Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

Jean-Baptiste Baronian
Crescendo (France), March 2017

Durant près de cinquante ans, Boris Tishchenko a été une des personnalités musicales les plus en vue à Leningrad/Saint-Pétersbourg. Il a eu la chance d’y avoir été un élève de Dimitri Chostakovitch en personne, lequel, croit-on savoir, l’appréciait beaucoup et qui, suprême privilège, est allé jusqu’à orchestrer son Concerto pour violoncelle dédié à Mstislav Rostropovitch. Sans mauvais jeu de mot, il a été compositeur composite, passant sans cesse non seulement d’un genre à l’autre, mais aussi d’un registre musical à l’autre, sans être pour autant attiré par les expériences avant-gardistes. Les trois œuvres enregistrées sur ce CD en sont l’illustration—exemples assez édifiants d’un style néo-classique mâtiné d’ironie et de faux-semblants, dans la lignée des Chostakovitch gouailleurs et sarcastiques (Le Nez, la Symphonie n° 9, le Concerto pour piano et trompette…). C’est particulièrement le cas du Concerto pour violon, piano et orchestre à cordes, qui date de 2006 et qu’on avait découvert naguère sous la direction de Guennadi Rozjdestvenski (avec la Symphonie n° 3 chez Fuga Libera). Il comprend quatre mouvements donnant la drôle d’impression de n’avoir aucun lien entre eux, à croire qu’ils forment quatre pièces autonomes qu’on pourrait jouer séparément. La plus insolite des quatre est sans doute la première baptisée « Fantasia », dans laquelle Boris Tishchenko fait crisser le violon et le piano et leur offre l’occasion de jouter ensemble le plus anarchiquement du monde. Existe-t-il d’autres partitions de Boris Tishchenko tout aussi anarchiques ? On aimerait les entendre. © 2017 Crescendo (France)





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group