Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

Simon Corley
ConcertoNet.com, November 2015

WALTON, W.: London Concert (Kyung-Wha Chung, Allen, Previn) (NTSC) 109110
WALTON, W.: London Concert (Kyung-Wha Chung, Allen, Previn) (Blu-ray) 109111

A l’image des principales personnalités du Groupe des Six en France ou de son ami Hindemith en Allemagne, William Walton (1902–1983) ne resta que peu de temps le provocateur avant-gardiste du surréaliste «divertissement» Façade et ne tarda pas à devenir une figure de la vie musicale britannique. Bien qu’ayant pris du recul en s’établissant définitivement à Ischia dès le milieu des années 1950, il eut ainsi droit, pour son soixante-dixième anniversaire, à un dîner officiel offert 10 Downing Street par le Premier ministre (et chef d’orchestre à ses heures) Edward Heath ainsi qu’à un concert dirigé par André Previn (né en 1929) au Royal Festival Hall. Dix ans plus tard en ce même lieu, devant les caméras de Humphrey Burton, c’est un octogénaire impérial et hiératique mais fatigué que célèbre de nouveau le chef américain, familier du compositeur—il lui a ainsi commandé une (troisième) symphonie qui ne vit hélas jamais le jour. A la tête de l’Orchestre symphonique de Londres, dont il fut le chef principal de 1968 à 1979, il débute ce «London Concert», après le God Save the Queen de rigueur, avec la marche Orb and Sceptre (1953), écrite pour le couronnement d’Elizabeth II. Des images du carrosse royal apparaissent en incrustation: de fait, Walton s’inscrit ici bien dans la lignée des marches elgariennes. C’est aussi la tradition anglaise, celle de l’oratorio, qui inspire Le Festin de Balthazar (1931/1948), mais elle est revisitée par un instrumentarium élargi (cuivres en abondance, saxophone alto, enclume…) et, surtout, par une luxuriance et une sauvagerie qui pourraient rappeler La Tragédie de Salomé de Schmitt: œuvre dense, où s’exprime un formidable talent d’orchestrateur, et où le baryton Thomas Allen (né en 1944) impose sa haute stature vocale. Entre ces deux démonstrations spectaculaires, Kyung-Wha Chung (née en 1948) s’implique avec une grande énergie dans le Concerto pour violon (1939/1943), qui n’a pas grand-chose à envier, à la même période, à celui de Barber: destiné à Heifetz, il révèle en effet une autre facette de Walton, le mélodiste (Arthaus Musik DVD 109110 ou Blu-ray 109111). © 2015 ConcertoNet.com





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group