Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

Jean-Charles Hoffelé
ARTAMAG’, October 2016

Ignaz Friedman, ce poète du piano qui comprenait et jouait les Mazurkas de Chopin comme personne, s’était arrangé autant pour son salon de musique que pour ses concerts tout un répertoire singulier que je peine à définir.

Des transcriptions ? Certes, puisque rien ou presque (le 5e Nocturne de Field) de tout ce qu’il y rassembla ne fut écrit initialement pour le piano. Mais en écoutant les quinze pièces qu’offre d’un même jeu tranquille et profond—quel beau piano tout en timbres—Joseph Banowetz dans cet album, je me dis que ce sont plutôt des récréations.

Le Caquet moqueur de Dandrieu, Le Rappel des oiseaux de Rameau si magiquement réécrit en boîte à musique, la Musette des Indes galantes, jouée dans un bois sombre, ces Scarlatti en orchestre, ce Gluck céleste, tout cela est avant tout de la poésie, et un sacré trésor pour les pianistes qui voudraient des bis originaux.

Allez encore une fois la Danse des esprits de l’Orfeo de Gluck. Disque à écouter dans le silence de la nuit, admirable dans sa discrétion si lyrique. Et l’occasion de ré-apprécier l’art d’un pianiste que j’avais un peu vite délaissé. © 2016 ARTAMAG’



Christophe Huss
Le Devoir, September 2016

Ignaz Friedman (1882–1948) est l’une des figures du grand piano romantique du tournant du siècle, au même titre que Leopold Godowski ou Jósef Hofmann. Ces artistes, qui connurent leur période de gloire dans les 30 premières années du siècle, n’ont pas eu le statut de références artistiques dans le répertoire germanique comme Wilhelm Backhaus (né en 1884) ou Artur Schnabel (né en 1882), mieux servis par le disque. Mais ils s’adonnaient avec délice à l’art de la transcription. De ce point de vue, Godowski était techniquement le plus fou : écoutez Marc-André Hamelin dans les Études d’après Chopin! Friedman, lui, aimait redonner vie à des oeuvres anciennes, ce que nous démontre ce disque, parfaitement conçu, de 15 pièces (dont une de Field et une de Franck) enregistrées hélas d’un peu près. Excellente série Grand Piano, qui compte déjà un volume Friedman et un CD Hofmann. © 2016 Le Devoir





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group