Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

 
Keyword Search
 
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

Diapason, November 2018

BERG, A.: Lulu [Opera] (Bavarian State Opera, 2015) (NTSC) BAC129
BERG, A.: Lulu [Opera] (Bavarian State Opera, 2015) (Blu-ray, Full-HD) BAC429

Dans cette production munichoise, Lulu se révèle plus que jamais un opéra de chef. Petrenko y affiche la fougue et la précision qui ont fait sa réputation. Fort d’un plateau que domine Marlis Petersen—sans doute la meilleure Lulu actuelle—il impose une lecture tranchante, quoique jamais hystérisée, du chef-d’œuvre de Berg. © 2018 Diapason




Laurent Bury
Forum Opera (France), September 2017

Si Wozzeck avait inspiré à Dmitri Tcherniakov un spectacle impressionnant, Lulu ne semble pas avoir suscité une réussite comparable. On comprend aisément que notre collègue Yannick Boussaert ait pu être déçu par la représentation vue en salle, à Munich, mais, grâce à un montage qui varie les angles de prise de vue et privilégie les gros plans, le DVD publié par Bel Air Classiques évite toute la lassitude et permet de ne rien perdre du jeu des interprètes.

Après les cases de Wozzeck (voir notre compte rendu), le décor de Lulu est une sorte d’inhabitable palais des miroirs, à mi-chemin entre les box vitrés de Playtime de Tati et le plan style Cluedo de Dogville de Lars von Trier. Ce décor aux parois obscures ou transparentes selon les jeux d’éclairage, ne change pratiquement pas au cours du spectacle, avec quelques chaises pour tout mobilier. Dans cet espace anonyme et abstrait, tous les personnages sont habillés de noir, de gris ou de blanc ; les intermèdes orchestraux, y compris la fameuse « Musique de film », sont occupés par des danseurs vêtus de couleurs pastel qui miment le rituel érotique (on se caresse, on se frappe, on se déshabille). En dehors de ces plages dansées, la représentation est souvent très statique, un sommet étant atteint avec la première scène du troisième acte, où Lulu est assise tandis que tous les autres sont alignés en rang d’oignon derrière elle.

Le choix le plus curieux est sans doute la caractérisation de l’héroïne : coiffée d’un strict chignon roux dont pas un cheveu ne s’échappe, constamment vêtue de blanc immaculé, Lulu paraît assez dénuée de sensualité et son emprise sur tous les hommes est un présupposé initial que rien ne viendra jamais rendre plus manifeste. Marlis Petersen campe une jeune femme indifférente, au visage fermé, entre lassitude et névrose. Le personnage n’émeut guère avant d’être aux abois au dernier acte, mais vocalement, le rôle ne lui pose aucun problème. Si l’on connaît bien les qualités d’acteur de Bo Skovhus, déjà exploitées par Tcherniakov dans Don Giovanni, on connaît aussi l’usure du chanteur, ici particulièrement sensible dans le grave de la tessiture. Daniel Sindram est une Geschwitz beaucoup moins matrone que ce n’est souvent le cas : la comtesse est masculine mais jeune, de corps comme de voix. Mathias Klink est un bel Alwa, qui s’élance sans peine apparente dans les suraigus du rôle, à l’instar du Peintre de Rainer Trost. En Schigolch, Pavlo Hunka peut chanter sa partition au lieu de la parler comme le font les interprètes ayant l’âge du personnage, cependant que Martin Winkler fait valoir en Athlète un timbre plein de noirceur.

Et bien sûr, Kirill Petrenko accomplit malgré tout les miracles dont il est capable, conférant à la musique d’Alban Berg un classicisme opulent et mettant en relief tel ou tel détail de l’orchestration.

Ce DVD offre donc tout le confort moderne, avec tous les avantages que peuvent procurer les micros et les caméras. Une remarque, toutefois, concernant le sous-titrage français, entaché par quelques atrocités grammaticales (« Assis-toi ! »), et où l’on parle du Lycéen à la troisième personne du féminin, alors que la mise en scène semble respecter le travesti du personnage. © 2017 Forum Opera (France)



Jean-Charles Hoffelé
Avant Scène Opéra, September 2017

En juin 2009 Christof Loy osait, sur le plateau mis à nu de Covent Garden, une lecture de Lulu radicale par son dépouillement et son noir et blanc, que parachevait une captation au cordeau. Six ans plus tard, Dmitri Tcherniakov lui répond par une proposition tout aussi radicale mais à l’exact opposé. Là où l’Allemand produisait un terrible fondu au noir, le Russe donne à voir Lulu pleine lumière, prisonnière d’un décor unique, dédale de parois transparentes, objet de tous les désirs. Allusion au Palais des glaces où Rita Hayworth sera révolvérisée à l’infini dans la scène célèbre de The Lady from Shanghai d’Orson Welles, ou cage de verre pour une exposition de monstres de foire ? La proposition a froissé une bonne part de la critique qui n’y a vu que du vide.

Comme souvent, la caméra d’Andy Sommer révèle ce qui ne se perçoit pas suffisamment de la salle : une direction d’acteurs au cordeau qui se peint d’abord sur les visages mais utilise aussi toutes les ressources du langage corporel. Même si l’on sait le temps des Lulu séductrices révolu depuis la relecture de Patrice Chéreau, Tcherniakov en profite pour aller un peu plus loin et retirer tout charme à Marlis Petersen—mais aussi tout venin. Elle est un monstre froid, hautain, distant, qui parfois bascule dans l’autre extrême lorsqu’une douleur proche de la pure détresse physique la saisit, mais aussi un objet sexuel dissocié de sa propre identité corporelle, instrumentalisée. La voyant si amère, si désabusée, si blessée par instant par une rage interne (et toujours, bien entendu, dans un contretemps dramatique, comme si l’émotion venait « après réflexion », ce que les décalages de la musique de Berg suggèrent), si lasse, je ne peux m’empêcher de penser à l’Emilia Marty de L’Affaire Makropoulos. Quelle performance de vrai théâtre pour cette chanteuse qui s’est appropriée tous les visages de Lulu au point de pouvoir en produire un seul et d’en creuser la psyché comme à l’infini.

En face d’elle, opposé à son vide intérieur : le vide des hommes—d’un Peintre concupiscent (magnifique Torsten Kerl), d’un Alva inexistant à force de veulerie (Mathias Klink, qui n’a pas le format vocal du rôle et s’étrangle dans les aigus du redoutable duo du divan), d’un Schigolch revenu de tout et pourtant presque trop alerte, Wanderer moderne avec ses lunettes de conduite au front, d’un Rodrigo qui fait voir ses muscles défraîchis. Et surtout l'une des compositions majeures qu'aura connues le Dr. Schön : c’est l’autre monstre froid, prédateur impénétrable, avec un masque constant d’ironie, de détachement, dont le rictus semble chanter de l’acide. Bo Skovhus y est simplement prodigieux, exauçant le vœu avoué de Dmitri Tcherniakov : travailler avec des acteurs-chanteurs (et non l’inverse). C’est à qui d’entre Lulu ou lui tuera l’autre en premier. Autre idée, une Geschwitz jeune, dépossédée progressivement de son pouvoir de séduction, instrumentalisée comme Lulu mais par Lulu, génialement chantée par cette brillante habituée des travestis qu’est Daniela Sindram, avec de la pulpe dans le timbre et dans les mots, et, dans son ultime adresse, de la cendre, comme si elle faisait entendre l’envers de sa voix. Inutile de préciser le génie de la caractérisation dispensé par Wolfgang Ablinger-Sperrhacke dans ses « silhouettes » : il fait claquer les mots et semble se dessiner lui-même en deux gestes. Avec cela, sur cette trame terrible, très simple, trop évidente, dont les seuls arrière-plans sont les psychés de chacun trahies par le langage du corps, quelques coquetteries, comme la toque de fourrure dont se pare Lulu au début du troisième acte, écho au gibus de Lola-Lola dans L’Ange bleu, histoire de rappeler que Lulu, ce serait aussi Lily Marlène dansant au bord du volcan.

Une suggestion parmi tant d’autres dans ce spectacle fabuleux qui expose tout : l’action se déroule au devant de la scène, adossée à ce palais de verre où les sentiments vont se décomposer, pourrir exposés au regard de chacun comme la preuve de la mort. Parabole de théâtre vertigineuse qui regarde dans les yeux le chef-d’œuvre de Berg (dans la version parachevée par Friedrich Cerha) sans ciller et que Kirill Petrenko dirige tel un terrible métronome, insensible, implacable, parfaitement accordé au propos de Dmitri Tcherniakov. Spectacle inusable—tout comme celui de Christof Loy. © 2017 Avant-Scène Opéra





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group