Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

Florent Coudeyrat
ConcertoNet.com, August 2015

DONIZETTI, G.: Favorite (La) (Théâtre du Capitole, 2014) (NTSC) OA1166D
DONIZETTI, G.: Favorite (La) (Théâtre du Capitole, 2014) (Blu-ray, HD) OABD7165D

Depuis ses débuts en tant que metteur en scène en 2011, Vincent Boussart continue de parcourir l’essentiel des maisons d’opéra germaniques tout en se faisant connaître peu à peu en France, aidé par ses inséparables compères Vincent Lemaire, Christian Lacroix et Guido Levi. On se souvient ainsi de deux productions hexagonales qui avaient retenues l’attention l’an passé, L’Amico Fritz et Un bal masqué. Aujourd’hui présentée en vidéo, la nouvelle production de La Favorite montée à Toulouse début 2014 n’échappe pas aux partis pris habituels de cette équipe, fondés sur un imaginaire très visuel à l’esthétique épurée. Pratiquement sans décor ou accessoire, cette mise en scène repose sur l’étonnante capacité à varier les éclairages—osant des contre-jours stylisés ou opposant le vert sur fond rose—afin de réinventer sans cesse le regard porté sur les interprètes, magnifiés par les splendides costumes de Lacroix. Assumant le glamour chic, cette lecture d’une réelle séduction visuelle apporte un soin constant au choix des couleurs, aux ambiances morbides ou irréelles, presque fantastiques, sans oublier des traits savoureusement décalés telle la présence d’un improbable paon tout de paillettes revêtu. Car c’est bien là l’idée principale de l’ancien assistant de Yannis Kokkos, celle de faire de cette histoire un rêve fantasmé par Fernand, cerné par les mirages de la tentation. Une idée déjà imaginée à Zurich en 2006 par Philippe Sireuil, aidé de Vincent Lemaire. Si l’on peut y voir la justification de l’imaginaire visuel développé tout au long du spectacle, force est de constater que ce travail ne facilite pas l’impact théâtral—les personnages apparaissant souvent figés, sans parvenir à faire oublier les insuffisances d’un livret bavard et pauvre en rebondissements dramatiques.

A cette mise en scène mitigée répond un plateau vocal des plus convaincants, dominé par un vibrant Yijie Shi (Fernand), à la diction remarquable, sans parler de sa ligne de chant exemplaire qui épouse la prosodie en respectant chaque syllabe. Un véritable délice à chaque intervention. A ses côtés, le toujours impeccable Ludovic Tézier (Alphonse) nous régale de son timbre porté par une projection toujours aussi éloquente, même si son jeu d’acteur s’avère toujours d’un minimalisme désarmant. Aucun problème de ce point de vue pour Kate Aldrich, qui apporte à sa Léonor sa voix charnue et puissante—presque trop, notamment lors des récitatifs. Si Marie-Bénédicte Souquet incarne une superlative Inès, Giovanni Furlanetto n’offre qu’un pâle Balthazar, trop souvent dépassé par les difficultés vocales de son rôle. On notera enfin la direction très équilibrée d’Antonello Allemandi qui met en valeur un bon orchestre du Capitole de Toulouse. Un spectacle à découvrir pour son plateau vocal principalement. © 2015 ConcertoNet.com





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group