Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...


Alexandre Jamar
Forum Opera (France), February 2017

On sait que chaque nouvelle parution d’un Ring est toujours un évènement aux dimensions (quasi) prométhéennes. En témoigne le dernier projet wagnérien de grande ampleur de Naxos, à savoir la parution des enregistrements de la Tétralogie sous la baguette de Jaap van Zweden. Pour cette entreprise, le futur directeur du New-York Philharmonic s’est appuyé sur une série de représentations concertantes avec le Hong-Kong Philharmonic Orchestra, ayant commencée en janvier dernier et s’étalant jusqu’en 2018. La distribution a le mérite de proposer les grands noms du répertoire avec ni plus ni moins que Stuart Skelton en Siegmund, Petra Lang en Brünnhilde ou encore Falk Struckmann en Hunding et surtout les débuts de Matthias Goerne en Wotan. Et malgré quelques déceptions, cet enregistrement apporte son lot de belles surprises.

Falk Struckmann est un Hunding sombre et imposant, mais son vibrato très large nous donne une impression d’instabilité. La hargne voulue par Wagner dans ce rôle semble avoir un peu décoloré. Malgré un timbre généreux à souhait, Michelle DeYoung souffre des mêmes défauts pour sa Fricka. Sa complainte du deuxième acte traîne des pieds, probablement ralentie par une voix qui a du mal à se faire aux importants écarts de tessiture.

Heidi Melton propose une Sieglinde déjà plus égale. Les pages les plus lyriques de la partition sont très réussies (« Du bist der Lenz ») et la soprano fait preuve d’un réel engagement musical. Seulement, le défaut que l’on voyait poindre dans le premier acte se révèle dans la troisième scène du deuxième : la voix arrive à ses limites dans la tessiture aiguë (à partir du la), très sollicitée dans cette hallucination de Sieglinde. Ses brèves interventions dans le troisième acte viennent confirmer cette inquiétude, ternissant un peu une impression pourtant positive.

C’est avec l’arrivée de Stuart Skelton que s’ouvrent véritablement les festivités. Celui dont l’aisance dans le répertoire wagnérien n’est plus à prouver est un Siegmund aussi héroïque que musical. Prenons par exemple la scène au clair de lune (« Winterstürme wichen dem Wonnemond » ) : Skelton comprend bien qu’une bonne partie du chant wagnérien prend sa source dans Schubert, et si l’allemand n’est pas toujours parfait, le geste musical est quant à lui bien senti. A l’inverse, dans la troisième scène du même acte, ce chanteur qui semble savoir tout faire se convertit en véritable Heldentenor wagnérien sans la moindre difficulté apparente. Et on se réjouit de le voir succéder à Jonas Kaufmann dans Lohengrin à Paris en février.

Petra Lang en Brünnhilde est telle qu’on la connaît d’habitude. L’engagement vocal est toujours au maximum des capacités (voire au-delà). Son « Hojotoho! » introductif est aussi pénible pour elle que pour nous. La scène entre Brünnhilde et Siegmund est à peine mieux : pourquoi toujours appuyer à outrance les sons poitrinés ? Pourquoi toujours tout attaquer par en dessous ? Mais on sait aussi que Petra Lang est une femme de scène, d’action, et qu’elle est ainsi plus à l’aise dans la dernière partie de l’ouvrage. C’est effectivement une Brünnhilde plus convaincante qui s’empare de ce troisième acte, surtout dans les duos avec son divin paternel (nous reviendrons à lui).

Il est seulement regrettable que ses partenaires féminines ne soient pas vraiment à la hauteur. En effet, le niveau de ces Walkyries va du correct (Okka von der Damerau en Grimgerde et la Waltraute de Sarah Castle) au franchement mauvais (nous ne citerons personne mais la tendance est généralement au fond du panier).

Nous avions évoqué un divin paternel, il s’agissait bien entendu du baryton Matthias Goerne, ici dans sa prise de rôle de Wotan. Car un peu à l’instar de son maître Fischer-Dieskau (qui incarna également le père des dieux avec Karajan), les apparitions scéniques de Goerne sont rares. Ce n’est d’ailleurs peut-être pas un hasard qu’il choisisse une série de représentations concertantes pour aborder ce personnage. Le baryton a tout ce qui lui faut pour incarner ce rôle, bien différent de Rheingold à Die Walküre. Le dieu qui était joueur est devenu résigné et sombre, et c’est cet état d’esprit que Goerne retranscrit le mieux, allant pour cela puiser dans sa subtile palette de timbres affinée par sa connaissance du Lied. Avouons en revanche que ses adieux ne sont pas les plus émouvants du répertoire, comme si le père n’avait pas réussi à succomber complètement aux supplications de la fille. Il faut dire que vu toute la hargne dégagée lors de la deuxième scène, la détente et le pardon devaient relever de la schizophrénie. Goerne interprète fin-janvier le Wanderer dans Siegfried à Hong-Kong, et nous faire languir jusqu’en novembre prochain pour l’écouter au disque est assez cruel.

Mais le tonnerre véritable, la « Donnermaschine » orchestrée par Wagner, c’est bien entendu dans la fosse qu’on le retrouve. Le Hong-Kong Philharmonic Orchestra exalté ici par Jaap van Zweden nous laisse encore ébouriffés tant par sa puissance que par son équilibre de timbres (souligné par une impeccable prise de son et un auditorium à l’acoustique très généreuse). La direction manque dans certains passages peut-être un peu de lyrisme (la fin du premier acte ou les fameux adieux de Wotan) mais le chef néerlandais sait parfaitement où faire ressortir la modernité de la partition. Il manipule son orchestre avec une précision chirurgicale et fait gronder le tonnerre des dieux comme jamais. Vivement Götterdämmerung pour nous faire gronder de plaisir. © 2017 Forum Opera (France)




Emmanuel Dapuy
Diapason, February 2017

View PDF  



Jean-Charles Hoffelé
Avant Scène Opéra, January 2017

Un Rheingold flamboyant, à l’équipe de chant soignée et dirigé preste m’avait alerté : la grande Tétralogie du début du XXIe siècle s’enregistrait en concert à Hong Kong. Die Walküre confirme l’excellence d’un cast qui affiche le gratin du chant wagnérien, et la maîtrise—du temps, du discours, de la projection de l’action dans la musique—qu’y met Jaap van Zweden. Certains diront que l’exaltation qui emportait Karajan ou Krauss lui manque. Qu’ils écoutent simplement le III, qui se tend implacablement jusqu’à l’arrivée furieuse de Wotan. Si cela n’est pas justement savoir comment Wagner compose un crescendo émotionnel ! Dès le premier acte, le ton est donné, fier, noble, ardent. Les Wälsungen n’ont jamais été aussi proches de leurs modèles de tragédie grecque, Stuart Skelton et Heidi Melton voient la mort dans l’amour, mots tragiques, chant dardé auquel Falk Struckmann oppose un Hunding trop d’un bloc. C’est le seul bémol à noter ici. Car Petra Lang, reprenant Brünnhilde et s’y brûlant parfois, instable ici, fulminante là, rayonnante d’humanité souvent, dit tout du personnage, l’exaltant comme aucune autre aujourd’hui sinon Nina Stemme—dont la Walkyrie est de toute façon plus impérieuse. Mais il y a mieux encore : le Wotan le plus noir, le plus torturé, le plus vengeur qui ait jamais paru depuis Hans Hotter. Matthias Goerne emporte tout dans son chant d’abysse, il faut l’entendre proférer « Wo ist Brunnhilde, wo die Verbrecherin ? », dieu vengeur. Pour lui l’album est déjà indispensable, et ce troisième acte amer, acide, probablement immortel. © 2017 Avant-Scène Opéra



Christophe Huss
Le Devoir, December 2016

WAGNER, R.: Walküre (Die) (Goerne, DeYoung, Skelton, Melton, P. Lang, Struckmann, Hong Kong Philharmonic, van Zweden) 8.660394-97
WAGNER, R.: Walküre (Die) (Goerne, DeYoung, Skelton, Melton, P. Lang, Struckmann, Hong Kong Philharmonic, van Zweden) (Blu-ray Audio) NBD0051

Les parutions du Ring de van Zweden à Hong Kong, disponibles en CD et Blu-ray audio (stéréo et multicanal), ont pour concurrents high-tech Janowski (SACD Pentatone) et Solti, dont le Ring complet a été publié en Blu-ray audio (stéréo). Mais le support ne fait pas tout ; c’est la prise de son qui compte. Et, là, Solti n’a pas pris une ride, l’orchestre étant un peu distant ici. Étrange : la perspective sonore change entre l’acte I et II, une sorte de halo entourant le Wotan très humain de Matthias Goerne, argument de vente majeur, dont, personnellement, le timbre m’irrite. Van Zweden, plus engagé—quoique pas enflammé—que dans L’or du Rhin, réunit une distribution de haut vol dominée par le tandem Stuart Skelton-Heidi Melton à l’acte I. Petra Lang est une Brünnhilde cuivrée, Falk Struckmann un Hunding trop clair, alors que Michelle de Young chuinte un peu ses consonnes en Fricka. Parution plus qu’honorable. © 2016 Le Devoir





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group