Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

S├ębastien Foucart
ConcertoNet.com, September 2016

DONIZETTI, G.: Poliuto (Glyndebourne, 2015) (NTSC) OA1211D
DONIZETTI, G.: Poliuto (Glyndebourne, 2015) (Blu-ray, HD) OABD7201D

L’année passée à Glyndebourne, Mariame Clément a été peu inspirée par Poliuto (1848) de Donizetti, qu’elle transpose en Europe de l’Est dans la seconde moitié du XXe siècle. Sans faux pas ni faute de goût, hormis la robe hideuse que Paolina porte au début, sa mise en scène peine à captiver—direction d’acteur banale, peu d’idées. Des blocs de béton mobiles délimitent un espace sombre et oppressant, les costumes et la lumières ne présentent guère d’intérêt, la tenue des policiers semblant provenir d’autres productions. Rien de déshonorant ou de déplacé, mais pour sa première représentation au Royaume-Uni, Poliuto méritait mieux. Heureusement, chef et chanteurs lui rendent justice. Sous la direction modèle d’Enrique Mazzola, l’Orchestre philharmonique de Londres apporte de l’éclat et du tempérament à ce bel ouvrage, lui imprime de l’impulsion, le sublime, même, grâce à des cordes aussi souples que précises et à des bois impeccables. Dans le rôle-titre, Michael Fabiano a tendance à passer en force, mais il atteint le haut du registre sans trop resserrer l’émission. Malgré un médium commun et parfois détimbré, le ténor possède les outils et l’intelligence requis pour le ce répertoire. Le timbre d’Ana María Martínez, distribuée en Paolina, ne compte pas parmi les plus séduisants, mais la soprano maitrise au plus haut point les exigences du bel canto: assurance des aigus, solidité des graves, soudage parfait des registres, précision des vocalises. Les qualités s’accumulent aussi pour le Severo parfaitement dimensionné d’Igor Golovatenko qui compense la faible profondeur des graves par une émission égale et un phrasé soigné. Egalement au fait des canons du beau chant, Matthew Rose impose, quant à lui, un Callistene d’une autorité écrasante, par sa stature et sa somptueuse voix de basse. D’excellents choristes complètent l’ensemble. © 2016 ConcertoNet.com





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group