About this Recording
8.559061 - BURLEIGH: Music for Violin and Piano
English  French  German 

Cecil Burleigh (1885-1980) Musique pour violon et piano

L’histoire n’a retenu que peu de choses de Cecil Burleigh. Compositeur et violoniste américain, il entra au Conservatoire Klindworth-Scharwenka de Berlin où il étudia le violon auprès d’Anton Witek et la composition dans la classe de Hugo Leichentritt. Avant de se rendre en Europe, il aborda la théorie et le violon au lycée, jouait dans des ensembles de musique de chambre locaux, composait de la musique de scène et improvisait au piano. A Berlin, il fit l’expérience de la rigueur d’une véritable éducation musicale puis retourna en Amérique pour s’inscrire au Musical College de Chicago. Il y poursuivit ses études de violon auprès d’Emile Sauret et de composition avec Felix Borowski. Il fut bientôt sollicité pour devenir soliste et interpréta les grands concertos du répertoire avec des orchestres de premier plan. Il effectua également des tournées en duo. Il renonça à cette vie itinérante lorsqu’il fut engagé comme professeur de violon au Western Institute of Music and Drama de Denver, dans le Colorado. Il y resta deux ans avant d’accepter un poste de professeur de violon et de théorie au Morningside College de Sioux City dans l’Iowa, puis intégra la Montana State University. Cependant, il ne put résister à l’appel de la composition et de la grande ville ; il abandonna sa carrière de pédagogue, s’installa à New York, et reprit ses études. Son professeur de composition fut Ernst Bloch et son professeur de violon Leopold Auer. Afin de se donner les moyens de composer, il continua à se produire comme violoniste avant de finir par accepter un poste de professeur de violon, de théorie et de composition à l’Université du Wisconsin. Il y demeura de 1921 à 1955.

La production musicale de Burleigh fut relativement importante, bien que seule une infime partie ait été enregistrée pour le disque. Il est l’auteur d’innombrables pièces de ´ l’instant ª (des œuvres courtes rappelant des préludes), dont la majorité fut composée pour violon et piano. Il mit en musique de nombreux poèmes de Tennyson pour voix et piano, composa trois concertos pour violon, trois symphonies, plusieurs quatuors à cordes et poèmes symphoniques pour orchestre (portant des titres aussi austères que Leaders of Men [Meneurs d’hommes] et From the Muses [Des Muses]). Jusqu’en 1940, il composa surtout de petites pièces destinées principalement au violon et piano.

Hormis quelques exceptions, l’œuvre de Burleigh est peu connue aujourd’hui. Il est révélateur que la publication de quelques-unes de ses pièces aient été intitulées ´ Sherry Kloss interprète des joyaux oubliées ª. Ces compositions sont effectivement tombées dans l’oubli. Gageons que ce disque, s’inscrivant dans l’effort permanent de Naxos de mise en valeur de la musique américaine, fera progresser la cause de ce musicien honorable et inspiré.

Les pièces réunies sur ce disque sont des miniatures courtes, denses, concentrées et élégantes. Elles doivent beaucoup à Edward MacDowell, l’un des premiers compositeurs majeurs américains. MacDowell composa des pièces de ´ genre ª dont la plus célèbre est To a Wild Rose. L’origine de ces pièces remontent à Schumann, Chopin, Liszt et Brahms, qui écrivirent chacun leurs propres ´ moments musicaux ª, le plus souvent pour piano seul. Burleigh s’est par ailleurs inspiré des mêmes sujets que MacDowell. Les deux hommes étaient fascinés par les Indiens et composèrent une musique à la sonorité fondamentalement ´ américaine ª. Ils reçurent tous deux une formation en Europe qu’ils importèrent dans leur pays d’origine par le biais de leur enseignement dans plusieurs institutions musicales.

Les morceaux réunis sur ce disque sont de petits joyaux, le plus long d’entre eux dure à peine plus de trois minutes. Ils doivent être abordés pêle-mêle, chacun évoquant un thème précis. Dans Winding Stream, on entend une mélodie sombre et méditative sortir du piano, tandis que les pièces faussement indiennes comme From a Wigwam ou Indian Snake Dance, le vigoureux Bolero ou les Tints colorés, constituent de petits moments saisis au vol et restitués par le violon et le piano. Il s’agit d’une musique sincère, réfléchie, et souvent d’une grande beauté.

Daniel Felsenfeld

Un mot de l’interprète

´ Les détails, Zina ª me lança un jour Jascha Heifetz, ´ tout réside dans les détails ª. Ainsi me transmit-il son amour pour les pièces miniatures. Sa fille, Josefa, par ailleurs professeur de piano de ma fille, Cherina, nous offrit généreusement plusieurs disques compacts de la Heifetz Collection, dont l’un contenait deux œuvres charmantes de Burleigh. En lisant les commentaires de la notice, je m’aperçus que ce Burleigh, un certain M. Cecil Burleigh, n’était pas le Burleigh que je croyais, l’élève de Dvor├┐ák, Harry T. Burleigh. Tout comme Jascha Heifetz, ce Burleigh avait étudié auprès de Leopold Auer. Intrigué, mon mari, le Dr Ronald Eisenberg, mena l’enquête, s’immergea dans le sujet et finit par m’amener des piles de partitions afin que je puisse les examiner. Découvrant des trésors, nous prîmes conscience qu’il y avait là matière à réaliser un CD.

En un sens, cet album constitue un journal musical, empli de précieux détails sur mon travail avec Jascha Heifetz et, plus récemment, sur mes onze années passées à Shreveport en Louisiane. Là, plus qu’à tout autre époque de ma vie, j’ai dû observer les détails, concentrée sur l’épanouissement de mes filles dans une communauté du Sud des Etats-Unis qui m’était, à l’origine, complètement étrangère. De nombreuses compositions de Burleigh évoquent des époques, des personnes et des lieux spécifiques qui rappellent des joies tendres et des mystères impénétrables. La cabane de bois (Log Cabin), les champs de coton (Cottonfields), et la maman (Mammy) ont véritablement existé, tout comme la tendre romance (Sweet Romance) et les petits matins (Early Mornings) (Cherina n’a pas fait ses nuits avant l’âge de quatre ans). Il y eut également des fées dansantes (Fairies Dancing), des bois silencieux (Hushed Woods), des ombres hantées (Haunted Shadows), des fêtes de Noël (Yuletide), et la lamentation de la rose (Lament of the Rose). Tel un cours d’eau sinueux (Winding Stream), mon parcours m’a conduit en Californie où, à l’âge de seize ans, Cherina m’a récompensée pour toutes ces nuits sans sommeil. Elle a patiemment produit cet album avec passion, me rappelant sans cesse le conseil de Jascha Heifetz, et me rejoignant dans le studio pour m’accompagner au piano dans l’Impromptu et le Cradle Song.

Zina Schiff

Version française : Pierre-Martin Juban


Close the window