Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

Michel Tibbaut
ResMusica.com, May 2017

La parution en DVD de l’oratorio The Dream of Gerontius (Le Songe de Gerontius) op. 38 d’Edward Elgar par l’un de ses plus grands interprètes, Sir Adrian Boult (1889–1983), est historiquement inestimable et une véritable aubaine, non seulement pour tout amateur de grandes fresques religieuses, mais pour les mélomanes un tant soit peu prospecteurs.

En effet si l’œuvre est plutôt populaire en Angleterre, elle est loin de l’être tout autant sur notre continent, et là réside le paradoxe : la partition est accueillie avec enthousiasme, encensée par Richard Strauss, lors de sa première européenne dirigée par Julius Buths le 19 décembre 1901 à Düsseldorf, alors qu’elle fut reçue fraîchement à sa création le 3 octobre 1900 sous la baguette peu concernée d’un Hans Richter mal préparé lors du festival triennal de musique de Birmingham…

L’œuvre, basée sur un poème du cardinal John Henry Newman (1801–1890), décrit le parcours erratique et les tourments de l’âme d’un vieillard juste après la mort, avant d’être présentée devant Dieu pour son Jugement. Une écoute approfondie de l’oratorio d’Elgar, un temps considéré sur notre continent comme long, indigeste et ennuyeux, balaie totalement ces appréciations négatives, révélant une partition certes complexe, mais élaborée avec subtilité et grande sensibilité, s’éloignant de la musique chorale britannique traditionnelle par l’influence mystique très nette du Parsifal de Wagner.

Il existe une bonne dizaine d’enregistrements du Songe de Gerontius, à commencer par ceux d’Elgar lui-même, malheureusement incomplets ; Sir Malcolm Sargent fut le tout premier en 1945 à le graver intégralement, et cela reste une référence essentielle (Testament SBT2025). En disque, Sir Adrian Boult y viendra tardivement (EMI, 1975), après Sir John Barbirolli (EMI, 1964) et Benjamin Britten (Decca, 1971). Mais Boult sera le tout premier à graver la trilogie chorale d’Elgar : The Dream of Gerontius, The Apostles (Les Apôtres) et The Kingdom (Le Royaume), ce qui corrobore les propos d’Elgar lui-même à son sujet : « Ma réputation à l’avenir est sûre entre vos mains. Dieu vous bénisse ! »

La captation TV en couleur dans une cathédrale du Dream of Gerontius par la BBC en mars 1968 est très probablement une première technique pour un concert de cette importance retransmis à la télévision. Il est intéressant de constater que Boult s’est adjoint l’excellente mezzo-soprano Janet Baker, déjà présente dans la gravure dirigée par Sir John Barbirolli en 1964 (EMI), tandis que les voix d’homme sont celles dont disposerait ensuite Benjamin Britten chef d’orchestre en 1972 pour son enregistrement chez Decca : son ami le ténor Peter Pears et l’admirable baryton-basse John Shirley-Quirk, superbe en Prêtre et en Ange de l’Agonie. Adrian Boult fera d’ailleurs ce bel éloge : « Janet Baker et John Shirley-Quirk ont été la perfection même et je ne pense pas que la vieille garde pourrait les surpasser. » Mais pour Peter Pears qui semble guindé et moins à l’aise dans le rôle de l’Âme de Gerontius, il sera moins élogieux : « Peter Pears m’a surpris aussi, il a commis plusieurs fautes dans le texte… »

Ce DVD, représentant le seul film existant de Boult dirigeant The Dream of Gerontius, est idéalement complété par un excellent documentaire d’une heure produit en 1989 par la BBC, consacré à Sir Adrian Cedric Boult pour le centième anniversaire de sa naissance, et présenté avec affection par celui qui fut son élève et chef associé, le regretté très grand chef britannique Vernon Handley (1930–2008), si dévoué tout comme son maître à la musique de ses compatriotes. Ce documentaire donne également l’occasion d’entendre les opinions de personnalités telles que la harpiste Sidonie Goossens (sœur du chef d’orchestre Sir Eugene Goossens), Sir Colin Davis, André Previn, Robert Simpson et Malcolm Williamson. On déplorera seulement que le DVD soit uniquement en anglais avec absence de tout sous-titre, tant pour le concert que pour le documentaire… © 2017 ResMusica.com



Christine Labroche
ConcertoNet.com, February 2017

Le Rêve de Géronte, chef-d’œuvre d’Edward Elgar, est conçu non comme un oratorio ou une cantate mais comme un poème symphonique dramatisé qui met en scène l’agonie de Géronte dans la première partie, et l’errance de son âme vers le purgatoire dans la seconde. L’œuvre est très prisée à juste titre outre-Manche et nombreux sont les grands chefs d’orchestre britanniques qui l’ont dirigée et qui en laissent une version enregistrée. Adrian Boult en laisse deux, la seconde, et sans doute la meilleure des deux, enregistrée en studio en 1975 et la première, qui paraît aujourd’hui en DVD, filmée dans la cathédrale de Canterbury en 1968. La télévision en couleurs en était à ses débuts et la tâche pour les cadreurs de la BBC à la cathédrale n’était pas toujours aisée. Par conséquent, ils ont donné préséance à la beauté architecturale et sculpturale des lieux, ne filmant le chœur et l’orchestre qu’en plan d’ensemble. Ils reviennent souvent sur les solistes filmés en plan rapproché mais peu sur Boult, dont la battue n’est spectaculaire que lorsqu’on est sensible, comme tout mélomane, à la souplesse frémissante de sa baguette et à l’éloquence discrète de sa main gauche. Le film est donc assez décevant d’autant plus que les cadreurs s’adonnent à des effets faciles, rythmant la succession d’images sur la musique presque aux dépens de celle-ci. Boult dirige une équipe qui gagne cependant et il tire du Chœur et de l’Orchestre philharmoniques de Londres une interprétation intensément structurée aux fines et rutilantes couleurs. La voix de Peter Pears à 58 ans convient mieux au rôle de Géronte que le ténor léger de son jeune âge et son engagement, sa technique et son jeu d’acteur convainquent. Boult s’est déclaré pleinement satisfait, à juste titre, de la radieuse prestation de Janet Baker, forte de son expérience passée sous la direction de John Barbirolli en 1965, et de celle de John Shirley-Quirk dans le rôle du prêtre et dans le rôle plus sombre de l’Ange de l’Agonie. Les riches timbres variés de la mezzo-soprano creusent à merveille la dimension profondément miséricordieuse de l’Ange qui soutient Géronte. Un portrait assez fouillé (1 heure) d’Adrian Boult vient en bonus. © 2017 ConcertoNet.com





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group