Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

Florent Coudeyrat
ConcertoNet.com, August 2015

Naxos et Alexander Walker poursuivent leur exploration de la musique symphonique du compositeur germano-polonais Ignatz Waghalter (1881–1949) après un premier disque paru ici voilà trois ans. Totalement inédites au disque, les trois œuvres enregistrées permettent de retrouver ses qualités mélodiques irrésistibles. On découvre ainsi deux extraits de Mandragola, deuxième opéra composé en 1914 par ce natif de Varsovie, célébré largement en son temps avant de voir son succès interrompu par le premier conflit mondial. On y perçoit l’influence de Richard Strauss dans l’enchevêtrement virtuose des timbres, mais peut-être plus encore de Franz Schreker pour sa capacité à jouer de la mélodie principale avec les contrechants.

Redécouverte par Alexander Walker, la New World Suite n’a visiblement jamais été jouée depuis sa composition en 1939, deux ans tout juste après son installation définitive à New York. Pièce délicieuse, elle permet de se délecter du savoir-faire de Waghalter, qui mêle harmonieusement emprunts au jazz et au cabaret, rappelant souvent Gershwin, l’un de ses compositeurs favoris. On pense aussi à Chostakovitch et ses danses grotesques, tandis que Waghalter opte pour une orchestration fluide et légère, marquée par l’importance des vents et du piano. Les cuivres ne sont pas en reste mais c’est surtout la danse qui prédomine, les valses nombreuses apportant une atmosphère joyeuse, festive et colorée.

La toute dernière pièce gravée sur ce disque fait aussi appel à des rythmes de valse, mais son orchestration moins raffinée déçoit à force de lourdeurs. Au niveau interprétatif, l’Orchestre symphonique d’Etat «Nouvelle Russie» se montre à la hauteur de ces recréations. Fondée en 1990, cette formation, qui ne doit pas être confondue avec l’ancien orchestre de Yevgeny Svetlanov, est dirigée avec un admirable sens du rythme et des transitions par un Alexander Walker inspiré. Un disque idéal pour continuer à parfaire la connaissance de l’art d’Ignatz Waghalter. © 2015 ConcertoNet.com




Christophe Huss
ClassicsTodayFrance.com, June 2015

Le nom de Ignatz Waghalter est désormais oublié. Il s’agit d’un compositeur polonais, nommé chef d’orchestre à l’Opéra allemand de Berlin. Il a fui l’Allemagne pour les États-Unis lors de la monté du nazisme.

Naxos remet ses œuvres au répertoire. La musique est fort plaisante. Waghalter, à l’imagination mélodique simple féconde et apparemment inépuisable, propose une sorte de pendant germanique à la British Light Music. On trouve ici cette atmosphère du Berlin des années 20, celle des Comedian Harmonists. Nombre de thèmes de la New World suite pourraient d’ailleurs s’imaginer en chansons du groupe. Seul leur habillage symphonique du reconstructeur Alexander Walker leur donne une autre parure.

Au dos du boitier, Naxos présente Waghalter comme auteur d’une “approchable et lively music”. C’est très exactement ce qui le décrit. Les Russes s’amusent bien à jouer cela dans une captation un peu globale mais plaisante. © 2015 ClassicsTodayFrance.com





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group