Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

Sébastien Gauthier
ConcertoNet.com, August 2014

On avait déjà salué l’admirable travail de Ryan Brown (né en 1958) et de son Opéra Lafayette à l’occasion de la représentation donnée en février 2012 à Versailles de cet opéra en trois actes de Pierre-Alexandre de Monsigny (1729–1817), Le Roi et le Fermier (1762). Aussi, quel plaisir de le retrouver au disque, par la même équipe que celle qui officiait alors! L’orchestre est excellent de la première à la dernière note, alternant le tumulte des scènes de chasse (acte I, scène 10) ou d’orage (à la fin du premier acte) avec la douceur ou la brillance d’une partition qui fait appel à un orchestre extrêmement complet (cordes, bois, cuivres, percussions en tous genres…). Ryan Brown est sans conteste l’un des meilleurs défenseurs actuels de ce répertoire. Les chanteurs sont également très à leur aise et chacun incarne avec une grande justesse le personnage qui lui est dévolu. D’emblée, c’est William Sharp qui s’impose dans la figure du fermier Richard grâce à une voix de baryton idoine, pleine de chaleur et de profondeur (son air «Je ne sais à quoi me résoudre» au début du premier acte). Egalement baryton, l’excellent Thomas Dolié chante le rôle de Rustaut avec presque trop de noblesse par rapport à ce personnage qui affirme avec une vraie verve comique qu’«une pinte de vin vaut mieux qu’une maîtresse» (acte I, scène 4). Même si, une fois encore, Jeffrey Thompson a tendance à souvent crier plus qu’il ne chante, le reste de la distribution masculine est idéal. Côté féminin, Yulia van Doren chante avec beaucoup de finesse le rôle de Betsy, jeune fille un peu naïve mais fort attachante comme en témoigne, par exemple, l’air «Il regardait mon bouquet» à l’acte III. Quant à Dominique Labelle, elle est également à son meilleur dans le rôle de Jenny, l’amoureuse de Richard: aucune déception à attendre donc de ce disque fort bien fait et qui sert au mieux une œuvre musicale certes mineure mais qui ne manque pas d’atouts. © 2014 ConcertoNet.com



Laurent Bury
Forum Opera (France), August 2013

Avant même d’en donner des représentations scéniques de part et d’autre de l’Atlantique (voir compte rendu), l’Opera Lafayette Orchestra avait gravé Le Roi et le fermier, poursuivant ainsi résolument son exploration de l’opéra-comique français du milieu du XVIIIe siècle, qui nous a valu une dizaine d’enregistrements d’œuvres de Grétry, Philidor et déjà Monsigny, avec Le Déserteur en 2010. Il est bon de pouvoir entendre cette musique à laquelle peu d’autres ensembles s’intéressent. Certes, le livret n’est pas d’une originalité folle, malgré un titre qui laisse espérer un avant-goût de la lutte des classes, mais débarrassé de ses dialogues parlés qui diluaient fortement l’attention du spectateur, Le Roi et le fermier suscite davantage l’intérêt du mélomane. Avec quelques décennies d’avance, l’ouverture semble préfigurer le modèle gluckiste, et l’ariette « Ce que je dis est la vérité même » annonce la noblesse d’une héroïne comme Alceste. Loin des grandeurs de la tragédie lyrique alors déjà sur le déclin, Monsigny s’inscrit dans le courant de la Sensibilité ; sur un texte de Sedaine qui imite le naturel du langage parlé, il compose une partition à l’inspiration mélodique vigoureuse, aux carrures franches parfois inspirée par la musique populaire. On y trouve notamment un fracas de tempête à laquelle se mêlent les cuivres d’une chasse à courre, un « Orage » au premier entracte, puis un robuste « Air de chasse » pour deuxième entracte. Le Roi et le fermier s’avère aussi riche en ensembles, du duo au septuor, sans oublier l’inévitable Vaudeville final.

L’orchestre dirigé par Ryan Brown est d’une belle pâte, mais l’on jugera peut-être que la prise de son, trop réverbérée, n’est guère avantageuse pour les voix, ou du moins qu’elle en privilégie certaines aux dépens des autres. Ainsi Thomas Dolié, qui s’imposait scéniquement dans un petit rôle, souffre-t-il ici d’être comme relégué au second plan sonore dans son unique air. Du moins cet inconvénient présent-t-il l’avantage de rééquilibrer un peu la distribution, ce dont profite au premier William Sharp, baryton dont on salue la belle qualité d’élocution, même si le timbre est parfois un peu léger, l’extrême grave manquant de chair. Thomas Michael Allen a un français beaucoup moins impeccable, un rien nasal, mais cela reste très acceptable, d’autant qu’il assure les seuls passages requérant une certaine virtuosité. L’autre ténor, Jeffrey Thompson, sonne ici un peu moins excessif que dans d’autres incarnations, à moins que son rôle de méchant ne s’accommode mieux de ses travers habituels. Parmi les dames, force est de signaler qu’on ne comprend pas un traître mot de tout ce que chante Yulia Van Doren, que ce soit dans son duo avec son frère ou par la suite, même quand elle est un peu moins frénétique, comme dans son air « Il regardait mon bouquet ». La mise en scène vue à Versailles faisait de Betsy une idiote du village, mais une meilleure articulation du français n’aurait pas été malvenue. Delores Ziegler tire le meilleur parti de l’air de la Mère, où la musique couine et boitille en écho à un texte répétitif. Quant à Dominique Labelle, sa voix ne manque pas de séduction, et convient assez au personnage, avec notamment un grave solide. Comme il convient à une chanteuse québécoise, elle s’exprime dans un excellent français mais la diction se perd parfois un peu, encore que, là aussi, la prise de son y soit sans doute pour quelque chose. © 2013 Forum Opera (France)







Naxos Records, a member of the Naxos Music Group