Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

Olivier Brunel
ConcertoNet.com, December 2015

CILEA, F.: Arlesiana (L') (Fondazione Pergolesi Spontini, 2013) (NTSC) DYN-37688
CILEA, F.: Arlesiana (L') (Fondazione Pergolesi Spontini, 2013) (Blu-ray, HD) DYN-57688

Première au DVD d’une œuvre rarement montée, L’Arlésienne de Francesco Cilea, ici enregistrée au Teatro G.B Pergolesi de Jesi en Italie en coproduction avec le festival de Wexford.

Dans sa version finale en trois actes—Cilea révisa trois fois son drame après la création milanaise de 1897, mal accueillie et lors de laquelle Enrico Caruso tenait le rôle principal de Federico—L’Arlésienne est un opéra tout à fait convaincant avec une progression dramatique très bien menée et assez peu de moments de faiblesse relative, beaucoup plus prenant que le plus artificiel Adrienne Lecouvreur. Quatre personnages principaux se partagent une action bien ficelée, et la partie orchestrale très soignée fait constamment valoir le chant.

Dans cette production qui respecte par ses costumes l’époque de la création et de l’action, le premier acte commence plutôt bien, sans aucune extravagance et même quelques belles idées de mise en perspective des personnages dans le milieu social environnant. Puis les choses se gâtent un peu quand le metteur en scène Rosetta Cucchi se lance dans l’exploration psychologique de ses personnages jusqu’à laisser perplexe et semer la confusion au dernier acte, qui se passe dans un hôpital ou bien l’infirmerie d’une prison, on ne comprend pas bien, mais surtout double le personnage de Federico, à la fois libre et enfermé dans une cage. C’est d’autant plus regrettable que la direction d’acteurs est très forte et plutôt claire.

La distribution est très homogène, personne n’étant extraordinaire, mais tout le monde se situant au même niveau. Le rôle vedette de Federico dont l’air «E la solita storia del pastore» est au répertoire de tous les ténors dramatiques de répertoire «italien», est très bien défendu par Dmitry Golovnin, qui en a l’endurance et le style très particulier. Très convaincante est le mezzo-soprano Annunziata Vestri dans le rôle dramatique de Rosa Mamai, femme écartelée entre le sens de l’honneur familial et son amour maternel. Elle est grandiose dans son air «Esser madre è un inferno», où elle déploie toutes les ressources d’un grand mezzo dramatique. La Vivetta de Mariangela Sicilia est plus fade, mais le personnage n’est gâté ni par le librettiste ni par le compositeur et encore moins par le metteur en scène, qui l’oblige à se déshabiller jusqu’à être en combinaison dans la scène où elle tente de regagner l’amour de Federico. Excellents aussi le Baldassare de Stefano Antonucci, très poignant dans son rôle de moralisateur, le Marco de Christian Saitta, noir à souhait, et l’Innocent de Riccardo Angelo Strano, dont on découvre à la fin, après deux actes où il n’est que comédien, une voix d’une grande pureté.

Cette production de la Fondazione Pergolesi Spontini est dirigée avec beaucoup de finesse par Francesco Cilluffo à la tête de l’Orchestre philharmonique des Marches et très bien filmée par Tiziano Mancini.

On l’a dit, il s’agit d’une première au DVD officiel. Un enregistrement audio de studio chez CPO est récemment venu enrichir une maigre discographie: le ténor italien Giuseppe Filianoti (Federico) y ajoute au dernier acte un air original qu’il a retrouvé et qui avait été perdu depuis les nombreuses retouches et révisions effectuées par Cilea. © 2015 ConcertoNet.com





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group