Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...


Bernadette Beyne
Crescendo (France), June 2016

GODARD, B.: Piano Works, Vol. 1 (E. Reyes) GP683
GODARD, B.: Piano Works, Vol. 2 (E. Reyes) GP684

Est-ce le travail du Palazzetto Bru Zane qui s’attache à sortir de l’oubli les oeuvres romantiques françaises ? Est-ce un heureux hasard ? Toujours est-il que des enregistrements de Benjamin Godard fleurissent un peu partout… et il reste beaucoup de travail pour faire le tour de son oeuvre : 3 symphonies, 4 concertos, 8 opéras, 3 quatuors à cordes, 4 sonates pour violon et piano, de la musique de chambre, 2 sonates et quantités de petites ou plus grandes pièces pour le piano, quantités de mélodies. Mais qui le connaissait jusqu’à aujourd’hui ? Ses contemporains. Il était considéré alors comme un des compositeurs français les plus prometteurs et était adulé tant dans son pays que dans toute l’Europe. Que s’est-il passé? Il composait à l’heure où Wagner régnait en maître, et, d’origine juive, il éprouvait de la haine pour ce compositeur et ne se gênait pas pour le dire et éviter son influence. De plus, ses oeuvres, contemporaines de l’écriture innovante de Debussy et Ravel, ne répondaient pas à l’ambition de la modernité. Egalement excellente plume pour croquer les événements sur le ton humoristique et poète -il mettra certaines de ses poésies en musique—Benjamin Godard a de nombreuses connections avec la Belgique que prolonge ici Eliane Reyes : son opéra le plus célèbre, Jocelyn, fut créé à la Monnaie de Bruxelles en février 1888 et sa Sonate n°2 était dédiée au pianiste belge Auguste Dupont.

A l’écoute, on est ravis. Benjamin Godard a la facilité d’écriture de Mendelssohn, ses Nocturnes sont autant de Romances sans paroles, les couleurs de ses atmosphères le rapprochent de Brahms ou parfois encore Schumann, l’Intermezzo de la Fantaisie op. 143 nous rappelle les Impromptus de Chopin. Mais ne pensez surtout pas qu’il y a là pastiche car la plume de Godard reste personnelle et gageons que, quand son oeuvre sera plus connue, on reconnaîtra facilement le compositeur parmi les siens.

Le premier CD comporte les deux grandes sonates du compositeur dont la 2e, en quatre mouvements, comporte pour chacun un titre descriptif (Les Génies de la forêt—les Farfadets—la Fée d’Amour—les Esprits de la mer) qui n’échappe pas à Eliane Reyes par le ton tantôt mutin, tantôt menaçant qu’elle traduit par un toucher toujours en éveil, des couleurs changeantes, une virtuosité bienvenue. Dans les petites pièces dont la plupart sont des premiers enregistrements mondiaux (Joumi Somera avait déjà enregistré l’opus 86 en 2012 pour un label finlandais confidentiel), elle nous conte à chaque fois une histoire avec aisance et naturel. Une très belle découverte servie par une très belle pianiste. © 2016 Crescendo (France)




Jacques Bonnaure
Classica, March 2016

View PDF  



Bertrand Boissard
Diapason, December 2015

Serait-ce le retour en grâce de Benjamin Godard (1849–1895), une célébrité en son temps ? L’exigeante Sonate n° 2, traversée en son Scherzo de traits cinglants, domine ce premier volume, qui comprend aussi une Sonate fantastique (piquants Farfadets) et des inédits. Le jeu très sûr d’Eliane Reyes, son énergie et une prise de son chaleureuse contribuent à l’attrait de ces retrouvailles. © 2015 Diapason




La Libre Belgique, November 2015

Belle idée qu’a eue la pianiste belge Eliane Reyes d’explorer et de faire connaître l’&œuvre pour piano de Benjamin Godard, compositeur français de la deuxième moitié du XIXe siècle. Malgré un décès prématuré (il succomba à la tuberculose en 1895 à l’âge de 45 ans), Godard laissa une œuvre abondante (trois symphonies, quatre concertos, huit opéras et nombre d’œuvres de musique de chambre) dont l’essentiel est oublié aujourd’hui même si un mouvement de réhabilitation semble se dessiner (le Quatuor Elysée vient de publier ses trois quatuors à cordes.) Reyes fait découvrir ici deux belles sonates de style classique et quatre miniatures, le tout composé entre 1879 et 1884. Son jeu est sans afféterie, clair et évocateur, à l’image des œuvres. © 2015 La Libre Belgique





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group