Orchestre Symphonique de Pittsburgh le 12 janvier 1940. La pièce fut enregistrée pour la première fois par le Boston « Pops » Orchestra que dirigeait Arthur Fiedler. Gould expliqua que l’œuvre était basée sur des chansons et danses de Stephen Foster, dont quelques-unes étaient déjà très connues. la plupart tirées de la collection « Foster Hall ». Il en fit des commentaires élogieux, et insista sur les capacités inventives de Foster. Gould décrivit la structure de sa pièce telle qu’elle était alors, en treize variations avec quelques caractéristiques similaires aux Tableaux d’une exposition de Moussorgski. « La pièce commence par les Camptown Races, et ce thème revient comme une variation au cours de l’œuvre enlière. lui donnant une unite, tout comme la Promenade de Moussorgski. Quelques-uns des mouvements dévoilent leurs thèmes respectifs uniquement au début, un discours expressif, et se développent ensuite sous la forme de variation. D’autres utilisent le matériel thématique plus littéralement. » Voici la liste des mouvements, énoncée par Gould: 1. Camptown Races; 2. Come Where My Love Lies Dreaming; 3. Canebreak Jig; 4. Swanee River, variation que Foster décrit comme « orchestre social », ici pour flute, trompette, trombone, violon solo et banjo; 5. Camptown Variation; 6. Old Black Joe and My Old Kentucky Home; 7. Village Festival-­Quadrille, and Waltzes (basé sur des thèmes des quadrilles de Foster Nellie Bly et Samebody’s, Coming to See Me Tonight); 8. Jeanie with the Light Brown Hair; 9. Camptown Variation; 10. Hymns: Where is Thy, Spirit Mary and the Angels are Singing unto Me; 11. Variation, on Comrades, Fill No Glass for Me and Kitty Bell; 12. Camptown Variation; 13. Oh, Susanna (Finale). La pièce, qui parfois passe d'un mouvement à l’autre sans interruption est écrite pour deux flûtes piccolo. deux hautbois, cor anglais, trois clarinettes, clarinette basse, trois bassoons, contrebasson, six cors, quatre trompettes, trois trombones, tuba, percussions, harpe, banjo et cordes.

Dans les années 1940. Gould composa trois de ses quatre symphonies. la très célèbre Latin-­American Symphonette (1941), Spirituals for Orchestra (1941), Cowboy Rhapsody (1942), Interplay pour piano et orchestre (d’abord intitulée American Concertette) (1943), Viola Concerto (1943), Fall River Legend (1947), Philharmonic Waltzes (1948), Minstrel show (1946), et Holiday Music (1947). Son adaptation orchestrale brillante de la chanson americaine de Patrick Gilmore, When Johnny Come, Marching Home, devint l’œuvre de Gould la plus appréciée et la plus jouée. Il adapta aussi la chanson de route de la guerre civile qu'il intitula American Salute, et qui fut exéeutée lors d’un concert de musique américaine que le Mutual Radio Network diffusa le 12 février 1942. Quelques années plus tard Gould écrivit « J'ai tenté de traduire directement et simplement cette chanson dans le langage de l'orchestre. Il y a peu de choses à ajouter sur la structure ou le traitement de la pièce parce que je pense qu'elle s'écoute d'elle-même » Pendant la même periode, Gould écrivit aussi deux comédies musicales pour Broadway, Billion Dollar Baby en 1945 et Arms and the Girl en 1950 ainsi que la musique de nombreux films pour la television.

Le style très américain de Gould est facilemcm reconnaissable, il utilise subtilement le jazz, le blues et le gospel, magistralement orchestras. Parmi d'importantes commandes, notamment pour le bicentenaire des États-Unis en 1976, il écrivit la cantate Something to Do, pour la fête du Travail (Labor Day), The Symphony of Spirituals, et American Ballads. Cette dernière œuvre fut commanditée par l'Orchestre Symphonique du Queens à l'aide d'une subvention du New York State Council on the Arts et de la U.S. Historical Society. Gould dirigea l'orchestre pour la première de la pièce au Queens College, le 24 avril 1976, racontant aux auditeurs, dans les programmes, son enfance dans le Queens. bercé par les images et la musique d'America the Beautiful et admirant l'intensité de l'hymne américain. Gould inclut dans son œuvre Year of Jubilo, une chanson de Henry C. Work, datant de la guerre civile, Taps, avec seulement quelques notes, The Girl I Left Behind Me, une chanson de route légère, et We Shall Overcome, du gospel, hymne d'espoir et d’inspiration. La pièce fut achevée en 1976, et ses différents mouvements peuvent être exécutés individuellement ou ensemble, l'ordre important peu.

Maintes fois récompensé pour son travail. Gould reçut entres autres en 1966 un Grammy Award pour son enregistrement de la Première Svmphonie de Charles Ives et en 1995 le Prix Pulitzer pour Stringmusic. Membre de l'American Society of Composers, Authors and Publishers, Gould fut président de cette institution de 1986 à 1994. Il mourut le 21 février 1996 alors qu'il était artiste en résideuce au Disney Institute à Orlaudo, dans l'État de Floride Partisan ardent de la musique américaine, Gould transmit son art avec une admirable virtuosité et fit une synthèse remarquable des musiques savantes et populaires.

Marina and Vietor Ledin

Version francaise: Claire Rottembourg-Goldherg


Close the window