Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

S├ębastien Foucart
ConcertoNet.com, September 2015

LEGENDARY PERFORMANCES - STRAUSS, R.: Rosenkavalier (Der) (Salzburg Festival, 2004) (NTSC) 109098
LEGENDARY PERFORMANCES - STRAUSS, R.: Rosenkavalier (Der) (Salzburg Festival, 2004) (Blu-ray) 109099
STRAUSS, R.: Rosenkavalier (Der) (Glyndebourne, 2014) (NTSC) OA1170D
STRAUSS, R.: Rosenkavalier (Der) (Glyndebourne, 2014) (Blu-ray, HD) OABD7168D

Le Chevalier à la rose du Festival de Glyndebourne l’année passée a beaucoup fait parler de lui à cause de la physionomie de Tara Erraught, dénoncée avec outrecuidance par des représentants de la presse anglo-saxonne. Avec le recul, la polémique paraît stupide: la mezzo-soprano irlandaise n’a certes pas tout à fait l’allure androgyne que chacun s’imagine d’Octavian mais il convient de saluer son aisance sur scène, sa voix, épousant parfaitement les exigences du rôle, et la tenue exemplaire de sa ligne de chant. En fin de compte, en regardant le DVD un an après, force est de constater que la chanteuse habite pleinement son personnage et nous comprenons pourquoi la Maréchale et Sophie succombent à son charme—le public, en tout cas, lui réserve un triomphe. Kate Royal chante la Maréchale avec correction mais le personnage laisse trop indifférent, sauf lorsqu’elle prend sa douche au lever de rideau, au contraire du savoureux baron Ochs de Lars Woldt: une révélation que cette basse qui ne sacrifie pas le chant au théâtre même si l’acteur force parfois le trait. Teodora Gheorghiu a le minois charmant, la silhouette gracile et la voix aérienne de Sophie tandis que Michael Kraus campe un Faninal conforme aux attentes. Robin Ticciati dirige avec à-propos et constance un Orchestre philharmonique de Londres diligent et capiteux. Inégale mais d’un professionnalisme inattaquable, la mise en scène gentiment subversive de Richard Jones s’inscrit dans un beau décor inspiré du design de l’entre-deux-guerres et tapissé de motifs démodés.

Dans sa collection «Legendary Performances», Arthaus réédite le Chevalier du festival de Salzbourg en 2004, la notice, réduite à la portion congrue, étant imprimée directement sur le digipack. Lors de la première publication, ConcertoNet avait constaté que la distribution ne dépassait pas une «honnête moyenne», à juste titre (Adrienne Pieczonka en Maréchale, Angelika Kirchschlager en Octavian, Miah Persson en Sophie, Franz Hawlata en Ochs, Franz Grundheber en Faninal et le jeune Piotr Beczala en chanteur italien, infiniment meilleur que celui de Glyndebourne). Effectivement, Semyon Bychkov déçoit à la tête d’un Orchestre philharmonique de Vienne pas toujours séduisant, souvent terne, manquant de classe, de finesse et aussi, paradoxalement, de précision. Des spectateurs huent Robert Carsen lors des saluts, réaction incompréhensible alors que sa mise en scène, traditionnelle dans les deux premiers actes, plus audacieuse—encore que—dans le troisième, n’encourt aucun reproche et procure même du plaisir. La scénographie prouve que Salzbourg a les moyens de réaliser de belles choses mais l’image reproduit imparfaitement les effets d’optique obtenus par les décors et la largeur de la scène. De la routine, mais de la bonne.

Préférez Glyndebourne pour l’orchestre, le chef et, à la rigueur, la mise en scène mais pour les chanteurs, globalement très bons, même ceux distribués dans les rôles secondaires, il est difficile de départager ces deux DVD cependant pas incontournables. © 2015 ConcertoNet.com





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group