Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

Simon Corley
ConcertoNet.com, January 2014

DEBUSSY, C.: Nocturnes / Jeux / SIBELIUS, J.: Symphony No. 6 (Cologne Radio Chorus and Symphony, Rosbaud) (1952-1955) ICAC5109
TCHAIKOVSKY, P.I.: Symphony No. 5 / JANÁČEK, L.: Taras Bulba (BBC Symphony, Rozhdestvensky) ICAC5116

Barbirolli était pour l’occasion à la tête de l’Orchestre de la Südwestfunk de Baden-Baden—au demeurant pas exceptionnel—et dans le studio portant le nom de celui qui en avait été le directeur musical de 1948 à 1962, Hans Rosbaud (1895–1962), dont ICA publie par ailleurs des enregistrements d’œuvres de Debussy et Sibelius avec l’Orchestre symphonique (et le Chœur) de la Radio de Cologne. Le mozartien du festival d’Aix est passé à la postérité, mais c’est un autre aspect de sa personnalité artistique, le défenseur de la musique de son temps, que rappellent ces bandes réalisées en studio entre 1952 et 1955. Mais s’il fut notamment l’un des plus fidèles interprètes de la Seconde Ecole de Vienne et, après-guerre, l’une des figures de Donaueschingen et Darmstadt, le chef allemand aborde ici des compositeurs auxquels on a moins l’habitude de l’associer. L’un des modèles de direction d’orchestre pour le jeune Boulez, Rosbaud se montre plus vibrant et expressif que précis et conceptuel dans les Nocturnes et, plus encore, dans Jeux, dont la dimension chorégraphique et même dramatique est rarement autant mise en valeur. Nonobstant les condamnations aussi célèbres que définitives (et imbéciles) d’Adorno et Leibowitz à l’égard de Sibelius, l’intérêt de Rosbaud pour le compositeur finlandais fut aussi précoce que constant, déjà illustré par un très bel album avec le Philharmonique de Berlin, réalisé en novembre 1954 et mars 1957 pour Deutsche Grammophon: cette Sixième Symphonie d’avril 1952 à Cologne en constituera désormais un complément indispensable, car elle se révèle tout aussi formidable d’intensité et d’empathie avec l’univers sibélien (ICAC 5109). D’une tout autre génération, Guennadi Rojdestvenski (né en 1931), fut notamment chief conductor de l’Orchestre symphonique de la BBC de 1978 à 1981, succédant à Rudolf Kempe (qui n’exerça ces fonctions que durant les cinq derniers mois de sa vie) et précédant John Pritchard: un album Holst et Britten publié en 2012, lui aussi chez ICA et tiré des archives de la radio britannique, témoignait déjà de cette collaboration. En septembre 1978 durant le festival de Flandre, la Cinquième Symphonie de Tchaïkovski bénéficie d’un orchestre gonflé à bloc (quoique pas irréprochable) mais souffre d’un document d’assez piètre qualité pour l’époque (souffle important, micros privilégiant excessivement certains pupitres, telles les trompettes) ainsi que d’un lieu à l’écho incommodant (la cathédrale de Malines). Dommage, car Rojdestvenski, rapide, tranchant et sans sentimentalisme, loin de la lenteur exploratrice qui est souvent sa marque distinctive, se situe avec bonheur dans la lignée de ses compatriotes Mravinski et Svetlanov. Trois ans plus tard aux Proms, Tarass Boulba de Janácek ne se différencie ni par ses qualités—énergie, sens épique—ni par ses défauts—réverbération (due cette fois-ci au Royal Albert Hall) et mise en place perfectible (ICAC 5116). © 2014 ConcertoNet.com





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group