Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...


Simon Corley
ConcertoNet.com, May 2015

STRAUSS II, J.: Simplicius (Zurich Opera, 2000) (NTSC) 100365
STRAUSS II, J.: Simplicius (Zurich Opera, 2000) (Blu-ray) 108127

Hormis La Chauve-Souris, les nombreux ouvrages lyriques de Johann Strauss ne se sont pas vraiment imposés—c’était déjà le cas de son vivant. Il est pourtant intéressant d’y jeter un coup d’œil, comme le montrent Une nuit à Venise ou ce Simplicius (1887) monté à Zurich en 1999. On ne le connaît en effet plus guère aujourd’hui que par les six pages symphoniques, notamment la valse Donauweibchen, que le compositeur, comme à son habitude, en a tirées. L’inspiration de Strauss n’est pas aussi primesautière qu’à l’accoutumée, la rudesse de la Guerre de Trente Ans, qui sert de toile de fond au Simplicius Simplicissimus de Grimmelshausen, affleurant à moult reprise sous le livret de Victor Léon (qui écrivit ensuite La Veuve joyeuse et Le Pays du sourire pour Lehár). Il y a du Offenbach dans ce persiflage militaire grinçant, mais en même temps, le sujet—les aventures d’un chaste fol à la Parsifal tenté par les armes après avoir été élevé depuis son plus jeune âge, comme Siegfried, au fin fond d’une forêt—évoque évidemment Wagner, encore que les passages moins légers de cette opérette (qui tient souvent plus de l’opéra) en un prologue et trois actes renvoient davantage à Weber qu’au maître de Bayreuth. Face à cet ensemble dramatiquement comme musicalement assez composite, David Pountney est l’homme de la situation, enrichissant le XVIIe siècle où se situe l’action d’une de ces scénographies finement déjantées dont il a le secret, à base de gigantisme et d’anachronismes: ce baroque, comme du temps de Strauss, a donc des résonances contemporaines. Les chanteurs défendent plus que convenablement des rôles souvent difficiles, à commencer par Martin Zysset en Simplicius; dans les emplois sérieux, Michael Volle, Piotr Beczala et Elizabeth Magnuson sont à la hauteur de leur grande réputation, tandis qu’Oliver Widmer déploie une vis comica convaincante aux côtés de l’actrice vedette (et vétérane) Louise Martini. Franz Welser-Möst, qui était alors au début de son mandat zurichois (1995-2008), dirige avec sûreté une partition… dont il reprendra douze ans plus tard plusieurs extraits pour son concert du Nouvel An 2011 (Arthaus Musik DVD 100 365 ou Blu-ray 108 127). © 2015 ConcertoNet.com





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group