About this Recording
8.573682 - MESSIAEN, O.: Corps Glorieux (Les) / Messe de la PentecĂ´te (Winpenny)
English  French 

Olivier Messiaen (1908–1992)
Les Corps glorieux • Messe de la Pentecôte

 

Olivier Messiaen fut une figure incontournable de la musique européenne du XXe siècle. Son langage musical très personnel puisait largement dans la nature et la musique des cultures orientales, et surtout, émanait de son catholicisme fervent. Pianiste de talent, Messiaen entra au Conservatoire de Paris en 1919 à un âge remarquablement précoce, et en 1927, il intégra la classe d’orgue de Marcel Dupré alors qu’il n’avait jamais posé les yeux sur une console d’orgue. Lors du premier cours, Dupré illustra le fonctionnement de l’instrument, et quand Messiaen revint la semaine suivante, il était en mesure d’interpréter la Fantasia en ut mineur de Bach à un niveau remarquable. En 1931, il fut nommé organiste de l’Église de la Sainte-Trinité (La Trinité) de Paris, sa candidature ayant compté avec l’appui de Charles Tournemire et Charles-Marie Widor, deux des organistes les plus en vue de la capitale. Messiaen allait officier à La Trinité pendant plus de soixante ans, jusqu’à son décès.

Les pièces de jeunesse pour orgue de Messiaen et des oeuvres telles que le cycle de mélodies Poèmes pour Mi (1936–1937) l’imposèrent comme une figure importante de la musique contemporaine. Capturé alors qu’il servait comme ambulancier pendant la Seconde Guerre mondiale, il composa le Quatuor pour la fin du temps (1940–1941) pour l’interpréter avec trois codétenus. À sa libération, il fut nommé professeur d’harmonie (puis professeur de composition) au Conservatoire de Paris. Messiaen éveillait l’enthousiasme de ses élèves, et à partir de 1949, il donna aussi des cours d’été à Darmstadt, où son influence fut profonde. Il eut notamment sous sa férule les compositeurs Pierre Boulez, Karlheinz Stockhausen et George Benjamin. Messiaen a énoncé les principes fondamentaux de son style extrêmement distinctif dans ses deux traités, la Technique de mon langage musical (1944) et le Traité de rythme, de couleur et d’ornithologie (inachevé au moment de sa mort, il fut complété par sa veuve, Yvonne Loriod). Plutôt que d’essayer d’imposer son propre style à ses élèves, il les encourageait à trouver leur propre voix de musicien. De la même manière, l’individualité de la musique de Messiaen l’a toujours distingué de celle d’autres compositeurs.

Composés à plus d’une décennie d’écart, Les Corps glorieux (1939) et la Messe de la Pentecôte (1949–1950) représentent deux périodes très différentes de la musique de Messiaen du point de vue du style. Succédant au cycle de Noël La Nativité du Seigneur, écrit pour l’orgue en 1935, Les Corps glorieux est axé sur la résurrection. Messiaen y développe des textures, des modes harmoniques et des rythmes hindous semblables à ceux de La Nativité, mais dans des mouvements plus rigoureusement entrelacés. Pendant de nombreuses années, le compositeur considéra qu’il s’agissait de son oeuvre préférée, sorte de résumé de sa première période compositionnelle. Les Corps glorieux fut achevé fin août 1939, peu de temps avant que Messiaen ne soit appelé sous les drapeaux au début de la Seconde Guerre mondiale. Capturé en juin 1940, il fut transféré au camp de détention de Görlitz, en Silésie. Cette séparation forcée d’avec l’orgue stimula son intérêt pour les chants d’oiseaux, auxquels il accorda une place importante dans son Quatuor pour la fin du temps, composé dans le camp. Il déclara plus tard qu’il s’agissait chez lui d’une passion instinctive, et que les chants d’oiseaux étaient aussi son refuge. La plupart de ses compositions des années 1940 (il fut libéré en 1941) sont axées sur le piano ; en effet, son imagination avait été exaltée par sa rencontre avec Yvonne Loriod, jeune pianiste de sa classe du Conservatoire qu’il finit par épouser après le décès de sa première femme, la compositrice Claire Delbos. Au cours de ses improvisations d’orgue hebdomadaires à La Trinité, Messiaen commença à explorer une musique plus abstraite, à laquelle il incorporait des chants d’oiseaux et des formules mathématiques. La Messe de la Pentecôte est un précipité de ses improvisations liturgiques de la fin des années 1940 et préfigure ses oeuvres des années 1950, encore plus radicales.

Les Corps glorieux débute par un mouvement fluide à une voix (monodique), Subtilité des Corps glorieux, qui illustre la ductilité des corps ressuscités. Il s’agit de la première monodie de Messiaen, qui élabore les phrases initiales du plain-chant Salve Regina en y appliquant des ajouts rythmiques et des altérations chromatiques, et elle est jouée sur les cornets variés et lumineux de l’orgue. Des éléments du thème refont surface dans le mouvement final.

Trois textures se combinent dans Les Eaux de la Grâce pour dépeindre les flots décrits dans Le Livre de la Révélation, ou Apocalypse. La ligne de pédale ascendante (jouée sur un registre aigu, elle résonne au coeur de la texture) s’oppose à la tonalité du dessin ondulant confié à la main gauche. Sur les hauteurs, harmonisée dans l’un des modes qui caractérisent le style de Messiaen, s’élève une gracieuse mélodie.

Divisée en sept sections, la structure de L’Ange aux parfums reflète celle de l’ouvrage dans son entier. La monodie d’ouverture reparaît à la pédale de la troisième section—ornementée par des accords de clavier scintillants—et sous la forme d’une sixième section évanescente. Les deuxième et cinquième sections présentent un autre thème à la pédale tandis que le rythme des accords d’accompagnement de chaque main est donné en reflet. Très vives, la quatrième et la dernière sections sont des inventions à deux voix fondées sur des fragments du matériau initial qui dépeignent les volutes d’encens montant vers Dieu.

Le mouvement central, Combat de la Mort et de la Vie, est une représentation de cette lutte éternelle en deux tableaux très imagés. Une mélodie grave et hargneuse ouvre le mouvement, précédant une toccata appuyée qui comporte des accords ascendants et descendants dirigés vers un apex monumental représentant la victoire sur la mort. La mélodie aérienne du second tableau—confiée à un registre de flûte—se déploie doucement et paisiblement, dépeignant la sérénité de la résurrection. Sur la partition, le compositeur indique : « Extrêmement lent, tendre, serein (dans la Paix ensoleillée du Divin Amour). »

Force et Agilité des Corps glorieux est une danse assez leste, par octaves, qui exprime la puissance et la souplesse des corps ressuscités. Elle utilise le thème donné dans L’Ange aux parfums. Des accords ascendants annoncent la conclusion de la danse, et les accords finaux soutenus se fondent dans l’éternité.

Pour illustrer la Joie et Clarté des Corps glorieux, Messiaen emploie des harmonies franchement jazzy. Une mélodie de trompette soliste faisant penser à une improvisation domine le mouvement : alternée avec des sections plus méditatives, elle s’achève toutefois par une fanfare exubérante.

Conclusion austère, Le Mystère de la Sainte-Trinité regorge d’un symbolisme lié à la Trinité. En partant de la basse, les voix de la texture de trio représentent le Père, le Fils et le Saint Esprit, et la structure tripartite du mouvement correspond à la division par neuf du Kyrie eleison. La sonorité insolite—qui combine des registres très aigus et très graves—représente, selon le compositeur, « un double halo de mystère ». La voix centrale se voit accorder encore plus de prééminence : « Seul, le Fils s’approche de nous de manière visible dans son incarnation ».

Au départ, la Messe de la Pentecôte était censée être une messe pour orgue dont les mouvements devaient correspondre, tant par leur caractère que par leur durée, aux interventions improvisées des fonctions hebdomadaires remplies par Messiaen pendant les services religieux.

Entrée : Les langues de feu annonce—à l’entrée des prêtres—le feu du Saint Esprit avec un audacieux appel de clairon faisant office de récitatif aux pédales. Ce mouvement adapte des rythmes de la Grèce antique, et les interjections des claviers font effectivement penser à des langues de feu.

Le coeur de l’ouvrage—Offertoire : Les choses visibles et invisibles—marque la cérémonie du pain et du vin. La section d’ouverture juxtapose trois « personnalités »—autrement dit des motifs fondés sur des rythmes hindous. Un récitatif expressif précède une construction d’accords complexe sur des permutations rythmiques en opposition au-dessus d’une ligne de pédale isorythmique (répétée de façon indépendante). Des ut graves sur un jeu strident de 16’—qui au dire de Messiaen représentent « la Bête de l’Apocalypse »—encadrent la section suivante. Le récitatif est répété sur la toile de fond de pseudo-chants d’oiseaux, avant qu’un autre thème—imitant des gouttes d’eau—n’annonce la coda très fournie.

Consécration : Le don de Sagesse débute par des sonorités contrastées parallèlement à une pédale de clairon solo. Fondée elle aussi sur des rythmes hindous, cette idée alterne avec une ligne de plain-chant adaptée chromatiquement, donnée par un jeu de clarinette péremptoire.

Communion : Les oiseaux et les sources est l’un des tout premiers morceaux de Messiaen à incorporer de simples chants d’oiseaux, ici le coucou, le rossignol et le merle. Les passages très fournis des sections externes citent des progressions harmoniques de deux oeuvres de la même époque, la Turangalîla-Symphonie et les Cinq Rechants, tandis que des lignes libres citent des pièces pour piano comme Cantéyodjayâ. Les registres les plus aigus et les plus graves de l’instrument s’allient pour l’accord final—signifiant la présence divine dans le ciel et sur la terre.

Sortie : Le vent de l’Esprit dépeint les puissantes rafales du vent de la Pentecôte. La section centrale contient un choeur d’alouettes : des accords de clavier s’élèvent simultanément sur le plan harmonique mais leurs valeurs rythmiques diminuent, pendant que la pédale renverse le procédé. Enfin, une cadence fulgurante englobant toute la tessiture de l’orgue précède l’accord conclusif, dévastateur.

Tom Winpenny
Traduction française de David Ylla-Somers

Citations des Écritures

Les Corps glorieux
Sept visions brèves de la vie des ressuscités

 1  I : Subtilité des Corps glorieux
Leur corps, semé corps animal, ressuscitera corps spirituel. Et ils seront purs comme les anges de Dieu dans le ciel.
1 Corinthiens 15 : 44 ; Matthieu 22 : 30

 2  II : Les Eaux de la Grâce
L’Agneau, qui est au milieu du trône, conduira les élus aux sources des eaux de la vie.
Apocalypse 7 : 17

 3  III : L’Ange aux parfums
La fumée des parfums, formés des prières des saints, monta de l’ange devant Dieu.
Apocalypse 8 : 4

 4  IV : Combat de la Mort et de la Vie
La mort et la vie ont engagé un stupéfiant combat ; l’Auteur de la vie, après être mort, vit et règne ; et il dit : Mon Père, je suis ressuscité, je suis encore avec toi.
Missel, Séquence et Introït de Pâques

 5  V : Force et Agilité des Corps glorieux
Leur corps, semé dans la faiblesse, ressuscitera plein de force
1 Corinthiens 15 :43

 6  VI : Joie et Clarté des Corps glorieux
Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père.
Matthieu 13 : 43

 7  VII : Le Mystère de la Sainte-Trinité
Ô Père tout puissant, qui, avec votre Fils unique et le Saint Esprit, êtes un seul Dieu ! Non dans l’unité d’une seule personne, mais dans la Trinité d’une seule substance.
Missel, Préface de la Sainte Trinité

Messe de la Pentecôte

 8  I : Entrée : Les langues de feu
Des langues de feu se posèrent sur chacun d’eux.
Actes des Apôtres 2 : 3

 9  II : Offertoire : Les choses visibles et invisibles
Les choses visibles et invisibles.
Symbole de Nicée

 10  III : Consécration : Le don de Sagesse
L’Esprit-Saint vous rappellera ce que je vous ai dit.
Évangile selon Saint Jean 14 : 26

 11  IV : Communion : Les oiseaux et les sources
Sources d’eau, bénissez le Seigneur ; oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur.
Cantique des trois enfants – Daniel 3 : 77, 80

 12  V : Sortie : Le vent de l’Esprit
Un souffle impétueux remplit toute la maison.
Actes des Apôtres 2 : 2


Close the window