Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...


Florent Coudeyrat
ConcertoNet.com, September 2015

Décrié et moqué, Benjamin Godard (1849–1895) traîne la réputation d’un compositeur d’un musique de salon, à laquelle fera référence le cycle consacré au compositeur français au printemps prochain par le Palazzetto Bru Zane, «Benjamin Godard dans les salons parisiens» (9 avril-15 mai 2016). On doit au Centre de musique romantique française l’éclairage récent sur cette figure méconnue dont les trois Quatuors ont tous été créés en première mondiale en mai dernier par le Quatuor Elysée, en même temps que la publication du présent enregistrement. On comprend très vite, à l’écoute du Premier Quatuor (1876), les difficultés rencontrées par Godard pour recueillir l’estime de ses pairs: l’inspiration se montre assez faible, à la limite de la sentimentalité, autour d’une forme assez lâche et hésitante. On décèle cependant déjà les principales qualités de l’élève de Reber, d’une intériorité et d’une sérénité méditative délicatement ouvragées.

Le Deuxième Quatuor (1877), écrit seulement un an plus tard, marque par ses mélodies plus affirmées, presque entêtantes, élaborées la plupart du temps par un solo soutenu par les trois autres instruments. C’est là l’une des principales caractéristiques de cet admirateur de Mendelssohn et Schumann, qui n’a cure de lorgner vers de nouveaux langages. Cette simplicité dans le discours musical trouve une éloquente expressivité dans le superbe Andante, avant que le Troisième Quatuor (1892) ne surprenne par les progrès accomplis dans l’entrecroisement des différents instruments réunis. On perd en fougue et en élan ce que l’on gagne en science et en maîtrise, sans renoncer au discours mélodique, sensible et attachant. Le mouvement lent s’avère là aussi le plus réussi, pénétrant par son ambiance rêveuse et paisible, et véritable cœur de l’ouvrage.

Le Quatuor Elysée soigne ses phrasés, prenant le temps d’une respiration toujours à propos, sans jamais se départir d’une musicalité fine et intelligente. Un disque magnifiquement capté, idéal pour découvrir l’art singulier et contemplatif d’un compositeur toujours sincère. © 2015 ConcertoNet.com



Frédéric Cardin
ICI Musique, August 2015

De nos jours, on conserve l’image de Benjamin Godard (1849–1895) comme celle d’un compositeur léger, habitué à écrire de jolies bluettes pour les salons petits-bourgeois de la fin du 19e siècle. Certaines reprises plus tard par Tino Rossi! Il était pourtant bien plus que cela, comme le prouvent ses concertos, symphonies et autres œuvres d’envergure. Un nouvel album en fait la démonstration en offrant ses trois quatuors à cordes, joués par le Quatuor Élysée et dignes de Schumann. Une très belle découverte à faire.

Schumann et Fauré
Oui, j’ai tout de suite pensé à Schumann en écoutant le premier des trois quatuors présents sur cet album. Il y a ces élans lyriques tempérés par une vision mélancolique qu’on ne peut s’empêcher de remarquer. Mais il y a aussi une très belle délicatesse des traits mélodiques et de leur contrepoint. Et là, c’est un peu à Fauré que je pense. En tout cas, la France est bien là, appuyée sur un savoir-faire germanique d’une grande solidité.

Exclusivité et séduction
L’album est une idée (brillante!) de la maison Timpani, une étiquette qui propose constamment la découverte de perles oubliées du répertoire romantique et moderne. Qui plus est, les trois œuvres en présence sont ici enregistrées pour la première fois! Vous ne les trouverez donc nulle part ailleurs.

Au bout du compte, vous ferez une rencontre franchement stimulante en écoutant cet album parfaitement enregistré. On est séduit dès les premières notes, et on se laisse emporter, comme ça, au gré d’idées musicales qui n’ont que peu à envier à celles de confrères compositeurs bien mieux connus de la même époque. Ça ne fait pas de tort non plus de savoir que le Quatuor Élysée y est superbe. © 2015 ICI Musique





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group