Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

Simon Corley
ConcertoNet.com, September 2013

SCHREKER, F.: Ferne Klang (Der) [Opera] (Moser, Schnaut, Halem, Nimsgern, Berlin Radio Symphony, G. Albrecht) C5178
SCHREKER, F.: Schatzgraber (Der) [Opera] (Protschka, Schnaut, Stamm, Haage, Helm, Hamburg State Philharmonic, G. Albrecht) C5175

Il y a une vingtaine d’années, au moment où les opéras de Braunfels, Goldschmidt, Korngold et Schulhoff retrouvaient droit de cité grâce à la collection «Musique dégénérée» de Decca, Gerd Albrecht (né en 1935) a contribué, chez Capriccio et Orfeo, à la redécouverte du postromantisme germanique resté dans l’ombre de R. Strauss: il a ainsi servi notamment Busoni, Gurlitt, Krenek, Schoeck, Schulhoff, Wellesz et Wolf mais aussi Franz Schreker (1878–1934), dont il avait donné Les Stigmatisés dès 1984 à Salzbourg (Orfeo). Capriccio réédite les deux opéras du compositeur autrichien figurant à son catalogue sous la direction d’Albrecht, Le Son lointain (1910), dédié à Bruno Walter, et le Le Chercheur de trésors (1918), de durée sensiblement voisine (2 heures 20 minutes, bien que comptant non plus trois mais quatre actes, un prologue et un épilogue) et lui aussi créé à l’Opéra de Francfort (auquel il est même dédié), également sous la baguette de Ludwig Rottenberg. L’orchestre et les voix ne sont pas exempts de faiblesses, qui ressortent moins dans le capiteux et ensorcelant Son lointain, enregistré en studio en octobre 1990 avec l’Orchestre radio-symphonique de Berlin, que dans Le Chercheur de trésors, capté en public un an plus tôt durant des représentations données à Hambourg, où le chef allemand venait de commencer son mandat de Generalmusikdirektor (1988–1997). Mais ces publications n’en continuent pas moins d’être extrêmement précieuses, d’autant que s’il existe deux autres versions du premier (Naxos et Ars Produktion), c’est toujours la seule existante pour le second et qu’elles sont présentées dans une édition économique. Il faut certes se contenter en contrepartie d’une notice se limitant à un résumé assez détaillé de l’action (en allemand et en anglais), mais l’absence de livret est compensée, du moins pour les germanophones, par une diction irréprochable, emblématique du chant soigné et idiomatique de l’ensemble des deux distributions, certains chanteurs faisant d’ailleurs partie de l’une et de l’autre, à commencer par la soprano Gabriele Schnaut. Albrecht cimente le tout avec un impeccable professionnalisme, faisant rutiler ces deux ouvrages et ce travail accompli voici plus de vingt ans n’est sans doute pas étranger à ce qu’ils aient retrouvé la scène au cours des dernières années—ainsi, ne serait-ce qu’en 2012, Le Son lointain à l’Opéra du Rhin et Le Chercheur de trésors à l’Opéra des Pays-Bas. On trouvera par ailleurs sur cette page du site un compte rendu en anglais du Son lointain (C 5178 et C 5175). © 2013 ConcertoNet.com





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group