Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

ConcertoNet.com, March 2013

Le Trio Zebra, en étroite collaboration avec Kaija Saariaho (née en 1952), présente cinq trios de la compositrice finlandaise, chacun pour une combinaison instrumentale différente comprenant un, deux ou trois instruments du trio à cordes. Le violoncelle d’Anssi Karttunen, interprète fort apprécié de Saariaho, est présent à chaque fois. Le Cloud Trio (2009), l’œuvre la plus récente, dédiée aux Zebra, est le seul qui les réunit (Ernst Kovacic au violon, Steven Dann à l’alto). Le mouvement perpétuel des nuages, aux formes qui se font et se défont sans cesse au plus léger vent, inspire la structure organique en arche de cette pièce en quatre volets, les jeux instrumentaux en écho, en métamorphose ou en ombre, leurs lignes délicatement agitées créant de fines textures fluctuantes. L’un suivant l’autre, seul, en duo ou en trio, l’alto, le violoncelle et le piano (Tuija Hakkila) de Je sens un deuxième cœur (un pendant à l’opéra Adriana Mater, 2003) participent au puissant élan d’une même phrase musicale pour ensuite partir en oblique, créant une polyphonie tantôt tumultueuse et violente tantôt aux longs étirements délicats, soyeusement enveloppés de résonances diaphanes. Si l’on met les deux œuvres en parallèle, s’en dégagent nettement les caractéristiques fondamentales de l’écriture de Saariaho. Les trois autres pièces révèlent le même soin porté au caractère distinct de chaque instrument, le même souci de couleur et de contraste, une même énergie jusque dans la douceur, une même mobilité agitée ou calme. Les tremblants miroitements de Cendres (sur le matériau de…à la fumée, 1998) passent de la flûte alto (Mikael Helasvuo) au piano, les tremolos du violoncelle plus roboratifs. L’étrangeté menaçante du violoncelle et du piano de la version de chambre de Mirage (2007), qui s’inspire des incantations d’une Mazatèque chamane aux certitudes irréelles, vient en métatexte d’une soprano—Pia Freund—fantasque mais lumineuse. Les cinq Serenatas de 2008 opposent le sombre damas du violoncelle aux percussions cristallines (Florent Jodelet), le piano chromatiquement inventif aux antipodes des deux. Le style distinctif de Saariaho et son génie coloriste s’y déploient clairement © 2013 ConcertoNet.com





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group