About this Recording
9.70126 - Cello Music (Canadian) - COULTHARD, J. / WEINZWEIG, J. / GUERRERO, A. / ARCHER, V. (When Music Sounds) (J. Harrison, Keillor)
English  French 

WHEN MUSIC SOUNDS : Musique canadienne pour violoncelle
Coulthard • Weinzweig • Guerrero • Archer

 

Les compositeurs canadiens ont commencé à s’intéresser au violoncelle au XIXe siècle. Malheureusement, des oeuvres comme la Suite pour violoncelle et piano, écrite par Calixa Lavallée (1842-1891), qui a également signé l’hymne national du Canada, n’ont pas encore été retrouvées, malgré le succès considérable que leurs créations avaient rencontré. Le présent disque contient des compositions canadiennes plus tardives qui méritent le détour et gagneraient à être plus connues.

Jean Coulthard (1908–2000): When Music Sounds (1970) • Sonate pour violoncelle et piano (1946)

Ce programme débute et s’achève par des morceaux de Jean Coulthard (1908-2000), native de Vancouver. Sa Sonate pour violoncelle et piano (1946) marque une étape importante de son évolution, l’époque où elle affermit son style distinctif. Après avoir étudié pendant un an à Londres, en Angleterre, où elle eut Vaughan Williams pour tuteur, elle regagna sa ville natale. Par chance, Arthur Benjamin se fixa à Vancouver pendant la guerre, et il lui prodigua des conseils éclairés en matière de composition. Ses efforts se virent encouragés par des consultations avec Aaron Copland, Béla Bartók et Arnold Schoenberg. Au milieu des années 1940, elle avait trouvé sa voix bien à elle, influencée par Debussy et elle établit son propre langage harmonique, alliant des accords de trois notes majeurs et mineurs. On distingue bien cette voix dans la présente sonate en trois mouvements, en particulier au début du deuxième , qui évoque nettement le célèbre Clair de lune de Debussy.

When Music Sounds (1970), une oeuvre plus tardive de Jean Coulthard, exalte son lyrisme et la sensibilité avec laquelle elle traite les deux instruments. Cette version pour violoncelle et piano est son propre arrangement de Prelude VIII: Song, morceau pour piano seul inspiré par le poème « When Music Sounds » de Walter De La Mare.

John Weinzweig (1913–2006): Sonate pour violoncelle et piano, « Israël » (1949)

John Weinzweig (1913-2006) dédia sa Sonate pour violoncelle de 1949 à l’état d’Israël nouvellement fondé. Il utilisait déjà la technique sérielle depuis dix ans, mais il décida de se surpasser dans cet ouvrage en combinant ses principes avec des mélodies d’influence judaïque. Le premier mouvement incorpore un air yéménite et ainsi, même si on entend douze notes différentes dans la mélodie de violoncelle initiale, il ne s’agit pas de la série de douze notes choisie par le compositeur pour ce mouvement. Selon Weinzweig, le lyrisme devait toujours l’emporter, quel que soit l’ordre exact de la série choisie. Du point de vue de la texture, le violoncelle joue le rôle du cantor tandis que le piano lui répond comme s’il s’agissait d’une congrégation. Cette situation tendue semble plaider pour une résolution. Le point culminant est une cadence de violoncelle soliste qui rappelle le niggun, chanson improvisée fortement rythmique représentant l’extase religieuse à l’état pur. L’ouverture héraldique du deuxième mouvement semble annoncer la création du nouvel état d’Israël. Dans ce mouvement, Weinzweig utilise des segments de la suite sérielle qu’il avait choisie pour construire les accords initiaux au piano et fournir la base du matériau lyrique destiné au violoncelle. Par endroits, la musique représente les périodes de tumulte et de conflit qui ont précédé la création du nouvel état nation. En contraste avec ces sections, on rencontre des passages lyriques qui expriment le but atteint. C’est ainsi que le compositeur a cherché à décrire en musique les difficultés et les satisfactions qui ont marqué la région géographique que nous connaissons aujourd’hui sous le nom d’Israël.

Alberto Guerrero (1886–1959): Chants oubliés et Danse (1916)

Quand on évoque Alberto Guerrero (1886-1959), on se souvient surtout qu’il fut le principal professeur du mythique pianiste canadien Glenn Gould. Au Chili, son pays natal, Guerrero était surtout connu pour être un compositeur de musique de scène ainsi qu’un pianiste et un pédagogue. Avant de se fixer définitivement à Toronto, il effectua plusieurs tournées avec le violoncelliste Michael Penha. En 1916, ils donnèrent à New York une exécution des Chants oubliés, à l’issue de laquelle le critique de Musical America écrivit : « Les pièces avaient l’originalité de celles de Leo Ornstein. » Dans son ouvrage de 2006, John Beckwith, le biographe de Guerrero, considérait cette oeuvre, l’une des plus vastes créations du compositeur, comme une réalisation exceptionnelle. De toute évidence, Guerrero avait absorbé l’impressionnisme de Debussy et de Ravel, le menant dans de nouvelles directions. Comme on peut s’y attendre de la part d’une oeuvre sud-américaine, les rythmes de la Danse sont subtilement hispanisants.

Violet Archer (1913–2000): Sonate pour violoncelle et piano (1956, rév. 1972)

Violet Archer (1913-2000) écrivit sa Sonate pour violoncelle et piano à la MacDowell Colony en 1956. Née à Montréal, Violet Archer fit ses études à l’Université McGill, puis se diplôma de l’Université de Yale, où elle travailla sous la houlette de Paul Hindemith. Les années pendant lesquelles elle fut membre de la Symphonie féminine de Montréal l’avaient dotée d’une conscience très précise de l’individualité de chaque instrument. Dans cette sonate, elle exploite différentes facettes des caractères du violoncelle et du piano, qui se font tour à tour sensuels, acrobatiques ou spirituels. Comme Jean Coulthard, elle se réfère à des modèles de composition plus anciens. La danse baroque de la Sarabande inspira à Jean Coulthard le deuxième mouvement de sa sonate, tandis que pour les quatre mouvements de son ouvrage, Violet Archer s’appuie sur le schéma baroque de tempos alternés rapide-lentrapide- lent. Manifestement, le langage harmonique des deux compositrices découle des innovations de la fin du XIXe siècle et du début du XXe.


© Elaine Keillor 2014
Traduction française de David Ylla-Somers


Close the window