About this Recording
8.559018 - STRONG: Symphony No. 2, 'Sintram' / Chorale
English  French  German 

George Templeton Strong (1856-1948)
Symphonie no.2 "Sintram"
Choral sur un Thème de Hans Leo Hassler

Bien qu'il fit l'essentiel de sa carrière en Europe, George Templeton Strong se considéra toujours comme un compositeur américain. Il naquit à New York le 26 mai 1856 au sein d'une famille de musiciens, d'une mère chanteuse et d'un père avocat, organiste amateur et président de la Société Philharmonique de New York. Strong commença l'étude du piano et du violon dès l'enfance, mais sa prédilection pour le hautbois le conduisit à abandonner ces instruments. En 1879, il entra au conservatoire de Leipzig où il étudia avec Richard Hoffman et Salomon Jadassohn. Là encore il changea d'instrument, cette fois au profit de l'alto. En 1881, il rencontra Liszt, et fit la connaissance d'autres musiciens majeurs de cette époque.

En 1883, Strong composa son troisième poème symphonique, Undine, Opus 14. Il demanda alors à Liszt si cette œuvre était digne de lui être dédiée. Celui­ci, aprè, une lecture de la partition, inscrivit sur la première page qu'il était heureux d'accepter l'honneur de la dédicace.

En 1886, Strong déménagea à Wiesbaden, où il devint l'ami proche d'un autre compositeur américain, Edward MacDowell, à qui il dédia ses Troi, Idylle, Symphoniques pour Deux Pianos, Opus 29. Durant ces années à Wiesbaden, Strong composa sa magnifique cantate, Le Moulin hanté, et acheva sa Symphonie no 2 en sol mineur, Opus 50, également dédiée à MacDowell.

Dès 1890, Strong se retrouva à Vevey en Suisse et l'année suivante, MacDowell le persuada de devenir professeur au Conservatoire de la Nouvelle Angleterre Bien qu'il y ait enseigné brièvement, sa santé l'empêcha d'y rester et, en octobre 1892, il retourna à Vevey où il se consacra à l'aquarelle de 1897 à 1912. Durant cette période de sa vie créatrice, Strong n'écrivit pratiquement pas de musique.

En s'installant à Genève en 1913, Strong se remit à composer. C'est la première exécution en Suisse de sa Symphonie no 2 ("Sintram") en 1912 par CarI Ehreberg dirigeant l'Orchestre de Lausanne, qui l'incita à revenir à la composition. En 1913, il termina La Nuit: Quatre Petits Poèmes Symphonique, pour Orchestre, dont Ernest Ansermet donna la première exécution en novembre de la même année. En 1916, il acheva le poême symphonique Le roi Arthur, une œuvre majeure dont la création fut également assurée par Ansermet, avec l'Orchestre de la Suisse Romande.

Le poème symphonique An der See, connu comme étant sa Symphonie no.3, fut perdu. Vinrent ensuite l'Elégie pour violoncelle et orchestre et Une vie d'artiste pour violon et orchestre, dédiée à Joseph Szigeti.

En 1923, Strong écrivit son Hallali pour Cor Seul et Orchestre et la Suite pour Violoncelle et Orchestre. En 1929, il se laissa dominer par ce qu'il appelait "ma maîtresse piano", en composant 58 œuvres pour le piano en 98 jours. Au cours de l'été, il consacra beaucoup de son temps à peindre et, en octobre, écrivit le Choral sur un Thème de Han, Leo Hassler, pour orchestre à cordes. Après Pollainiana: Six Pièces pour Violoncelle et Orchestre (1931),il composa très peu Il y eut des œuvres pour deux pianos, des mélodies, un Quatuor à Corde, (1935), et après la guerre, D'un cahier d'images I-III pour orchestre et le poème symphonique Ondine (une révision de son précédent Undine).

Très aimé dans son pays d'adoption, Strong fut honoré tous les cinq ans de l'âge de soixante-quinze à quatre-vingt dix ans par des concerts et des soirées musicales célébrant son anniversaire. Il mourut à Genève le 27 juin 1948, à l'àge de quatre-vingt douze ans.

Deux des œuvres les plus connues de Strong figurent sur ce disque. La Symphonie no.2 en sol mineur, Op. 50, intitulée "Sintram" - d'après le roman chevalieresque de la Motte Fouqué, s'inspirant également du célèbre Ritter, Tod und Teufel (Le Chevalier, la Mort et le Diable) d'Albrecht Dürer - fut exécutée pour la première fois par la Société Philharmonique de New York, sous la direction d'Anton Seidl, le 4 mars 1893. Sintrom: La Lutte de l'Homme contre les Forces du Mal, puisque c'est là son titre complet, s'accompagne également d'une citation du Faust de Goethe que Strong mit en exergue de sa partition.

Le Sintram de Fouqué consiste en une série de contes mettant en scène Bjorn, un chevalier nordique au tempérament déchaîné et à l'impitoyable cruauté, et son fils Sintram, dont la vie est anéantie par une malédiction résultant des méfaits de son père. Le récit culmine avec les forces salvatrices et réconfortantes du Christianisme auprès desquelles ils finissent par trouver une paix qui contraste avec la complaisance des passions sauvages nourries par de barbares coutumes féodales - deux éléments qui sont illustrés dans le premier mouvement de la symphonie. Dans une note explicative de son œuvre, Fouqué admet avoir été influencé par une gravure d' Albrecht Dürer montrant un chevalier à cheval accompagné par la Mort. Un spectre suit les deux cavaliers, étirant les bras en un effort vain pour saisir le chevalier qui regarde calmement vers son but, un château au loin.

Les deux premiers mouvements de la symphonie suggèrent le développement de la vie au sein de communautés humaines. En raison de l'important contraste entre les deux premiers et deux derniers mouvements, Strong décida d'attribuer des titres à ces derniers. Le troisième mouvement, Les Trois Horribles Compagnons: la Mort, le Diable et la Folie, est surtout l'illustration musicale du roman de Fouqué. Le quatrième mouvement exprime l'espoir à venir dans la lutte contre le mal.

Le Choral sur un Thème de Hans Leo Hassler fut orchestré par Strong en octobre 1929 et créé par l'orchestre de Paris de St-Pierre-Fusterie sous la direction de Louis Durey le 13 mai 1933. Le choral de Hassler Wenn ich einmal soli scheiden (Lorsque Viendra la Dernière Heure) fut, à l'origine, publié en 1601. Dans son instrumentation, Strong modifie l'Adagio pour en faire un Lento molto e tranquillo, comme s'il s'agissait d'une procession funèbre. L'écrivain William Loring trouve ironique que Strong ait composé son œuvre au moment de l'effondrement de la bourse américaine et du début de la Grande Dépression, alors que d'autres ont fait remarquer la qualité de la conception et le caractère intensément émouvant de cette composition.

Traduction: Pierre-Martin Juban


Close the window