Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

Murielle Fournier et Brigitte Dunwoody
Le BabillART, April 2016

Ana Sokolovic (1968), reconnue comme l’une des compositrices les plus éminentes du Canada et l’une des plus grandes voix, a remporté plusieurs prix prestigieux. Elle a récemment décroché une commission importante de la Canadian Opera Company pour une création à grande échelle qui sera présentée lors de la saison 2019–2020. Sur ce nouvel album Folklore Imaginaire réunissant 8 titres, elle nous parle des traces des Balkans des origines de Sokolovic : Vez (2005) Portrait parle (2006) Trois Études (1997/2013) Mesh (2004, Un bouquet de brume (1998/2014) Ciaccona (2002/2011). Accompagné de l’Ensemble Transmission composé de Guy Pelletier (flûte), Lori Freedman (clarinette), Alain Giguère (violon), Julie Trudeau (violoncelle), Julien Grégoire (percussion) et Brigitte Poulin (piano). L’album a été enregistré à la Chapelle Historique du Bon-Pasteur. © 2016 Le BabillART



Christophe Huss
Le Devoir, March 2016

Dans sa série des « Classiques canadiens », Naxos publie son second disque consacré à un créateur québécois. Après le succès du brillant hommage à Jacques Hétu, le choix se porte sur Ana Sokolovic (1968), ainsi présentée : «Ana Sokolovic est reconnue comme l’une des compositrices les plus éminentes du Canada et a glané de nombreux prix pour ses compositions populaires, à l’éventail large, couronnées d’un grand succès.» Il y a donc quelqu’un pour ne pas douter que le peuple unanime fera une fête quasi assurée à cette parution. Hors du cénacle, qui a adoubé ici Ana Sokolovic comme sa plus éminente représentante, je n’avais rien perçu de cette identification. Folklore imaginaire parle des traces des Balkans dans l’oeuvre de Sokolovic, qui, au mieux, lui donnent une voix distincte. On les perçoit parfois, notamment dans les trois Études pour piano et Mesh, soit 20 de ces interminables 58 minutes. Ces oeuvres ne seront jamais des classiques et c’est tant mieux. © 2016 Le Devoir





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group