About this Recording
9.70150 - DEVIENNE, F.: Clarinet Sonatas (Wonkak Kim, Eun-Hye Grace Choi)
English  French 

François Devienne (1759–1803)
Sonates pour clarinette

 

Né en 1759 à Joinville en France, quatorzième et dernier enfant d’un marchand de selles, François Devienne était un enfant prodige. Depuis la composition d’une messe à l’âge  de dix ans, Devienne a montré non seulement des talents musicaux extraordinaires, mais aussi des efforts énormes incroyables pour un enfant. Voilà l’observation d’Emile Humbolt à  propos du jeune élève : “À la grande différence d’autres enfants, à qui on doit promettre de l’argent pour en tirer quoi que ce soit, Devienne ne quittait son travail que lorsque son frère lui donnait quelques écus pour aller s’amuser.” Devenu rapidement très brillant à la flûte et au basson, Devienne rejoint les Concerts de la Loge Olympique (1784) et les musiciens de la Garde Suisse (1788). Il deviendra également bassoniste principal du Théâtre de Monsieur (Théâtre Feydeau), où il y restera jusqu’à sa mort. Tout en se produisant comme virtuose des instruments à vent, Devienne a composé énormément dans presque tous les genres, et nombre de ses opéras ont connu un grand succès. Parmi ceux-ci, l’opéra-comique Les Visitandines (1792) lui valut une grande notoriété.

A partir de 1791, Devienne a occupé le poste de sergent dans la Garde Nationale et enseigna dans son Institut National de Musique. En 1795, il devint l’un des membres fondateurs du Conservatoire de Paris, dont il fut le premier professeur de flûte et administrateur. C’est à son poste de professeur au Conservatoire que Devienne a composé sa célèbre Méthode de Flûte Théorique et Pratique (1793). Son école de flûte a contribué de manière significative non seulement au développement de l’instrument, mais également à la qualité de la musique pour instruments à vent françaises du XVIIIe siècle. Jusqu’à sa mort dans un sanatorium à Charenton près de Paris en 1803, Devienne a  beaucoup produit, composant 25 quatuors, 46 trios et 147 duos dans tous les styles, dont 67 étaient sonates.

Bien que les principaux instruments de Devienne aient été la flûte et le basson, il s’était familiarisé avec la clarinette au tout début de sa carrière. Lorsqu’il a joué sa première Symphonie concertante (1787) pour flûte, clarinette et basson en compagnie de Hugot et Lefebvre, la clarinette, encore instrument relativement nouvelle, était déjà devenue un instrument riche en possibilités et permettant une certaine agilité. Fasciné par le romantisme de son époque, Devienne a entrevu les grandes possibilités d’expression qu’offraient la tessiture et le spectre dynamique impressionnant de la clarinette. Ses sonates pour clarinette, initialement intitulées Sonates pour clarinette et accompagnement de basse, sont des transcriptions de ses propres sonates pour flûte opus 58 et 68. La première édition de ces sonates consiste simplement en une partition à deux portées, où une ligne de basse extrêmement concentrée et simplifiée accompagne une partie solo virtuose pour clarinette en Do. Comme certains l’ont cependant soutenu, le style classique de Devienne, suivant l’esprit de Mozart et de Haydn, ne suggère pas une réalisation baroque de ces lignes de continuo non chiffrées. Au contraire, dans les éditions utilisées pour cet enregistrement, les lignes mélodiques au clavier sont constamment ornées, conformément au style de l’époque. À l’exception de la Sonate n ° 1 en Do majeur, les sonates sont transposées de manière à conserver le doigté de la clarinette en Do de Devienne en jouant en Si bémol sur une clarinette moderne.

Les sonates pour clarinette témoignent de la grande facilité de Devienne dans l’art de composition et de la créativité unique de ses lignes mélodiques. Elles englobent toutes les formes et tous les styles disponibles à son époque, allant de la sonate baroque au thème et variations. Aux côtés des œuvres de ses contemporains Franz Anton Hoffmeister et Johann Baptist Vanhal, ces sélections représentent le charme et l’élégance inégalés des sonates classiques pour clarinette.


Wonkak Kim


Close the window