Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...


Michel Fleury
Classica, November 2015

Dans sons éblouissant triptyque Sillages, Louis Aubert se révèle le frère en art de Ravel, tout en affirmant un tour mélodique, harmonique et rythmique hautement personnel. Houles huileuses, puissantes et glauques, luisant dans des ténèbres traversées de l’éclair lointain des phares, la traversée à laquelle il nous convie est une croisière initiatique dont la funèbre habanera du mouvement lent nous livre le secret, traçant le sillage de notre vie au fil du lent ressac des heures jusqu’a la dernière qui aura raison de nous. À la croisée du romantisme et de l’impressionnisme, ces sombres ruminations s’experiment en une langue originale, à la fois drue, àpre et miroitante d’irisations et de reflets. Jean-Pierre Armengaud possède un jeu d’une fluide souplesse parfaitement adapté à ces ondes sonores, et son timbre rond et moelleux rend justice aux longues phrases fauréennes qui dansent sur la crète des vagues. Sa traduction profondément poétique atteste d’un commerce prolongé avec la partition, et s’élève sans effort au-dessus de ses deux excellents devancières, Christina Ariago (Brilliant) et Marie-Catherine Girod (Opes 3D). Il trouve en Olivier Chauzu un partenaire à sa mesure pour mener les sulfureuses éreintes de la Habanera jusqu’a l’embrasement érotique final. Sous l´archet enfiévré d’ Alessandro Fagiuoli, les robustes danses et les effusions passionnées de las sonate s’élèvent jusqu’en des sommets dignes de Franck et de Ravel : Louis Aubert est bien notre « autre Ravel », scandaleusement enfoui au plus profond des ténèbres de l’oubli, qu’il faudra absolument redécouvrir comme le rappelee ce disque. © 2015 Classica



Alice de Charnay
CultureMag, October 2015

Cette musique mérite vraiment d’être reconnue. Louis Aubert écrit avec une spontanéité doublé d’un souci d’équilibre entre le discours, le son et la forme. Il y a des trouvailles et des passages profondément inspirés dans Sillages et dans la Sonate pour violon et piano. Une grande sonate en vérité…

Écrite au début du XXe s, sa musique porte la trace de cette époque de passage entre la nostalgie d’une époque révolue et l’aspiration à une énergie moderniste.

Il existe un véritable espace musical entre Ravel, Debussy et le groupe des Six, mais il y a peut-être plus de rondeur et d’intériorité chez Aubert. Son style s’inscrit dans la recherche d’une “troisièmes voie” de la musique de la première partie du XXe s. dans un syncrétisme de style à la fois spontané et très travaillé, avec en arrière-fond, souvent masqué, sa double identité de Breton et de Basque…

Ce CD représente visiblement un travail long et exceptionnel pour retrouver l’esprit et le cœur de cette musique qui touche nos sensibilités d’aujourd’hui à la recherche d’un lien profond entre le passé et le présent. Louis Aubert—compositeur-passeur du XXe siècle?—mérite d’être mis au niveau qui est le sien et d’être mieux connu.

Aubert, élève de Gabriel Fauré, grand ami (et créateur des Valses nobles et sentimentales) de Maurice Ravel et partenaire à 4 mains de Claude Debussy, vice-président de la célèbre Société musicale Indépendante pendant plus de trente ans, enfin aussi un des maîtres d’Henri Dutilleux, a toujours été, dans l’ombre des “grands”.

Son grand cycle pour piano, Sillages est à rapprocher de Gaspard de la nuit de Ravel ou du Chant de la mer de Gustave Samazeuilh. Sa Sonate pour violon et piano figure dans le recueil Durand des grandes sonates de musique française aux côtés de celles de Debussy, Ravel, Roussel…quant à Feuille d’images, d’esprit plus pédagogique, elle est pourtant très poétique.

Existe-t-il des génies méconnus?

Il existe, en tout cas, dans la musique française des œuvres géniales méconnues, notamment celles du compositeur Louis Aubert. © 2015 Culture Mag





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group