About this Recording
GP624 - SCHMITT, F.: Piano Duet and Duo Works (Complete), Vol. 4 (Invencia Piano Duo)
English  French  German 

Florent Schmitt (1870–1958)
Intégrale des oeuvres originales pour piano à quatre mains et pour deux pianos • 4

 

Pendant la période romantique et les premières années du XXe siècle, la musique française réunissait un nombre si imposant de styles individuels qu’en tant qu’école, elle défiait toute définition. Les compositeurs d’alors, notamment Fauré, Massenet, Bizet, Roussel, Ravel, Debussy, Satie, Saint-Saëns, Poulenc, Milhaud et Chabrier, ont chacun marqué durablement les sonorités de leur pays et ont influé sur les musiciens de la génération suivante. Florent Schmitt se situe résolument en marge de ce groupe, parce qu’il n’est pas facile de ranger ses oeuvres dans une catégorie précise, et parce que son ethos compositionnel, fondé sur les nécessités de la musique ou sur la source littéraire, historique ou géographique qui l’inspirait, a plus varié que celui de ses contemporains. Dès l’âge de dix-sept ans, lorsqu’il décida de se consacrer à une carrière de musicien, Schmitt fut fidèle à sa lignée musicale française, intégrant dans ses oeuvres un élément essentiel qu’il dénommait « l’harmonie séductrice ». Cependant, son langage musical individuel puisait de l’énergie dans toutes ses expériences. Malgré les liens qui existent entre sa musique et celle de ses compatriotes, Schmitt échappe à toute classification hâtive. On lui a collé diverses étiquettes, l’assimilant au romantisme allemand, à la sensibilité française, à l’exotisme géographique, à l’expérimentalisme russe ou encore à l’orientalisme, mais en réalité, c’était un esprit indépendant, une force créative incontournable, quelqu’un qui par son authenticité et son originalité a grandement contribué à la musique du siècle dernier.

Né à Blâmont, en Lorraine, en 1870 pendant la guerre franco-prussienne, Schmitt prit des cours de piano et d’harmonie au Conservatoire de Nancy, où il prépara le concours d’entrée du Conservatoire de Paris. Ses études parisiennes l’amenèrent à fréquenter un cercle d’enseignants influents, y compris André Gédalge (contrepoint et fugue), Albert Lavignac (musicologie) et les compositeurs Theodore Dubois, Jules Massenet et, une fois que Schmitt eut accompli son service militaire obligatoire, Gabriel Fauré. En 1900, après quatre autres tentatives, il remporta le très convoité concours de composition du Prix de Rome, ce qui lui permit de nourrir sa créativité d’artiste pendant quatre ans sans avoir à se soucier de questions matérielles. Plutôt que de rester composer à Rome comme on l’attendait de lui, il parcourut longuement les pays méditerranéens, la Turquie islamique, l’Asie occidentale et l’Europe du Nord pour retrouver enfin, après s’être imprégné des influences les plus diverses, la féconde atmosphère créative parisienne. Entre-temps, il avait été poursuivi de ville en ville par des lettres officielles de Paris lui demandant où en était son travail. Ses oeuvres les plus importantes de cette époque reflètent ses longs périples et ses expériences. Toute sa vie durant, Schmitt aima voyager. Son dernier passeport, émis deux ans avant sa mort, survenue alors qu’il avait 87 ans, ne contient pas moins de 41 tampons et visas. Une fois rentré à Rome, il lui arriva souvent de tester ses nouvelles compositions en les interprétant au piano à quatre mains avec son cher ami André Caplet à la Villa Médicis.

Avant la Première Guerre mondiale, la carrière de compositeur de Schmitt était déjà bien établie grâce à ses grandes pièces pour orchestre. Le Psaume XLVII, son « envoi » de Rome le plus substantiel, et La Tragédie de Salomé, deux ouvrages qui furent encensés par la critique, furent donnés à de nombreuses reprises et sont toujours exécutés à ce jour. Toutefois, la majorité de ses compositions de l’époque étaient destinées au piano, et nombre d’entre elles furent orchestrées après la guerre. Avec Ravel, il était membre fondateur de la Société musicale indépendante, et après la fin des hostilités, il demeura pendant dix ans le plus éminent critique de musique française des colonnes du journal parisien Le Temps. Il devint directeur du Conservatoire de Lyon, et occupa un fauteuil au prestigieux Institut de France, succédant à Paul Dukas et se voyant préféré à Stravinsky. Du point de vue purement musical, Schmitt est considéré avec Debussy et Ravel comme le compositeur français le plus influent de son époque.

La musique de Schmitt dénote une grande originalité, de l’humour, une lumineuse compréhension de la forme et du contrepoint, et une maîtrise de tous les genres en dehors de l’opéra. Il signa des oeuvres essentielles dans les domaines de la musique de scène, de la musique de chambre, du piano soliste, du ballet, de la musique sacrée, et apporta des contributions fondamentales aux balbutiements de la musique d’ensemble (Dionysiaques) et de la musique de film (Salammbô). Sa palette orchestrale n’a rien à envier à celles de Rimski-Korsakov et de Ravel. Florent Schmitt fut l’un des premiers compositeurs du XXe siècle à écrire pour le clavecin, et il était renommé pour son éblouissante écriture chorale. Une bonne part de sa musique est aussi dense qu’abondante, et à chaque fois, la conception de ses oeuvres tend à être pianistique. Il écrivait des mélodies luxuriantes et avait l’habitude de les développer largement tout au long de chaque ouvrage. Il fut un pionnier de l’autonomisation rythmique, écrivant dans un style énergique souvent polymétrique qui correspondait parfaitement au dynamisme et à la puissante emphase de ses passages culminants. Les harmonies de Schmitt sont parfois âprement dissonantes ou encore opulentes et sensuelles, évocatrices d’un lieu ou d’une source littéraire spécifiques. Il fut prolixe, avec à son actif un catalogue fort de 138 opus et un total de plus de deux cents oeuvres. Schmitt était aussi un maître de la miniature et du monumental. Son oeuvre finale, une Deuxième Symphonie vaste et recherchée, fut créée deux mois avant sa mort. Schmitt était présent pour recevoir la standing ovation qui couronna cet événement.

Même si Schmitt ne se considérait sans doute pas comme un pianiste de concert, il était capable de jouer la musique qu’il écrivait pour le piano, ce qui le place certainement parmi une petite élite d’interprètes. Avec l’humour acerbe qui le caractérisa toute sa vie, il disait du piano qu’il constituait un substitut pratique mais décevant de l’orchestre. Il composa pourtant de nombreuses pages pour piano seul et piano à quatre mains. Cette musique est extrêmement exigeante pour l’interprète. La partie de piano seul est souvent écrite sur trois, voire quatre portées – « des poignées de piano », comme il le disait. Les présents enregistrements témoignent amplement de la virtuosité de son écriture pianistique.

En plus de soixante années de créativité, Florent Schmitt nous a légué une oeuvre riche et variée, comme n’importe quel autre grand compositeur. Bien que sa musique soit demeurée méconnue, elle illustre, à sa manière hardie et bigarrée, ce qui est sûrement l’une des périodes les plus mouvementées et passionnantes de l’histoire de la musique française. Reposant sur un formalisme classique, sa musique met en exergue une crâne conviction, une intensité élémentaire et un vocabulaire harmonique intrépide. Ayant d’emblée su distiller une grande part de la musique venue avant la sienne, Schmitt devint un éminent modèle pour ses contemporains et ses élèves, et sut gagner le respect de la génération suivante par la force de sa personnalité et de sa vision bien à lui de l’anticonformisme. Ses oeuvres méritent d’être redécouvertes, et c’est là l’un des nobles objectifs de ces importants enregistrements.

Jerry E. Rife

Schmitt paracheva son vaste corpus d’oeuvres pour piano à quatre mains avec l’un de ses morceaux les plus célèbres, Une semaine du petit elfe Ferme-l’oeil. Inclus dans le présent enregistrement, celui-ci est également la dernière de quatre pièces à quatre mains dont la mélodie est fondée sur les cinq premières notes d’une gamme diatonique. En outre, cet enregistrement contient les Humoresques, les Trois pièces récréatives et l’arrangement tiré par le compositeur de son Lied et scherzo pour piano à quatre mains.

Les Humoresques op. 43 (1911) sont typiques de la nature enjouée de Schmitt et présentent un microcosme de ses différentes idées. Le cycle s’ouvre sur la Marche militaire, qui débute par une fanfare explosive, mais s’efface de manière assez inattendue et originale. Le recueil se poursuit alors avec le paisible Bucolique et la poignante Valse sentimentale, qui révèle le lyrisme intimiste de Schmitt. L’espiègle Rondeau et le charmant Scherzetto, quant à eux, mettent en valeur sa bonne humeur caractéristique ainsi que son ingéniosité en matière de rythme et de contrepoint. Le cycle se referme avec la Danse grotesque, dont les accords de tutti très marqués rappellent les premiers ballets de Stravinski.

À l’origine, le Lied et scherzo op. 54 (1910) avait été écrit pour double quintette de vents, le premier cor étant traité comme un instrument soliste. Enregistré par deux pianos sur notre enregistrement, le Lied et scherzo est assurément l’une des compositions les plus magistrales et visionnaires de Schmitt. Le mélodieux Lied laisse progressivement place au Scherzo farouchement déterminé, qui présente parfois d’intenses superpositions polymétriques de matériaux contrastés annonçant des idées du type de celles qu’allaient proposer Ravel, Carter et d’autres. Faisant suite à l’énigmatique introduction, les principaux éléments thématiques et les corrélations de tempo qui les relient sont mis au jour. Une croche du Lent est égale à deux croches pointées de l’Animé tout au long du morceau, qui se conclut par une coda prolongée et contemplative.

Comme l’indique leur titre, les Trois pièces récréatives op. 37 (1907) font partie des oeuvres les plus condensées et insouciantes de Schmitt. Le duo commence avec l’énergique Quadrille, qui est suivi de la Gavotte et de la Marche, effrontément ironiques et dans l’esprit de Satie. Dans les trois mouvements, une série de cinq notes diatoniques apparentée à Une semaine sert de matrice à la mélodie.

Une semaine du petit elfe Ferme-l’oeil ou Les songes de Hialmar op. 58 (1912) est inspiré par le conte de Hans Christian Andersen Ole Lukøje. Ferme-l’oeil apparaît chaque soir au petit Hialmar pour lui raconter les histoires qui vont devenir ses rêves. Hialmar assiste d’abord à un cérémonieux rassemblement de souris sur leur trente et un dans La noce des souris, puis entend une cigogne qui n’arrive plus à s’envoler se faire railler par des poules et des canards dans La cigogne lasse, voit passer la mort sur sa monture dans Le cheval de Ferme-l’oeil, découvre un couple très amoureux qui a décidé de ne plus vivre que d’amour dans Le mariage de la poupée Berthe, subit les récriminations de lettres affaiblies qui n’arrivent plus à tenir debout sur les lignes du cahier de La ronde des lettres boiteuses, et aperçoit des objets qui prennent magiquement vie dans La promenade à travers le tableau. Enfin, dans Le parapluie chinois, Ferme-l’oeil transforme son parapluie en un bol chinois richement décoré et à ce moment, dans la mélodie, une série de cinq notes devient pentatonique.

Andreï Kasparov
Traductions françaises de David Ylla-Somers


Close the window