Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

 
Keyword Search
 
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...


Didier Van Moere
Diapason, November 2018

ROSSINI, G.: Comte Ory (Le) [Opera] (Malmö Opera, 2015) (NTSC) 2.110388
ROSSINI, G.: Comte Ory (Le) [Opera] (Malmö Opera, 2015) (Blu-ray, HD) NBD0062V

Le Comte Oryc? Un opéra français. Pas un opéra-comique, ce qui évacue l’épineuse question des dialogues. Cette production de Malmö, du coup, ne passe pas plus mal qu’une autre, même si tous ont un accent, tolérable ou impossible. Et comme la musique y trouve en général son compte, on ne boude pas son plaisir.

Leonardo Ferrando a du panache, la vocalise sûre, parfois brillante, de l’aigu à revendre, avec ici ou là un côté Juan Diego Florez. La Comtesse d’Erika Miklosa vous tourne la tête par son aisance, son chic un rien coquin, sa virtuosité et ses suraigus cristallinsc: un vrai et beau couple rossinien. Le trio du second acte avec le page Isolier aussi fougueux que bien chantant de Daniela Pini, mezzo au timbre chaud, est impeccable. Et la Ragonde d’Irina de Baghy, pourtant simple tourière, se remarque aussitôtc: une voix, une présence. Le bât blesse seulement chez les clefs de fa, à cause du Raimbaud empêtré dans sa cabalette d’Igor Bakan et du Gouverneur instable et savonné de Lars Arvidson.

L’orchestre pétille sous la direction bigarrée de Tobias Ringborg, avec un magnifique orage et des ensembles rondement menés, où le chant syllabique rapide ne flanche pas—excellent chœur aussic: le chef maîtrise sans la brider la mécanique de ce buffa à la française.

La production de Linda Mallik n’en rajoute pas, se gardant de faire chavirer dans la gaudriole cette histoire de séducteur impénitent déguisé, pour parvenir à ses fins, en pieux ermite ou en pèlerine dévote. L’ensemble a même quelques timidités—la scène trioliste où le héros prend son page pour la Comtesse manque un peu de sensualité trouble. Mais le mélange d’historicisme et de modernité, d’abstraction et de naturalisme, fonctionne bien, de l’arrivée du Comte, descendant sur terre tel un Christ vêtu de blanc, au retour des maris croisés tombant raides aux pieds de leurs épouses. © 2018 Diapason





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group