Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...


Sébastien Foucart
ConcertoNet.com, January 2017

BERG, A.: Wozzeck (Zürich Opera, 2005) (NTSC) ACC-20363
BERG, A.: Wozzeck (Zürich Opera, 2015) (Blu-ray, Full-HD) ACC-10363

Ce DVD confirme l’impression laissée par le Wozzeck zurichois de 2015: magistral. L’idée d’Andreas Homoki de transposer le drame dans un théâtre de marionnettes fonctionne remarquablement, grâce à une conjonction parfaite de tous les éléments de cette mise en scène d’une force de conviction peu commune : le dispositif, les costumes, les perruques, le maquillage, la direction d’acteur et les interprètes, tous crédibles et fort impliqués. Les personnages agissent comme des pantins, seul l’enfant de Wozzeck et de Marie étant une véritable marionnette.

L’aspect visuel et la dimension théâtrale de cette production captivante et pensée dans les détails se révèlent stupéfiants, même à travers le prisme de l’écran. L’émotion nous submerge, en dépit de l’option, pas gagnée d’avance, de souligner le grotesque des personnages et l’absurdité des situations. Eprouver à l’opéra un tel sentiment de cohérence et d’unité demeure trop rare pour que ce spectacle portant la marque d’un grand metteur en scène tombe dans l’oubli. Heureusement, cette publication l’immortalise dans une présentation soignée, la notice comportant trois entretiens, avec le metteur en scène, le chef… et le compositeur (transcription d’une discussion radiophonique).

Fabio Luisi, qui dirige cet immense chef-d’œuvre pour la première fois, contribue largement à la réussite de cette production. A la tête d’un orchestre valeureux, le chef contrôle la dynamique et clarifie la texture pour révéler la forme et les détails de cette musique, tout en garantissant sa nature dramatique. Méconnaissable dans le rôle-titre, plus connu sur le terrain du lied que sur celui de l’opéra, Christian Gerhaher accomplit une prestation saisissante et d’une indéniable justesse. Conciliant beauté vocale et implication théâtrale, Gun-Brit Barkmin incarne une Marie tout à fait conforme aux attentes. Le reste de la distribution s’illustre pour les mêmes motifs : formidables Capitaine de Wolfgang Ablinger-Sperrhacke, Médecin de Lars Woldt, Tambour-major de Brandon Jovanovich et Andres de Mauro Peter. Nous aurions voulu être dans la salle pour applaudir ce beau et grand spectacle. © 2017 ConcertoNet.com




Christian Merlin
Avant Scène Opéra, August 2016

Le matériau dramatique de Wozzeck est si riche qu’il permet toutes les approches scéniques possibles, tant sur le plan esthétique que psychologique. L’option prise à Zurich par le metteur en scène allemand Andreas Homoki est pour le moins passionnante. Considérant cette pièce comme non réaliste et ne voyant pas dans ses personnages des êtres de chair et de sang mais des pantins que l’on manipule, il pousse la logique jusqu’au bout et en fait un théâtre de marionnettes. Dans un cadre de bois qui se rétrécit, sans dégagement en profondeur, seul le tronc des chanteurs est visible. Un maquillage outrancier rend les traits de leur visage méconnaissables et leur impose un masque qui les condamne à une seule expression. Cette distanciation empêche identification et compassion, mais renforce la dimension grinçante jusqu’au grotesque des situations imaginées par Büchner. On nous montre des types universels et non des individus. Vous l’aurez compris, on y gagne une concentration intense mais on y perd en émotion : c’est clairement la limite du propos. De ce reproche on exemptera la scène finale, où l’apparition de l’enfant en véritable marionnette de bois accentue paradoxalement la dimension poignante de cette farce tragique.

Echappe aussi à ce grief le Wozzeck de Christian Gerhaher, dont c’était la prise de rôle. Sans le moindre effet expressionniste, sa voix de grand chanteur de lieder réussit un dosage rare entre chanté et parlé, calquant le phrasé sur les inflexions du mot. Le fait que la production attende de lui davantage une rage passive que l’expression de sentiments, a pu lui permettre de se focaliser sur la concentration musicale du rôle. On aimerait maintenant le voir à l’œuvre dans une interprétation plus incarnée. Privée de la possibilité d’humaniser son personnage, Gun-Brit Barkmin darde une voix monochrome, sonore et coupante, au détriment des blessures et fêlures de Marie. L’option théâtrale est au contraire très profitable aux rôles de tortionnaires, peints par Berg et Büchner à si grands traits qu’ils en ressemblent déjà à des pantins. Avec les voix mordantes et les trognes bizarres de Wolfgang Ablinger-Sperrhacke, Lars Woldt et Brandon Jovanovich, on est en plein expressionnisme et ça marche à 100%. Pour une fois, la direction de Fabio Luisi nous paraît au diapason : analytique et anguleuse comme de coutume, sa baguette dépourvue de sentiments colle au propos déshumanisé mais cohérent du metteur en scène, tout en servant avec clarté la savante polyphonie de Berg. Un Wozzeck sans pitié. © 2016 Avant-Scène Opéra





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group