Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

Sébastien Foucart
ConcertoNet.com, September 2016

DONIZETTI, G.: Poliuto (Glyndebourne, 2015) (NTSC) OA1211D
DONIZETTI, G.: Poliuto (Glyndebourne, 2015) (Blu-ray, HD) OABD7201D

L’année passée à Glyndebourne, Mariame Clément a été peu inspirée par Poliuto (1848) de Donizetti, qu’elle transpose en Europe de l’Est dans la seconde moitié du XXe siècle. Sans faux pas ni faute de goût, hormis la robe hideuse que Paolina porte au début, sa mise en scène peine à captiver—direction d’acteur banale, peu d’idées. Des blocs de béton mobiles délimitent un espace sombre et oppressant, les costumes et la lumières ne présentent guère d’intérêt, la tenue des policiers semblant provenir d’autres productions. Rien de déshonorant ou de déplacé, mais pour sa première représentation au Royaume-Uni, Poliuto méritait mieux. Heureusement, chef et chanteurs lui rendent justice. Sous la direction modèle d’Enrique Mazzola, l’Orchestre philharmonique de Londres apporte de l’éclat et du tempérament à ce bel ouvrage, lui imprime de l’impulsion, le sublime, même, grâce à des cordes aussi souples que précises et à des bois impeccables. Dans le rôle-titre, Michael Fabiano a tendance à passer en force, mais il atteint le haut du registre sans trop resserrer l’émission. Malgré un médium commun et parfois détimbré, le ténor possède les outils et l’intelligence requis pour le ce répertoire. Le timbre d’Ana María Martínez, distribuée en Paolina, ne compte pas parmi les plus séduisants, mais la soprano maitrise au plus haut point les exigences du bel canto: assurance des aigus, solidité des graves, soudage parfait des registres, précision des vocalises. Les qualités s’accumulent aussi pour le Severo parfaitement dimensionné d’Igor Golovatenko qui compense la faible profondeur des graves par une émission égale et un phrasé soigné. Egalement au fait des canons du beau chant, Matthew Rose impose, quant à lui, un Callistene d’une autorité écrasante, par sa stature et sa somptueuse voix de basse. D’excellents choristes complètent l’ensemble. © 2016 ConcertoNet.com




Chantal Cazaux
Avant Scène Opéra, September 2016

Composé en 1838 d’après Polyeucte de Corneille et sur une idée d’Adolphe Nourrit qui espérait alors relancer sa carrière à Naples avec l’aide de Donizetti, Poliuto fut finalement créé au San Carlo dix ans plus tard, après la mort du ténor et du compositeur : la censure royale s’était initialement élevée contre le livret de Salvatore Cammarano qui impliquait la représentation en scène d’un sujet sacré—en l’occurrence, le martyre des chrétiens dans l’Arménie occupée par les Romains. Entre-temps Donizetti avait adapté sa partition à un livret de Scribe pour offrir à l’Opéra de Paris un grand-opéra français, Les Martyrs, qui y firent un succès en 1840 et furent ensuite traduits à leur tour en italien… Et Poliuto ? On l’oublia un peu, mais Callas et Corelli le remirent au goût du jour en 1960 à La Scala—d’autres grands noms viendraient ensuite défendre cette belle partition (Gencer, Ricciarelli, Carreras…) qui, même dans sa version originale, mêle déjà la solennité du grand-opéra français au panache du chant italien. Un Verdi ne s’y était pas trompé, qui s’inspire ouvertement du chœur des prêtres romains « Celeste un’aura » pour le « Gloria all’Egitto » d’Aida.

En 2015, la production de Glyndebourne constituait la création britannique de l’ouvrage. Pour l’occasion, le Festival a su réunir une équipe musicale au niveau des enjeux. Dans le rôle-titre, Michael Fabiano manque un peu de nuances mais sa vigueur est toujours balancée par un style surveillé ; reste une présence scénique assez placide qui paraît parfois extérieure au drame qui se joue. C’est surtout la Paolina d’Ana María Martínez que l’on remarque : son timbre généreux est riche de couleurs et d’intentions, sait passer du voile inquiet à la flamme exacerbée et parvient à dessiner un personnage attachant et vibrant ; sa maîtrise technique, la netteté de ses attaques, traits et aigus, est admirable et toujours au service d’une expression. Face à elle (et notamment dans leur duo du II), Igor Golovatenko déploie un chant si souple et pluriel, sachant mordre comme caresser, qu’on en vient à être touché par son Severo : l’hédonisme du bel canto rejoint là l’ambiguïté d’un théâtre complexe. Dans les camps respectifs et opposés, le Callistene dangereux de Matthew Rose écrase le Nearco instable d’Emanuele D’Aguanno. De bout en bout la direction d’Enrique Mazzola conserve à la partition son nerf et sa dignité, à la tête d’un London Philharmonic Orchestra concerné (malgré une petite faille de justesse de la clarinette solo à son entrée) et d’un Chœur de Glyndebourne remarquable.

Quant à la mise en scène de Mariame Clément, elle opère une lecture fidèle tout en l’accessoirisant d’une actualisation relative : les Romains sont remplacés par des troupes fascistes, les chrétiens, par une population apeurée et secrètement résistante, le tout dans une Europe post-Seconde Guerre mondiale. Les costumes et décors de Julia Hansen font le choix d’une ambiance sombre et grise, dont la monochromie mériterait une direction d’acteurs plus électrique pour éviter de paraître parfois terne. Mais on ne boudera pas son plaisir devant une soirée qui rend pleinement justice au Poliuto de Donizetti, et une captation qui prend la tête de la vidéographie de l’ouvrage devant celle de Bergamo 2010 (DVD Bongiovanni). © 2016 Avant-Scène Opéra





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group