Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

Guy Sauvé
Passion Musique et Culture, March 2016

TCHAIKOVSKY: The Seasons (excerpts) / RACHMANINOV: Preludes / SCRIABIN: Piano Sonata No. 2 CDR90000-001
PAPERNO, Dmitry: Uncommon Encores CDR90000-007
BRAHMS / LISZT / GRIEG / CHOPIN: Piano Music CDR90000-037

Suite à la lecture de Notes of a Moscow Pianist de Dmitry Paperno (chronique précédente) qui comporte une discographie de cet artiste chaleureux, je me suis donc mis en quête de savoir si on pouvait mettre la main sur ses disques. Dieu merci cela a été rendu possible grâce au label américain Cedille Records (Chicago - www.cedillerecords.org ) qui a produit, outre les trois albums mentionnés plus haut, un récital entièrement Chopin (CDR 026), un autre entièrement allemand (CDR 002), Paperno Live (CDR 044), Through the years (CDR 074), The Virtuoso Paperno (CDR 3003).

On ne peut que féliciter le producteur James Ginsburg, fondateur du label sans but lucratif Cedille, pour son remarquable coup de génie à nous faire connaître un pianiste d’une stature comparable à d’autres devenus plus célèbres, notamment en réussissant à obtenir l’autorisation de remasteriser ses enregistrements issus du « Golden fund » du label moscovite Melodiya. Ce « fond d’or » signifiait que, suite à l’approbation d’un jury, le label assurait la pérennité de certaines prises tandis que d’autres, non retenues, allaient voir leurs bandes démagnétisées. C’est donc dire que Paperno était un musicien extrêmement apprécié.

Il suffit d’ailleurs d’écouter ses interprétations électrisantes des trois oeuvres de Liszt (Polonaise no.2; Tarentella tirée de Venezia e Napoli; Rhapsodie espagnole) qui occupent un peu moins de la moitié de l’album Recordings of a Moscow Pianist pour se convaincre de sa splendide virtuosité technique. Tout ce que Liszt y a mis de variations fulgurantes et de cabrioles périlleuses, Paperno les exécute à merveille. À elles seules, ces trois pièces, enregistrées en 1967 et 1975, valent l’acquisition du disque et nous montrent un pianiste dans la quarantaine en pleine possession de ses moyens. Tout aussi magistrale est son interprétation de la 2ème sonate de Chopin, spécialement le mouvement de la « marche funèbre » pour la plénitude de la sonorité et le superbe lié dans la succession des fameux accords de la grave procession; mais à retenir surtout la partie médiane de ce même mouvement joué avec la douceur d’un voile transparent : sublime passage ! La rapsodie de Brahms exige puissance et de cela Paperno n’en manque pas. On y trouve la ballade de Grieg, une rareté. Le transfert sur format numérique est généralement réussi car le piano sonne avec un naturel et une ampleur qui rend justice au talent de maître (surtout pour les enregistrements de 1975).

Quant aux deux autres cds enregistrés à Chicago, nous avons affaire à un pianiste plus mûr mais tout autant en maîtrise de son jeu. Dans son programme entièrement russe (CDR 001), l’interprétation de six préludes de Rachmaninov le prouve amplement. Mais que de raffinement et de sensibilité dans les cinq pièces de Tchaikovsky (Méditation, op.72/5 et quatre autres tirées du cycle des Saisons, op.37a). Cet album est un document historique car il contient des premières en Amérique (Variations sur un thème polonais de Liadov et trois pièces du premier volume des Mélodies oubliées, op. 38 de Medtner—ces dernières jamais enregistrées hors U.R.S.S. auparavant). Même si la qualité technique trahit son âge quand on compare aux avancées technologiques développées vers 1995, ce disque plaira sûrement tant aux pianistes qu’aux amoureux inconditionnels de musique russe.

L’album des rares bis de concert (Uncommon encores—CDR 007) est très varié : compositeurs allemands, russes, hongrois, viennois, polonais, espagnol se succèdent dans un panorama de styles passant du baroque (Bach, Scarlatti), au classico-romantique (Mozart, Hummel, Mendelssohn—superbe !—Chopin, Liszt, Albeniz), au moderne (Mompou—magnifique !—Scriabin, Khachaturian, Shchedrin). On y découvre effectivement des pièces rarement enregistrées (Polichinelle de Rachmaninov, Basso ostinato de Shchedrin, et des transcriptions de Sgambati, un élève de Liszt, ou de Levinson sur un lied de Schumann). Un des plus beaux moments demeure l’arrangement que Siloti (lui aussi élève de Liszt) a fait d’un prélude en mi mineur tiré du Klavierbüchlein vor Wilhelm Friedemann Bach (BWV 855a), un recueil d’ « exercices » que Bach père a écrit pour son fils aîné; non seulement Siloti a transposé la pièce en si mineur mais il a interverti la musique de la main droite à la gauche et vice-versa. Encore une fois, raffinement et sensibilité nous laissent admiratifs. © 2016 Passion Musique et Culture





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group