Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

Guy Sauvé
Passion Musique et Culture, October 2015

Quand on songe à la guitare classique, notre premier réflexe est d’y faire référence avec l’Espagne; c’est malheureusement oublier que d’autres pays comme l’Italie, la France et la Russie ont apporté des contributions significatives au répertoire et à la facture de l’instrument dans les siècles précédents. On ignore combien la guitare classique est encore aujourd’hui grandement estimée en Russie et j’espère que ce disque comblera cette lacune non seulement chez les aficionados mais aussi chez tous les mélomanes car vraiment c’est une réussite complète.

L’histoire de la guitare classique en Russie remonte aussi loin qu’à la fin du 18ème siècle sous le règne de Catherine II (1729–1796) qui avait attiré alors à sa cour de nombreux guitaristes professionnels étrangers (par ex. : le célèbre Fernando Sor). Peu de temps après, des compositeurs « natifs » prirent brillamment la relève, le plus proéminent étant Andrei Sychra (1772–1850), sinon l’inventeur, du moins le plus ardent promoteur de la guitare à sept cordes avec plus de 1,000 pièces qu’il avait publiées pour cet instrument.

Depuis toujours, les guitaristes-compositeurs russes ont été inspirés par leur riche folklore natal. Autant à l’époque de Sychra que de nos jours, cette tendance est demeurée très vivace. Bien sûr, le langage harmonique et les styles ont évolué mais les oeuvres présentées ici sont majoritairement ancrées dans le néoromantisme, propices à la poétique de la rêverie où mélancolie et frénésie fraternisent, et exploitent à merveille une variété de couleurs et de techniques que seule une connaissance intime de l’instrument permette de rendre à leur maximum d’efficacité expressive.

Et ça, Irina Kulikova m’émerveille à chacune des plages : pas de bruits parasites dûs au frottement des cordes sur les frettes, une palette impressionnante de nuances dans le pianissimo, une attaque solide sur les notes en apoyando qui assurent chaleur et densité (tel que dans The Old Oak tiré des Three Forest Paintings de Vassiliev), des tremolos impeccables (par exemple, dans l’hommage à Barrios de Vassiliev, le deuxième tiré de ses Three Lyric Pieces), une rare maîtrise du phrasé qui soutient admirablement les lignes mélodiques, une habileté remarquable créant l’illusion de deux instruments (voir Dance of the Forest Ghosts de Vassiliev), une virtuosité spectaculaire dans certains arpèges (notamment un passage dans Flying Dutchman de Kozlov qui évoque l’Étude no. 1 de Villa-Lobos—ma pièce préférée soit dit en passant), quelques passages inouïs (gamme symétrique dans Dance of the Forest Ghosts, voire sons étranges dans The Old Lime Tree de Rudnev—entre 5 min.21 et 5 min.44), mais surtout une sonorité de toute beauté à chaque seconde. Pas étonnant donc qu’elle ait remporté de nombreux prix lors de compétitions internationales (Italie, Espagne, Autriche, Allemagne) et accumulé plus d’une trentaine de récompenses. Il s’agit du quatrième album solo qu’Irina Kulikova a enregistré, deux des trois autres ayant paru aussi sur Naxos dans la série Laureate.

Reminiscences of Russia est définitivement un disque à se procurer : les audiophiles seront impressionnés par la qualité de l’enregistrement (naturel, limpidité polyphonique, précision des timbres); les guitaristes seront aiguillonnés par cette virtuose; les mélomanes découvriront avec ravissement un autre visage de la musique russe. Je le répète, c’est une réussite complète. © 2015 Passion Musique et Culture





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group