Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

S├ębastien Foucart
ConcertoNet.com, March 2017

OTTO KLEMPERER’S LONG JOURNEY THROUGH HIS TIMES / KLEMPERER THE LAST CONCERT (Documentaries, 2016) (2 DVD + 2 CD Box Set) (NTSC) 109289
OTTO KLEMPERER’S LONG JOURNEY THROUGH HIS TIMES / KLEMPERER THE LAST CONCERT (Documentaries, 2016) (2 DVD + 2-LP Box Set) (NTSC) 109291

Dans un coffret comprenant par ailleurs un copieux livret relié (en anglais, français et allemand), Arthaus Musik associe deux documentaires de Philo Bregstein consacrés à Otto Klemperer (1885–1973). Le Long Voyage d’Otto Klemperer à travers son temps est la troisième version, légèrement modifiée, d’un film réalisé en 1973 et déjà revu en 1984. Suivant un fil chronologique et illustré par de très riches archives filmées ou photographiques ainsi que par les témoignages (audio) de nombreuses personnalités, le propos insiste sur les rencontres capitales (Mahler, Schönberg) qui ont marqué le chef et compositeur allemand et sur les principes cardinaux qui ont guidé sa carrière (exigence, refus de la routine), de Berlin (l’Opéra Kroll) à Londres (le Philharmonia de Walter Legge, puis le New Philharmonia) en passant par Los Angeles et Budapest. En arrière-plan, sont aussi données à voir les vicissitudes de l’histoire européenne au travers de documents saisissants, montés de façon éloquente. Le titre du second documentaire, qui date de 1974 mais a également été quelque peu modifié pour la présente édition, dit tout de son objet: Klemperer, le dernier concert montre des images tournées à l’occasion d’un programm donné avec le Philharmonia le 26 septembre 1971 au Royal Festival Hall (Ouverture du Roi Etienne et Troisième Concerto de Beethoven avec le tout jeune pianiste Daniel Adni, Troisième Symphonie de Brahms) mais reprend aussi des passages du premier documentaire. On y découvre un colosse très affaibli, soutenu par deux hommes pour gagner son pupitre, le visage fermé, mais qui, malgré une gestuelle économe (sans doute à son corps défendant), n’en déchaîne pas moins des forces impressionnantes dès qu’il commence à diriger. De très brefs extraits de répétitions de Brahms (avec incrustations de la partition) et l’exécution du seul premier mouvement de l’œuvre (avec deux caméras fort précaires et quasiment fixes) complètent le film. En bonus, viennent encore deux chutes de prises de répétitions (cette fois-ci de Beethoven) mais aussi des entretiens bruts de décoffrage (avec son ami le philosophe Ernst Bloch et avec Pierre Boulez). Pour entendre l’intégralité du concert, il faut se reporter aux deux disques audio: le son (monophonique) ne flatte ni l’orchestre, ni le piano mais n’empêche pas la vision radicale, lente et autoritaire de Klemperer de s’imposer, notamment dans un Brahms construit d’une main de fer, à la fois dense, tendu, violent et même rageur. © 2017 ConcertoNet.com





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group