Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

Lyon-Newsletter.com, March 2017

Avec le Choeur Britten, le Jeune Choeur Symphonique et la maîtrise de l’Opéra national de Lyon. « Les deux opéras de Maurice Ravel occuppent une place très importante dans mon coeur de musicien. Ils figuraient parmi les tout premiers enregistrements dont je possédais le disque et je suis tombé sous le charme de l’harmonieuse beauté de chacun de ces ouvrages » Ecrit Leonard Slatkin. Le tout est parfaitement restitué par l’ONL dans ce CD. © 2017 Lyon-Newsletter.com





Didier van Moere
Avant Scène Opéra, December 2015

RAVEL, M.: Enfant et les sortilèges (L') [Opera] (Leonard, Madore, SKF Matsumoto Chorus, Saito Kinen Orchestra, Seiji Ozawa) 00600406516923
RAVEL, M.: Enfant et les sortilèges (L') / Ma mère l'oye (Hébrard, Galou, Pasturaud, Fouchécourt, Lyon National Orchestra, Slatkin) 8.660336

Les versions se suivent et ne se ressemblent pas : difficile d’imaginer deux Enfant et les sortilèges—enregistrés la même année, en 2013—aussi opposés. A Matsumoto, Seiji Ozawa dirige d’abord une œuvre pour orchestre, allant très loin dans l’exploration des lignes et des timbres. La plasticité virtuose de Ravel a rarement été restituée à ce degré—et comme les rythmes sont souples…Tout est peaufiné, ciselé, jusqu’au moindre détail. Un régal…Mais pour que nous entendions vraiment la « Fantaisie lyrique » sur le livret de Colette, il faudrait des chanteurs plus idiomatiques. La plupart jouent davantage la carte de l’opéra traditionnel, à commencer par l’Enfant d’Isabel Leonard, plutôt un Chérubin, sans chercher à percer le secret de la déclamation ravélienne et de la poésie du texte. Même les Français ne sont pas toujours idéals : si Jean-Paul Fouchécourt reste impayable, le Fauteuil de Paul Gay, par exemple, pèse trop lourd. Tout cela ne fait pas un ensemble, encore moins un esprit.

Le rapport s’inverse avec Leonard Slatkin à Lyon. Malgré ses mérites, la phalange lyonnaise semble paradoxalement moins ravélienne que l’orchestre nippon : la sonorité et la prise de son manquent de clarté analytique, tout est trop enveloppé, voire brumeux. La direction n’avance pas sur des pointes comme celle d’Ozawa, elle paraît statique, parfois même épaisse. Mais, cette fois, les chanteurs sont impeccables : partout la comparaison penche en faveur de Lyon. On n’entend pas toujours, autour de l’Enfant très juste d’Hélène Hébrard, Fauteuil aussi souplement nuancé que celui de Nicolas Courjal, Feu aussi peu rossignol pointu que celui d’Annick Massis, vraie Princesse ensuite, Horloge comtoise aussi bien chantante que celle de Marc Barrard…Si l’on pouvait mixer la direction d’Ozawa et les chanteurs de Slatkin…

Les compléments ? A une Ma mère l’Oye lyonnaise un peu paresseuse, on préfère la sensuelle Shéhérazade sensuelle de Susan Graham et Ozawa, qui dirige ensuite l’Alborada del gracioso. © 2015 Avant-Scène Opéra





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group