Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...


Stéphane Friédérich
Classica, June 2017

View PDF  


Laurent Bergnach
Anaclase.com, May 2017

Au début des années trente, le compositeur Carlos Chávez (1899-1978) rencontre le photographe Paul Strand (1890-1976), New-yorkais enthousiaste des réformes sociales de la révolution mexicaine (1910-1920). Il lui propose un projet du ministère de l’éducation : développer une série de films qui montreraient le quotidien d’un peuple quasiment illettré, alliant esthétique et pédagogie. Neveu du musicien, Agustín Velásquez Chávez entame une ébauche de scénario sur le monde de la pêche, dont Strand prévoit de tirer un documentaire.

Mais le projet s’oriente vers la fiction quand arrive Fred Zinnemann, en charge de la direction d’acteurs avec Emilio Gómez Muriel. Pour le Viennois débarqué à Hollywood en 1929, c’est le premier long métrage – seulement plus tard naîtront les mythiques High noon (Le train sifflera trois fois, 1952) et From here to Eternity (Tant qu’il y aura des hommes, 1953). La collaboration est difficile avec l’initiateur de l’objectivité photographique. Car comment concilier le goût du cadrage d’un admirateur de ¡Que viva Mexico! [lire notre chronique du 8 décembre 2005] et l’art du mouvement d’un émule de Flaherty ? Strand reste d’autant plus marqué par ces querelles idéologiques que le contexte politique est à la répression syndicale.

Connu en France sous le titre Les révoltés d’Alvarado, et par les anglophones sous celui de The wave – le film est d’ailleurs ici sous-titré dans la langue de Whitman –, Redes (Filets, 1936) annonce pour d’aucuns le néoréalisme italien. On y suit la rude existence d’une communauté de pêcheurs du Golfe du Mexique, non loin de Veracruz. Face à l’exploitation de leur travail, Miro (Silvio Hernández), qui vient d’enterrer un fils qu’il n’a pu faire soigner, conduit ses compagnons à la grève. Mais la lutte n’a de sens qu’avec l’adhésion de tous.

Protégé de Chávez qu’il assiste dans la direction de l’Orchestre Symphonique de Mexico (fondé en 1928), Silvestre Revueltas (1899-1940) accompagne ces images d’une musique vite réputée, souvent présente au concert depuis, sous forme de suite. On redécouvre pourquoi l’auteur de Sensamayá [lire notre chronique du 30 juillet 2005] fut comparé à Stravinsky et admiré par Varèse : l’épisode du cimetière est livré sans pathos, tandis qu’une veine épique déploie ses harmonies étranges lors d’une pêche joyeuse ou d’un début de révolte.

Après Limiteo (Limite, 1931), Redes est le deuxième film restauré grâce à la World Cinema Foundation, organisme que développe Martin Scorsese à partir de 2007. En première mondiale, on y entend Angel Gil-Ordoñez jouer la partition entière à la tête du PostClassical Ensemble. Si l’on est hispanophone, on pourra écouter ce chef dans un documentaire offert en complément de programme, à la suite d’autres entretiens (en anglais ceux-là) sur Revueltas, le cinéma et la politique – le tout faisant près d’une heure. © 2017 Anaclase.com



Pierre Jean Tribot
Crescendo (France), August 2016

Figure majeure de la musique latino-américaine Silvestre Revueltas réalisa en 1935 une musique de film pour le film Redes « filets » dirigé par Fred Zimmermann et Emilio Gomez Muriel. Ce film narre la vie misérable et la révolte des pêcheurs de la côte mexicaine. Le film fut produit par Carlos Chavez, autre immense figure de la musique mexicaine, pour le compte du ministère mexicain de l’éducation. Le film fut alors reconnu comme une œuvre majeure, y compris jusqu’en URSS ou le côté « lutte des classes séduisait ». Le compositeur arrangea une suite de concert de sa musique, mais elle doit surtout sa postérité à la version agencée par le grand chef Erich Kleiber. C’est cette « suite » qui est usuellement jouée et parfois enregistrée au disque.

Restauré en 2009 dans le cadre du World Cinema Project, le film aest désormais accompagné de la musique de film originale. On y retrouve le brutalisme radical et la violence intrinsèques à la musique de Revueltas, comme si le compositeur mêlait la beauté primitive et ravagée par le brulant soleil des terres du Mexique et une rage révolutionnaire d’un pays espérant un avenir radieux sur les braises du passé. Le film est quant à lui, universellement reconnu comme un chef-d’œuvre du cinéma latino-américain du début du XXe siècle. A la tête de son PostClassical Ensemble, Angel Gil-Ordoñez est excellent dans son respect quasi-religieux de cette musique à laquelle il rend toute la beauté radicale.

Le film est complété par un appareil généreux de bonus documentaires thématiques illustrant différentes facettes du compositeur Revueltas. © 2016 Crescendo (France)





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group