Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

Frédéric Cardin
Espace.mu, September 2013

Un nouveau disque vient nous prouver que nous sommes loin d’avoir tout entendu dans l’univers de la belle musique : les trios pour piano nos 3, 5 et 7 du Français Napoléon-Henri Reber, sous étiquette Timpani, en sont une preuve éclatante. Commentaires sur une révélation musicale, teintée de bonheur.

Un compositeur élégant et atemporel

Napoléon-Henri Reber n’avait pas d’étoile particulièrement prédestinée à la musique au-dessus de sa tête. Ses parents le destinaient à une carrière industrielle, une tendance très marquée au milieu du 19e siècle. Il s’éduqua donc par lui-même, musicalement parlant, et finit par enseigner à Jules Massenet! Chez Reber, la phrase musicale est toujours tournée vers l’expression de la beauté et de l’élégance. Camille Saint-Saëns disait de lui : « L’urbanité exquise de ses manières évoquaient l’idée des temps disparus », ce à quoi l’auteur et critique Ernst Legouvé ajoutait: « Reber n’est pas de notre temps, c’est le contemporain d’Haydn, c’est le Boccherini de nos jours ».

Certes, les lignes musicales de Reber sont précises, la forme de ses trios, classique et rigoureusement dessinée. Mais, il n’est pas un clone perdu de Haydn ou Mozart. Sa musique est bien romantique, mais empreinte d’amour pour une forme d’élégance anachronique à l’époque de Berlioz et Wagner. Si on ajoute à cela un formidable talent de mélodiste, nous avons ici des partitions qui mériteraient d’être jouées par les meilleurs ensembles, et dans toutes les salles du monde.

Le trio Élégiaque exprime avec énormément de conviction l’esprit de ces œuvres dépouillées de sentimentalisme égocentrique. À écouter d’urgence, et à inclure aux programmations des organismes de concerts! © 2013 Espace.mu



Christophe Huss
Le Devoir, August 2013

Oh, la grande découverte ! L’exploration de trois trios de Napoléon-Henri Reber (1807–1880) prolonge l’écoute des trios de Theodore Gouvy, présentés ici même très récemment. Chose importante, Napoléon-Henri Reber est servi ici idéalement par un trio de très haute tenue, de jeunes musiciens français dont certains sont lauréats de concours internationaux. L’essai qui introduit les trois oeuvres est intitulé Un romantique serein, titre fort en situation. De son professeur Reber, Massenet disait : « C’était un musicien exquis et délicat, de la race des maîtres du XVIIIe siècle. Sa musique en dégageait tout le parfum. » Il est intéressant de tracer un parallèle avec Gouvy (1819–1898), puisque Reber, le Mulhousien, baignant également dans deux cultures, apparaît plus français, moins dans la continuation de Mendelssohn, Schubert ou Schumann. C’est une sorte de Haydn du XIXe siècle, absolument impossible à situer, mais toujours intéressant à découvrir et à réécouter. © 2013 Le Devoir





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group