Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

Jean-Marc Warszawski
Musicologie.org, September 2015

ISASI, A.: String Quartets, Vol. 1 (Isasi Quartet) - Nos. 0 and 2 8.572463
ISASI, A.: String Quartets, Vol. 2 (Isasi Quartet) - Nos. 3 and 4 8.572464
ISASI, A.: String Quartets, Vol. 3 (Isasi Quartet) - Nos. 1 and 5 8.572462

Voici trois cédés qui raviront sans aucun doute les amoureux de musique de chambre en chambre : de la belle musique, de la bonne interprétation, du bon enregistrement, et cerise sur la galette, la Tribune des critiques n’étant pas passée par là, ils auront la liberté de fouler d’une oreille libre un territoire inconnu, carmen incognita.

Parce que ni la musicographie ni le mélomane ne connaissent Andrés Isasi, né en 1890 dans une famille aristocratique disposant d’une des plus grosses fortunes de Bilbao. On ne sait si compter un histrion parmi ses membres honorait cette famille, on peut penser qu’il était un objet assez bizarre dans le monde artistique. L’argent aidant, il a pu faire jouer ses œuvres de jeunesse à Bilbao, se faire éditer, et par la suite se former auprès de bons maîtres en Allemagne. Peut-être aussi, souffrant d’une maladie cardiaque, la musique fut-elle une digne occupation.

En tout cas, il fut un bon compositeur. Ce qu’on peut écouter aujourd’hui de sa musique symphonique ou de sa musique de chambre est un grand plaisir.

Le catalogue d’Andrés Isasi compte près d’une centaine de numéros : grand orchestre, formations de chambre, musique chorale, romances. On dit, quand on dit quelque chose de lui, qu’il n’a pas atteint la notoriété, à cause d’une musique trop germanique pour le goût espagnol. Excusez : basque. En fait, Isasi n’était pas dans le coup, et malgré une grande sagesse tonale, d’aucun mouvement grégaire, à une époque où la musique savante se géopoliticalise.

Isasi aime la musique descriptive, pastorale, avec une légèreté à la française (une belle citation fortuite ou volontaire de l’Apprenti sorcier dans sa seconde symphonie), des accents dramatiques qu’on pourrait parfois aller chercher en effet quelque part en Germanie, mais ni chez Wagner ni chez Brahms qui ont si largement inoculé le venin teuton au-delà de ses frontières. Il y a un côté rhapsodique qui dans l’ensemble fait penser à l’art de la Bohème des Pragois.

Bien avant Messiaen, Isasi se voulait ornithologue, transcrivait les chants d’oiseaux, dont on retrouve ici et là les motifs joyeux et facétieux, peut-être moqueurs comme le merle.

Il était aussi formé à l’art des maîtres, et peut placer des mouvements en fugue claire, nette, parfaitement torchée.

Il a une très belle écriture de quatuor, sait faire chanter toutes les voix, les réunir en orchestre ou les faire concerter, avec de beaux élans lyriques, dans un mélange de formules d’allure populaire (pastorale oblige), tirant vers la modalité, et d’un façonnage savant.

Pour compléter le 3e cédé, l’ensemble propose une sonate pour violon et piano de 1917 (Marta Zabaleta au piano), qui confirme ces qualités musicales, et une fougue peut-être plus condensée que dans les quatuors.

Pour la découverte et pour le plaisir, pour la musique, votez le temps de ces trois cédés pour le Isasi Quartet. © 2015 Musicologie.org





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group